Vertigo

L'émission du 25 juin 2014

Malek Chebel, l'érotisme arabe

Anthropologue, philosophe algérien et traducteur du Coran, Malek Chebel est l'auteur de nombreux ouvrages sur le monde arabe. Il a notamment publié le "Dictionnaire amoureux de l'islam" en 2004, et le "Dictionnaire amoureux de l'Algérie" en 2012. En 2014 il écrit "L'érotisme arabe".

Malek Chebel est au micro de Pierre Philippe Cadert.

Malek Chebel donne une conférence au Club 44 à La Chaux-de-Fonds, jeudi 26 juin à 20h15.

Résumé du livre:

L'érotisme arabe est le fruit d'une tradition millénaire qui a pris son essor bien avant l'arrivée de l'islam. Malek Chebel a rassemblé dans cet ouvrage un florilège des meilleurs textes issus de cette veine littéraire méconnue.

Le Kama-sutra arabe, en premier lieu. Conçu comme un manuel de savoir-vivre amoureux et d'éducation sexuelle, il traite des questions relatives à l'art de la séduction, de la jouissance et de la sensualité. Cet hymne à l'amour physique sous toutes ses formes, sans complexe ni tabou, est ici illustré par le traité de psychologie amoureuse d'Ibn Hazm l'Andalou, Le Collier de la colombe, par le torride Jardin parfumé de Nafzaoui, et par Les Cimes du savoir dans le domaine de la copulation de Sheikh Suyûti, théologien et auteur d'une dizaine de traités d'érotologie.

Le lecteur pourra aussi s'initier à la poésie épistolaire qui a marqué la culture arabe classique, une poésie métaphorique qui use du langage comme d'une arme subversive, la littérature devenant ainsi le meilleur paravent pour parler librement de sexe et d'érotisme. Deux auteurs parmi les plus importants à cet égard ont été repris intégralement dans ce volume: Jahiz, à travers son épître Éloge des éphèbes et des courtisanes, et Ibn Fûlayta avec son Instruction de l'amant en vue de la fréquentation intime de l'aimé(e), traduit pour la première fois en français pour la présente édition et qui relève de l'érotologie pure.

Malek Chebel clôt cet ensemble par un "Dictionnaire culturel de l'érotisme arabe", dans lequel s'expriment en toute liberté la diversité amoureuse comme l'audace d'une tradition aux antipodes de tout intégrisme. [source: bouquins.tm.fr]

L’info du jour: Amnesty s’excuse auprès d’Iggy Pop et du Dalaï Lama

On sait que les marques sont souvent prêtes à tout pour attirer l'attention des médias. Mais depuis quelques années, les organisations non gouvernementales ne sont pas en reste. Nouvelle preuve avec la campagne lancée par la section francophone d'Amnesty International.

Michel Masserey revient sur cette opération controversée.

Cinéma: Simon Otto, un Suisse à Hollywood (3/4)

Originaire de Suisse alémanique, Simon Otto travaille depuis plus de 17 ans pour les prestigieux studios Dreamworks. Animateur de formation, il a participé à des films d'animation tels que "Le prince d'Égypte", "Souris City" ou encore "Gang de requins". Avec "Dragons" et "Dragons 2", il remplit le poste de chef de l'animation des personnages.

Une série de Rafael Wolf. Aujourd'hui: "Dragons 2", un film d'animation différent

Au micro de Rafael Wolf, Simon Otto aborde sa place au sein de l'équipe gigantesque de "Dragons 2".

 

Sorties cinéma: une comédie, un dessin animé, un thriller et un drame au programme

Les sorties cinéma de la semaine avec "On a failli être amies" d'Anne Le Ny, "Le conte de la princesse Kaguya" d'Isao Takahata, "Transcendance" de Wally Pfister et "Palo Alto" de Gia Coppola, sous la loupe de nos spécialistes Antoine Duplan (Le Temps), Rafael Wolf et Patrick Suhner de la RTS.

"On a failli être amies" d'Anne Le Ny:

Marithé travaille dans un centre de formation pour adultes. Sa mission: aider les autres à changer de métier et à trouver leur vocation. Se présente alors Carole, qui vit et travaille dans l’ombre de Sam, son mari, énergique et talentueux chef étoilé. Ce n’est cependant pas tant de métier, dont Carole semble avoir besoin de changer, mais de mari. Marithé se donnera à fond pour aider Carole à se projeter dans une nouvelle vie. Mais quelle est la nature profonde de ce dévouement, quand Marithé ne semble pas insensible au charme de Sam, ni à sa cuisine?

"Le conte de la princesse Kaguya" d'Isao Takahata:

Adapté d’un conte populaire japonais "Le couper de bambou", un des textes fondateurs de la littérature japonaise, Kaguya, "la princesse lumineuse", est découverte dans la tige d'un bambou par des paysans. Elle devient très vite une magnifique jeune femme que les plus grands princes convoitent : ceux-ci vont devoir relever d’impossibles défis dans l’espoir d’obtenir sa main.

 

"Transcendance" de Wally Pfister:

Dans un futur proche, un groupe de scientifiques tente de concevoir le premier ordinateur doté d’une conscience et capable de réfléchir de manière autonome. Ils doivent faire face aux attaques de terroristes anti-technologies qui voient dans ce projet une menace pour l’espèce humaine. Lorsque le scientifique à la tête du projet est assassiné, sa femme se sert de l’avancée de ses travaux pour "transcender" l’esprit de son mari dans le premier super ordinateur de l’histoire. Pouvant désormais contrôler tous les réseaux liés à internet, il devient ainsi quasi omnipotent. Mais comment l’arrêter s’il perdait ce qui lui reste d’humanité?

"Palo Alto" de Gia Coppola:

Piégés dans le confort de leur banlieue chic, Teddy, April, Fred et Emily, adolescents livrés à eux-mêmes, cherchent leur place dans le monde. Ils ont soif de sensations fortes et testent leurs limites. L’alcool, les drogues et le sexe trompent leur ennui. Ils errent sans but dans les rues ombragées de Palo Alto incapables de voir clair dans le tourbillon confus de leurs émotions. Sauront-ils éviter les dangers du monde réel?

 

Médias: les mots de Whatsapp sous la loupe

Notre époque est sans aucun doute celle où les individus écrivent le plus. En témoigne le succès explosif des messageries électroniques. Les Universités de Berne, Zurich et Neuchâtel veulent approfondir leurs analyses linguistiques et lancent un appel aux dons de messages Whatsapp! En 2014, comment s'expriment la population via les messages courts?

Etienne Morel, assistant à l'Institut des sciences du langage et de la communication de l'Université de Neuchâtel, répond à Thierry Fischer.