Vertigo

L'émission du 21 février 2013

Marielle Pinsard nous invite au voyage

Marielle Pinsard présente deux nouveaux textes à découvrir dans un spectacle intitulé "Nous qui sommes parti(e)s puis revenu(e): comment ramener un Noir"&"Las Mananitas ou Les bains Kmeipp du soir".

Elle nous présente ce spectacle à découvrir comme un dyptique au micro de Pierre Philippe Cadert.

"Las Mananitas ou les bains Kneipp du soir" est imprégné du vécu de Chantal Bianchi au Nicaragua, alors que "Comment ramener un noir?" s'inspire du vécu de Marielle Pinsard en Afrique du sud et au Bénin. Chaque soir, l'un des deux textes est dit au public, mais chaque soir les deux femmes sont ensemble sur le plateau, à échanger des expériences de voyage qui se répondent.

Curiosité, différences et désir d'ouverture. Au fil du temps entre 2007 et 2012, les deux femmes de théâtre découvrent avec lenteur qu'elles ont des choses à partager: comment fait-on pour vivre ici alors qu'on se sent d'ailleurs? Parties à la rencontre d'un monde où le soleil brûle et tape dur, où la vie s'avère réglée par des priorités différentes de celles que l'on connaît ici, elles racontent avec des mots mis en poésie, un peu bruts et décousus, suivant le cours d'une pensée souvent elliptique. A travers l'expérience du voyage, parler de fait surtout des sociétés dans lesquelles elles ont été élevées, des valeurs qui leur ont été transmises, du regard porté sur les gens et les choses. [Source: Marielle PInsard Compagnie].

  • "Nous qui sommes parti(e)s puis revenu(e): comment ramener un Noir" & "Las Mananitas ou Les bains Kmeipp du soir", programmé dans le cadre du Festival Colonialisme et société marchande II, est à découvrir jusqu'au 24 février 2013 au Théâtre 2.21 à Lausanne.

Les actus culturelles du jour

Les choix de Mathieu Chevrier:

- Le nouveau portrait de "Mechelle" Obama
- Marcela Iacub dépeint un DSK mi-homme mi-porc dans son nouveau roman
- Adèle et Emeli Sandé, reines des Brits Awards
- Lady Gaga annule 22 concerts

La Tribune de Genève censurée par Facebook

C'est peut-être la fin de l'âge d'or des réseaux sociaux. C'est l'avis en tout cas de Pierre Ruetschi, rédacteur en chef de la Tribune de Genève. Le quotidien genevois vient de faire les frais d'une décision du Tribunal fédéral qui exprime une volonté de responsabiliser davantage l’hébergeur de blog. De plus, la Tribune de Genève s'est également vue censurée par Facebook en raison de la publication de certains de ses contenus, dont le tableau "L'origine du monde" de Gustave Courbet, sur le réseau social commercial américain.

Avec Pierre Ruetschi, rédacteur en chef de la Tribune de Genève.

Music Hall: L'humour de Sony Chan

De l'Orient à l'Occident, de féminin au masculin, l’humour de Sony Chan fait rire sans aucune revendication, sauf celle de la liberté. Entre leçons de beauté décalées et conseils de femme du monde, elle révèle une vision du monde aussi unique que son propre personnage.

Elle au téléphone de Pierre Philippe Cadert.

Sony Chan, originaire de Hong Kong, a bénéficié d’une éducation multiculturelle. En 1997, à la rétrocession de Hong Kong à la Chine, Sony a décidé de fuir le pays en s’installant en Alsace pour finir ses études d’architecture. Architecte depuis 2001, elle a également travaillé dans la haute couture.

Découverte par l'émission "Repérages" sur Canal+, Sony Chan a remporté le prix Coup de Cœur du Jury au Festival de l'Humour à Tournon.

  • L’humoriste est sur la scène du Lido à Lausanne les 22 et 23 février 2013 à 21h.

Livres: François Bégaudeau, "Deux singes ou ma vie politique"

Ecrivain, critique et scénariste français, François Bégaudeau, signe "Deux singes ou ma vie politique" aux Editions Verticales. Un portrait intime publié à l’orée de ses 40 ans et qui revient sur son intérêt précoce pour la chose publique.

Christine Gonzalez a rencontré François Bégaudeau.

Deux singes ou ma vie politique:

"La France des années 70 est un banquet gaulois où l’on boit et mange en parlant fort sous le regard magnanime de nos hommpolitiques punaisés au mur comme on place un patriarche en bout de table.

Moi je suis à l’autre bout, disposé à imiter ce qui passe, à devenir un adulte comme ceux qui me nourrissent, me servent des grenadines, me reprennent si je jure, me déposent à l’école publique. Bientôt je prendrai leur place, puis celle du patriarche. Une vie se sera passée et dedans il y aura eu de la politique, dès le début et jusqu’à la fin.

Elle ne s’est pas passée comme ça."

Bonus web: L'entretien intégral de François Bégaudeau

Logo Vertigo [RTS]

Théâtre: "Nos amours bêtes"

Quand la danse et le théâtre s’allient pour donner un spectacle malicieux, ludique, vif, tonique, solaire… en un mot génial, Thierry Sartoretti se dit qu’il est bon d’être spectateur. Et de vous recommander la création "Nos amours bêtes" du Théâtre Amstramgram, à Genève, co-signée Fabrice Melquiot et Ambra Senatore.

Cette invraisemblable histoire de maman phoque islandaise se joue jusqu’au 10 mars 2013 et s’apprécie de 6 à 106 ans.