Vertigo

L'émission du 13 novembre 2012

Sandra Korol et les couleurs de l’enfance

Qui n’a jamais eu d’ami imaginaire dans son enfance? "Tim et les Zinvisibles", une pièce de Sandra Korol, mise en scène de Michel Toman, est à voir au Petit Théâtre à Lausanne jusqu’au 25 novembre 2012.

La scénographie et les costumes sont signés Jean-Luc Taillefert. Sandra Korol est Mel, l’amie imaginaire de Tim, interprété, lui, par Lionel Frésard.

Dans sa dernière création jeune public, l’auteure et
comédienne Sandra Korol aborde le thème de cet ami invisible, ce compagnon de
route rassurant de nos premières années d’enfance. A travers des scènes
contrastées comme les couleurs de l’arc-en-ciel, elle nous convie à partager
avec Tim cette question: comment grandir sans perdre ce lien avec le monde des
Zinvisibles?
 

Sandra Korol: auteure
et interprète

Née en 1975 à Genève, Sandra Korol se forme à l’art
dramatique au Conservatoire de Lausanne entre 1996 et 1999. Dès sa sortie, elle
œuvre sur les scènes romandes, à la télévision et au cinéma. Parallèlement à
son activité de comédienne, Sandra Korol s’est lancée dans l’écriture en 2001.
Récipiendaire de huit prix/bourses d’écriture, elle compte treize pièces de
théâtre à son actif.
 

"Tim et les
Zinvisibles", la pièce

Assis les pieds nus dans l’herbe, parce que c’est la
seule chose à faire pour ne pas pleurer, Tim va fêter ses 30 ans tout seul et
tout gris. Surgit alors de sa poubelle spatio-temporelle, Mel, son amie
imaginaire, bien décidée à rebrancher son copain à la prise de la joie de
vivre. Tim ne la reconnaît pas mais Mel insiste. Elle veut retourner avec lui
le jour de son huitième anniversaire, pour réparer là où ça s’est cassé. Tim
accepte et monte dans la poubelle… (extraits dossier de presse)

Les actus culturelles du jour

Les choix de Michel Masserey:

- Crise chez Casterman
- Mc Gyver bientôt sur grand écran
- Les textiles suisses au musée
-Les dessous chics font couler l’encre

Cinéma: A l’origine du vampire (2/5)

Deuxième volet de notre série sur les vampires. De "Nosferatu" à "Twilight", le vampire n’a jamais cessé d’envahir nos écrans. Mais en un siècle de cinéma, sa psychologie et ses attributs ont sensiblement évolué.

Comment le cinéma s’est-il emparé de la figure du vampire? Quels acteurs incarneront à jamais Dracula dans nos esprits? Et quelles libertés prend le vampire moderne par rapport à ses modèles classiques? Les réponses de Jean Marigny, vampirologue, auteur notamment de "Vampires, de la réalité au mythe", éd. La Martinière.

En plus...

Cinéma: A l’origine du vampire (1/5)

A l’occasion de la sortie en salles, mercredi 14 novembre 2012, du dernier volet de la saga "Twilight", "Vertigo" vous propose une semaine avec les vampires. Les monstres qui sucent le sang existent dans toutes les cultures et depuis la nuit des temps - des Inuits aux Sumériens. Pourtant, c’est en Europe au XVIIIe siècle que s’est construit le mythe du vampire tel qu’on le connaît aujourd’hui. Comment est née cette créature suceuse de sang qui faisait frémir les foules? Entretien avec Michel Porret, professeur d’histoire moderne à l’Université de Genève. Par Raphaële Bouchet.


Cinéma: "Twilight" ou le vampire à l’eau de rose, épisode 3/5

La saga "Twilight", dont le cinquième et dernier volet sort ce mercredi, mobilise des hordes d’adolescent-e-s. Robert Pattinson y incarne Edward Cullen, un vampire gentil très respectueux de sa vierge compagne, Bella (Kristen Stewart). Le sociologue Gianni Haver analyse cet engouement. Par Raphaële Bouchet.


Cinéma: Du vampire à la vamp, épisode 4/5

La femme vampire est lesbienne, souvent, et croque les hommes, tout le temps… D’abord en littérature, puis au cinéma, les clichés autour des femmes vampires n’ont que peu évolué, explique Marjolaine Boutet, historienne et vampirologue, auteure de "Vampires, au-delà du mythe" (Editions Ellipses). Nous entendrons également une archive de la comédienne Delphine Seyrig qui, en 1971, s’exprimait au sujet de son rôle de vampire dans "Les lèvres rouges" de Harry Kümel. Par Raphaële Bouchet.


Cinéma: Du vampire à la vamp, épisode 5/5

En 1987, Mario Caiano entreprend de tourner une suite au "Nosferatu" de Werner Herzog (1979), toujours avec Klaus Kinski dans le rôle-titre. Très vite, les caprices de la star, qui congédie le cinéaste, menacent le tournage.

Luigi Cozzi, réalisateur, est appelé à la rescousse pour tourner certaines scènes et gérer l’acteur. Il nous raconte comment Kinski, qui avait beaucoup d’idées de mise en scène, a exigé, par exemple, que le film se tourne à l’aube… Par Raphaële Bouchet.

Danse: Schönberg transfiguré

En 1905, le compositeur Arnold Schönberg s’inspire d’un poème contant une histoire d’adultère pour composer sa "Nuit transfigurée". En 2012, le Lausannois Philippe Saire crée une chorégraphie pour cette œuvre qui s’écoutait jusqu’à présent les yeux fermés.

Thierry Sartoretti retient cette nuit en compagnie de Philippe Saire. Une nuit à découvrir du 13 au 18 novembre 2012 au Théâtre Sévelin 36 (version avec musique enregistrée) ou les 9 et 10 janvier 2013 au Forum-Meyrin (version orchestrée avec la Camerata de Lausanne).

Malaise dans la presse écrite

Comment conserver un lectorat qui migre de plus en plus du papier au virtuel?

L’avis d’Erwan Gaucher - journaliste, consultant pour France Télévisions, spécialiste des médias - alors que le quotidien suisse "Le Temps" s’apprête à lancer une restructuration. Un entretien de Pierre Philippe Cadert.