Six heures - Neuf heures, le samedi

L'émission du 23 janvier 2016

Les objets du quotidien deviennent dangereux

Qu'il s'agisse d'une voiture, d'un système de thermostat, d'une poupée Barbie ou d'un bête frigo, de plus en plus d'objets sont connectés au web, à nos outils numériques. Il est donc légitime de questionner les dangers liés à ces nouveaux compagnons de notre quotidien.

Comment sont traitées les milliards de données privées récoltées chaque jour dans notre intimité? Que faire pour éviter que les jouets de mes enfants échappent à mon contrôle? Ma voiture risque-t-elle vraiment d'être piratée?

Au-delà de ces questions pratiques, c'est tout notre rapport aux objets qui change. Ils ne prennent pas (encore) vie, mais force est de constater quʹils interagissent de plus en plus avec nous, ou nous avec eux, ce qui pose évidemment des questions dʹordre éthiques.

Avec nos deux chroniqueurs Didier Bonvin et Bastien Confino en compagnie de Daniela Cerqui, maître dʹenseignement et de recherche au laboratoire dʹanthropologie culturelle et sociale de lʹUniversité de Lausanne.

Les médias: cachez ce sein papier que je ne saurais voir

La version papier du célèbre magazine de charme "Penthouse" disparaît. Le magazine érotique est en perte de vitesse alors quʹil tirait à 7 millions dʹexemplaires dans les années 70. La faute au Net seulement? Lʹérotisme en perte de vitesse?

Avec Gianni Haver, sociologue, spécialiste de la sociologie de lʹimage à lʹUniversité de Lausanne.

La revue de presse

Par Renaud Malik. Avec le kiosque de Thierry Fischer.

6h-9h, les chroniqueurs

Les sujets abordés: Marlon Brando se raconte dans un film documentaire réalisé à partir dʹun journal intime sonore. Et la vie privée des défunts? Regard acide et ironique sur la génération couchsurfing avec le premier roman de Guillaume Rihs; Les écarts entre riches et pauvres ont aujourdʹhui dépassé lʹabsurde: les corriger plutôt que les nier?

Avec Pascaline Sordet, Geneviève Bridel et Julien Comelli.

Des inégalités plus justes, est-ce possible?

Les inégalités économiques ne sont pas nouvelles, mais à notre échelle les écarts entre riches et pauvres ont tendance à se creuser. Actuellement, les 62 personnes les plus aisées de la planète possèdent autant que la moitié de la population la plus démunie, soit environ 3,5 milliards de personnes. Le constat est violent, mais lʹhumain nʹest-il pas par définition inégalitaire? Est-ce dans sa nature dʹêtre soumis aux plus puissants ? Il existe pourtant une autre manière, moins passive, de se poser la question: que faire des inégalités et comment créer un système qui les prenne en compte et les corrige plutôt que de les nier?

Par Pascaline Sordet.

À lire sur le sujet

"Le banc réservé aux Blancs", dʹIvan Vladislavic, Éditions Zoé

Décroissance bobo à Genève

La promiscuité, lʹabsence de chauffage et dʹélectricité, à 15 dans un grand appartement genevois du bord du lac, pour cause de tempête de neige, ce pourrait être un simple fait divers (dʹhiver?) que Guillaume Rihs situe en 2018 et traite avec une ironie bienveillante. Mais dans son premier roman récompensé fin 2014 par le Prix de la Société genevoise des écrivains et intitulé "Aujourdʹhui dans le désordre" (Ed. Kero), lʹauteur épingle la génération couchsurfing habituée des hébergements autour du monde, avec ses discours bien-pensants et ses rêves dʹune ère où lʹon nʹétait pas esclave du progrès.

Par Geneviève Bridel.

 

Les confessions enregistrées de Marlon Brando

Homme à la personnalité complexe, Marlon Brando a passé sa vie à capter, sur bande magnétique, ses impressions. A mi-chemin entre le journal intime et lʹauto-psychanalyse, ces centaines dʹheures dʹenregistrements audio servent aujourdʹhui de fil conducteur à un documentaire qui vient de paraître en DVD. Ce film sur Marlon Brando, disparu en 2004, soulève la délicate question de lʹexploitation dʹarchives privées de personnalités décédées.

Par Julien Comelli.

À voir

"Listen to Me Marlon" de Stevan Riley, 2015, Universal Pictures

À lire sur le sujet

"Ecoute le chant du vent, suivi de Flipper", dʹHaruki Murakami, Éditions Belfond

La sélection

Les temps forts des antennes radios et TV de la RTS sélectionnés par l'équipe de rts.ch.

Le témoignage dʹun ancien chauffard qui a fait le trajet Lausanne - Genève en 17 minutes, dans "Temps Présent".
Des transgenres forcés de s'habiller en femme ou en homme ont témoigné dans "Vacarme" sur La 1ère.
L'expression "simple comme bonjour" détournée par l'animateur Dynamike, dans "pl3in le poste" sur Couleur 3.
Didier Burkhalter comparé à un Bisounours par Oskar Freysinger dans le "Journal du matin" de La 1ère.
Marc Bonnant dans "26 Minutes" sur ce qui sépare les avocats genevois et vaudois: "la langue".

Une chronique préparée cette semaine par Jérôme Genet de lʹéquipe dʹédition du multimédia RTS

Des extraits à retrouver en tout temps sur le site RTS.ch/laselection et sur les réseaux sociaux #RTSLASELECTION

Le journal des sports

Par Caroline Reymond.

L'édito - Davos, le loft global

Par Jean-Marc Béguin

Chaque semaine, le regard pertinent ou impertinent de Romaine Jean et Jean-Marc Béguin sur notre société et son actualité.

Davos se termine aujourdʹhui. Je nʹy suis pas allé cette année. Avant non plus dʹailleurs. Jʹaurais pu et jʹaurais sans doute été content et flatté comme tous mes collègues. Mais Davos, pardon, le World Economic Forum, cʹest surfait. Ce nʹest pas inutile, loin de là, mais cʹest surévalué. De toute façon, cʹest toujours bien de se rencontrer. Et jʹen suis convaincu: beaucoup de choses intéressantes se disent, se transmettent et sʹéchangent. Parfois sans doute des décisions y sont prises, ou du moins des rencontres ont contribué à des solutions futures.

Au fond, Davos cʹest un super loft globalisé. Un huis clos, une télé réalité avec de vrais leaders, de vrais patrons et de vrais journalistes. Et puis cʹest plutôt sympa comme loft Davos. Gageons que les "global leaders of the World" ne se rendraient pas à Choindez pour y causer mondialisation, liberté et sécurité.

Alors trois groupes de bipèdes bien particuliers se réunissent pendant quatre jours dans un endroit fermé, abrité et protégé. Il y a dʹabord les invités, les plus prestigieux, les dirigeants du monde entier, les grands patrons et quelques stars pour les paillettes.

Cette année, cʹest le gentil Leo DiCaprio qui sʹy est collé. Un peu de bien-pensance écologique, cela ne fait pas de mal. Ce sont eux les stars de Davos, ceux dont on guette la moindre déclaration, dont on quémande la petite phrase et suprême récompense le selfie en sa compagnie que lʹon mettra le plus vite possible en ligne…

Il y a ensuite les participants, des patrons pour lʹessentiel, qui paient, cher, le droit de côtoyer les grands de ce monde. Et puis enfin les journalistes. Trop heureux dʹêtre là. Au cœur dʹun si beau parterre. Avec une petite hiérarchie en fonction de la couleur de son badge.

Davos cʹest the unique place to be en janvier au point globalement dʹen oublier lʹesprit critique. Tout ce petit monde  en ressort heureux, plus intelligent parfois et se promet de revenir lʹannée prochaine. Cʹest cela le succès de Davos.

Surtout les dirigeants du WEF devraient décerner un Crystal Award au mouvement altermondialiste. Oui, ce sont ces gauchistes du monde entier, dans les années 90-2000, qui se sont aveuglés eux-mêmes en décrivant Davos comme le centre du monde, là où les méchants dirigeants comploteurs de la trilatérale décidaient du sort de la planète entre eux et en dehors de toutes les institutions… bref le complot ultra libéral mondial se hourdissait dans les Alpes grisonnes… Cʹétait évidemment ridicule, mais la réputation de Davos a grimpé en bourse…

Aujourdʹhui les manifestants ne viennent même plus. Je vous le disais, cʹest très surfait Davos.

La petite sirène du lac de Neuchâtel

Métisphère est une des pionnières suisses du mermaiding. Ce mouvement se développe à travers le monde. Les sirènes (ou les tritons) recherchent autant la performance sportive dans la nage en apnée, que lʹexpression artistique dans la mise en scène de soi en créature aquatique.

"Le mermaiding sʹadresse à tous" selon Cindy alias Métisphère. La sirène neuchâteloise nage souvent dans le lac et à la piscine et elle ne manque pas une occasion de partager sa passion lors dʹinitiations. Par Pauline Seiterle.

Le concours pour élire Miss Mermaid Switzerland se déroule le week-end du 28-29 mai 2016, à la piscine de Thônex, Genève. Inscriptions jusquʹau 30 avril.

missmermaidswitzerland@gmail.com

 

Les Autres - La plus petite tourte aux noix du monde

Avec "Les autres", nous prenons le pouls des trois autres régions linguistiques suisses. Tour à tour, nos correspondants alémaniques, tessinois et romanches nous parlent de leurs coins de pays.

Dans les Grisons, à Tujetsch, depuis que la dernière pierre a été posée à lʹédifice de la nouvelle liaison ferroviaire à travers les Alpes, 500 ouvriers ont quitté la petite commune de 1500 habitants qui voyait défiler chaque année près de 400 000 curieux venus visiter le chantier. Un manque à gagner pour les petits commerces dont celui de de Reto Schmid. Ce boulanger a trouvé la parade pour se refaire. Il vend désormais des millions de tourtes aux noix, fameuse spécialité grisonne et romanche. Son secret: Il a créé la plus petite tourte aux noix du monde.
Avec David Spinnler, notre correspondant de la RTR, la Radio Télévision Romanche.

Pierre Assouline, "Golem"

Soupçonné du meurtre de son ex-femme, un champion dʹéchecs à lʹintelligence décuplée fuit et enquête. "Golem" de Pierre Assouline est un roman paru aux éditions Gallimard sur les origines, le transhumanisme et la question du monstrueux.

Une interview de Christine Gonzalez diffusée le lundi 18 janvier 2016 dans "Vertigo".

Biologie de la rupture…

Bastien Confino se demande pourquoi, alors que lʹamour entre deux personnes a pu être si intense, il nʹest pas rare de voir petit à petit une certaine distance sʹinstaller et les sentiments sʹessouffler. A côté des raisons psychologiques, comportementales et émotionnelles, sommes-nous biologiquement programmés pour la rupture ou au contraire pour une vie éternelle avec le ou la même partenaire?

Eléments de réponse avec Jean-Didier Vincent, neurobiologiste, membre de lʹacadémie française des sciences et de médecine.
Un sujet de Bastien Confino diffusé le lundi 18 janvier 2016 dans "CQFD".

En plus...

La biologie de la rupture

Bastien Confino se demande pourquoi, alors que l’amour entre deux personnes a pu être si intense, il n’est pas rare de voir petit à petit une certaine distance s’installer et les sentiments s’essouffler. A côté des raisons psychologiques, comportementales et émotionnelles, sommes-nous biologiquement programmés pour la rupture ou au contraire pour une vie éternelle avec le ou la même partenaire? Eléments de réponse avec Jean-Didier Vincent, neurobiologiste, membre de l’académie française des sciences et de médecine.


La revue des unes

Par Antoine Droux.