Prise de Terre à la mer 4 - Nos oiseaux

L'émission du 10 août 2013

Prise de Terre à la mer (4/4)

Durant quatre semaines, "Prise de Terre" prend ses quartiers d’été au bord de la mer et vous propose quatre reportages à la rencontre d’hommes et de femmes qui ont fait de la mer leur terrain de jeux privilégié.

Aujourd'hui, cap sur les aires marines protégées avec Valérie Burgener, biologiste et spécialiste des cétacés.

L’objectif de 10% d’aires marines protégées (AMP) a été repoussé à 2020 pour les 193 pays signataires de la convention de la biodiversité. Aujourd'hui seulement 1,17% de la surface des océans et des mers sont classés "AMP". Et sur le terrain, ces aires marines protégées recouvrent des réalités très différentes. Comment sont-elles gérées? Sont-elles écologiquement représentatives?

A la fois engagée au WWF international et membre de l’association Participe Futur, Valérie Burgener a décidé d’aller enquêter de plus près. A bord du voilier Alcyon, nous la suivons lors d’une étape en Méditerranée, le long de la côte Napolitaine.

Biologiste, spécialiste des cétacés, Valérie Burgener est originaire de Sierre. Très jeune, elle embarque chaque été sur les voiliers pour observer dauphins et baleines en Méditerranée. En 2004, elle participe à la fondation de l’association "Participe Futur" et réalise la première expédition de l’association "De la Méditerranée au Spitzberg". Valérie est membre du bureau de "Participe Futur" et présidente de "Participe Futur Suisse".

Un reportage de Cécile Guérin.

"Nos Oiseaux" fête ses 100 ans

"Nos Oiseaux" est une société, mais c’est aussi une revue qui paraît régulièrement depuis juillet 1913. Cent ans d’existence pour une société scientifique qui doit beaucoup aux contributeurs-amateurs. Pourquoi l’ornithologie passionne-t-elle tant le grand public?

Lucile Solari reçoit Pierre-Alain Ravussin, ornithologue et rédacteur adjoint à la revue "Nos Oiseaux".

Née à Neuchâtel en 1913 à l'initiative d’Alfred Mayor (premier président), d’Alfred Richard (premier rédacteur de la revue) et d'Hermann Russ, industriel bienfaiteur, la Société romande pour l’étude et la protection des oiseaux, devenue "Nos Oiseaux", doit son éclosion aux observateurs-amateurs soucieux à l’époque déjà, de protéger la diversité ornithologique de notre pays.

C’est dans ce même souci qu'aujourd’hui encore, c’est tout un réseau de passionnés qui, jumelles au poing, sillonnent le territoire pour observer le comportement et l’évolution des populations ornithologiques.

L’ornithologie est ainsi avec l’astronomie, l’une des sciences participatives les plus actives.