Séquence de l'émission du 1 novembre 2012
Atteindre les bonnes notes n'est pas réservé à une minorité de personnes.
Astrid Gast
Fotolia [Astrid Gast - Fotolia]
Astrid Gast - Fotolia

Tout le monde peut chanter juste

50% de la population estime qu’elle ne sait pas chanter juste et pense que le monde se divise entre ceux qui ont l’oreille musicale et ceux qui ne l’ont pas.

Lydia Gabor rétablit la vérité par rapport à cette croyance. Elle vous emmène au Piccolo Opera, à Genève, ou Sophie Ellen Frank, directrice, propose une méthode originale pour trouver sa voix, éduquer son oreille et apprendre à chanter juste.
Séquence de l'émission du 1 novembre 2012
Les courtiers en assurance ont plusieurs obligations envers les personnes qu'ils démarchent, notamment donner leur identité et dire pour qui ils travaillent. [Rido - Fotolia]
Rido - Fotolia

Les étranges pratiques d'un vendeur en assurance maladie

Un mystérieux démarcheur, soit disant représentant du canton, s'invite chez les gens et leur pose des questions indiscrètes sur leur couverture d'assurance-maladie. Un courtier? Quels sont nos droits vis-à-vis d'eux?

Réponse de Tobias Lux, porte-parole de la Finma, l'autorité de surveillance des marchés financiers. Ses conseils: prendre le temps de réfléchir avant de signer et exiger des informations écrites sur l'identité du démarcheur et des assurances pour lesquelles il travaille.
Séquence de l'émission du 1 novembre 2012

La question du jour: visite chez le vétérinaire

A quelle fréquence faut-il emmener son chat ou son chien chez le vétérinaire?
Séquence de l'émission du 1 novembre 2012
Logo On en parle [RTS - RTS]
RTS - RTS

Bien gérer ses e-factures

Avec les e-factures, fini les factures papiers dans la boîte aux lettre. Tout est dématérialisé.

Pascal Bernheim a voulu savoir comment s'organiser pour ne pas oublier les factures sur son ordinateur et ce qu'il fallait conserver. Un spécialiste fait le point sur la valeur juridique du virtuel par rapport au papier.
Séquence de l'émission du 1 novembre 2012
Logo On en parle [RTS - RTS]
RTS - RTS

"Le Fil Kinouli" ou comment tisser le fil du souvenir

Quand l’un de nos proches disparaît, on se retrouve parfois tiraillé entre l’envie de conserver une partie des objets qui lui ont appartenu et la crainte de voir sa maison transformée en un lugubre musée du souvenir. Une des solutions possibles à ce dilemme, en tous cas celle que propose l'artiste Jacqueline Rommerts, serait de transformer les objets du défunt en une œuvre nouvelle...

En ce jour de la Toussaint, zoom sur une nouvelle forme d'accompagnement pour les gens en deuil: faire de l'art avec les objets de la personne décédée.
Émission du 1 novembre 2012

On en parle du 01.11.2012