Séquence de l'émission du 9 septembre 2018
Plante de cannabis. [Ted S. Warren - AP/Keystone]
Ted S. Warren - AP/Keystone

La chronique de Kurt Hostettmann: le cannabis, chapitre 4

Après sa définition, son histoire, son effet « joint », voici son effet thérapeutique. Contrairement à d’autres drogues d’origine naturelle, le cannabis stimule l’appétit. C’est une des rares plantes psychotropes qui ne contient pas d’alcaloïdes (molécules qui contient de l’azote). Son effet anti-douleur a déjà été décrit au premier siècle après JC. Le cannabis lutte contre les douleurs chroniques, les spasmes de la sclérose en plaques, contre les migraines. Hormis la sclérose en plaques ou le manque d’appétit, il faut une dérogation l’office fédéral de la santé publique. On a démontré que le cannabis a également un effet anti-vomissements. Psychologiquement, le CBD (ou cannabidiol) du cannabis a un effet anxiolytique marqué, à condition qu'il soit combiné avec une petite quantité de THC (tétrahydrocannabinol). Pour obtenir des gouttes qui contiennent du CBD et du THC sont à obtenir dans une pharmacie à Langnau, Bahnhof Apotheke.

« Les drogues d’origine naturelles. Plantes, champignons, batraciens » Prof. Kurt Hostettmann Edition : Favre
Séquence de l'émission du 9 septembre 2018
William Amor, ennoblisseur de matière [Xavier Bloch - RTS]
Xavier Bloch - RTS

Reportage découverte: les fleurs de William Amor

À Paris, un artisan transforme la pollution en belles fleurs.

Métamorphoser le plastique en fleurs ! C’est le défi que relève William Amor. Ce plasticien réalise d’étonnantes créations à base de déchets de plastique. Sous ses doigts, ce matériau souvent dévalorisé devient bouquet floral. William Amor travaille à Paris. Il a ouvert son atelier à Xavier Bloch.

Séquence de l'émission du 9 septembre 2018
Il transforme les déchets plastiques en fleurs [RTS]

Il transforme les déchets plastiques en fleurs

À Paris, un artisan transforme la pollution en belles fleurs.
Séquence de l'émission du 9 septembre 2018
Le cri du gnou. [François Turrian - RTS]
François Turrian - RTS

La chronique de François Turrian: le quiz nature

Vous n’entendrez pas toujours un chant. Parfois une simple question vous mettra sur la piste de la bonne réponse. On étend le domaine des sujets à la nature en général. Chaque semaine, trois lauréats seront tirés au sort et pourront gagner une brochure BirdLife, une entrée au centre-nature de La Sauge ou un autre prix.

L’ambiance sonore de ce matin nous faisait découvrir le cri du gnou.

Le gnou est une antilope de la famille des bovidés. Une des caractéristiques : sa capacité à pouvoir se déplacer en immense troupeaux. Entre le Kenya et la Tanzanie. Ils se déplacent avec des zèbres et des gazelles. Ce sont « le rasoir à 3 lames ». Le gnou aime les jeunes repousses, les gazelles mangent de l’herbe moins tendre et le zèbre aime l’herbe un peu plus sèche. On estime actuellement à 1,7 millions gnous, 300 mille zèbres et 300 milles gazelles soit environ 2 millions et demi qui se déplacent chaque. C’est la plus grande migration d’animaux terrestre de la planète. Pourquoi migrent-ils ? La qualité de la nourriture, plus que la quantité, fait se déplacer ces animaux dans une migration circulaire entre le sud du Kenya jusqu’au sud du Serengeti. L’herbe en séchant perd ses qualités nutritives. C’est la raison pour laquelle les gnous suivent l’herbe verte et riche en protéines.

Séquence de l'émission du 9 septembre 2018
Un vers de terre. [Pascal Huot - Fotolia]
Pascal Huot - Fotolia

La question de développement: connaître le sol de son jardin

De tous les milieux naturels, le sol présente une caractéristique unique: il lie le vivant et l’inerte. Le vivant, c’est le monde organique, l’inerte, c’est le monde minéral. Le lien entre organique et minéral, qui existe depuis le début de la formation des sols est la clé de la fertilité de nos jardins. Pour que le jardinier intervienne à bon escient, il est bon de connaître certains éléments importants.
Séquence de l'émission du 9 septembre 2018
Thierry Basset et le dinosaure endormi [Christine Magro - RTS]
Christine Magro - RTS

Thierry Basset: Le dinosaure endormi

CHUUUUUTTTT…
On croirait voir un dos de dinosaure endormi, dans les « Rochers du Soir » près de Salvan. En fait les géologues parlent de dos de baleine. La nature et les morphologies rocheuses sont fascinantes. Des crêtes effilées et bien lisses séparées par des creux. Pourquoi le paysage s’est-il sculpté ainsi ? La dureté des roches, la manière dont les couches rocheuses sont disposées et l’érosion glacière en sont les 3 explications.

- Les couches sont dures et parfois moins dures.
- La disposition des couches est parallèle à l’axe de la vallée, donc à l’écoulement du glacier qui passait par là
- Les glaciers, il y a 20'000 ans, ont poli et usé ces roches.

Cette variété de paysage permet une biodiversité extraordinaire : des crètes sèches aux tourbières et zones humides des fonds de vallées.

L'intégrale de l'émission du 9 septembre 2018

2:56:26