Le Journal du matin du 25.02.2014

L'émission du 25 février 2014

Les meilleurs moments de l'information

Tous les matins, "C'est pas trop tôt" revient sur les temps forts de l'actualité. Au sommaire, ce mardi: la situation en Ukraine et le mandat d'arrêt lancé contre Viktor Ianoukovitch, l'arrivée de la cheffe de la diplomatie européenne à Kiev, les irréductibles fumeurs fribourgeois, la sortie de l'ouvrage "La pensée écologique, une anthologie", écrit par des Suisses, la mort d'André Charlet à l'âge de 87 ans, la gauche qui s'élève contre les investissements dans le pétrole, le gaz et le charbon et le Blick qui veut élire un huitième conseiller fédéral.

Les maires réclament la légalisation de la production de cannabis aux Pays-Bas

Aux Pays-Bas, les maires des principales localités réclament la légalisation de la production de cannabis. Les touristes du monde entier savent que la consommation et la vente sont autorisées, depuis 1976, mais la loi est ambigüe. Par la correspondante de RTSinfo aux Pays-Bas, Sonia Johnson.

Présenté par Yann Amedro

Le Journal de 6h [RTS]

Le Palmier de Gorgier attise le débat sur l’art dans l’espace urbain

Le Conseil d'Etat neuchâtelois soutient le projet de Palmier de Gorgier à travers le pourcent culturel, un moyen inscrit dans la loi reconduit par le Grand Conseil la semaine passée pour financer l’art dans l’espace public. Mais dans la commune de Gorgier, ce palmier de 18 mètres de haut provoque une levée de boucliers incroyable. Son emplacement prévu à côté du pénitencier et son coût - 100'000 francs - font polémique. Une pétition voulant l’interdire a déjà recueilli des centaines de voix et le Conseil général a voté contre lui presque à l’unanimité. Après plusieurs mois de controverse et un débat citoyen dans la commune, la balle est à présent dans le camp des autorités cantonales compétentes pour déposer la demande du permis de construire.

Invité: Jacques Hainard, ancien directeur du Musée d'ethnographie de Neuchâtel et député socialiste au Grand Conseil.

La ville de Berne a trop d’églises

Le quotidien bernois Bund annonçait dans son édition de lundi que la ville de Berne avait trop de lieux de culte réformé. L’Eglise réfléchit donc à la manière de faire passer ses bâtiments de 12 à 6. Par Bernard Litzler.

Avant la Coupe du monde de football, Rio accueille la Coupe des favelas

A quatre mois de la Coupe du monde au Brésil, une autre compétition se joue, tout aussi importante et même plus pour des dizaines de milliers de gamins des quartiers pauvres de Rio: "la Coupe des favelas". Créée par une ONG en 2012, cette compétition est une occasion unique pour de nombreux jeunes Brésiliens. Elle leur permet de ne pas tomber dans la criminalité, mais aussi d'être repérés et devenir - qui sait? - une star du ballon rond. La finale se jouait le samedi 15 février dernier à Madureira, une des favelas de la banlieue nord de Rio. Le reportage de la correspondante de RTSinfo au Brésil, Elodie Touchard.

Botox politicus

Certains chefs d'Etat n'hésitent pas à recourir à la médecine esthétique. Mais est-ce bien utile en politique?

Invités: Jérôme Vincent, journaliste au magazine Le Point, co-auteur de "Le livre noir de l’esthétique" (Ed. Calmann-Lévy) et John Antonakis, professeur de comportement organisationnel à l'Université de Lausanne.

Par Alain Arnaud et Simon Corthay

Katja Schaer: les pays émergents doivent prendre leurs responsabilités

La Banque centrale américaine, la Fed, resserre sa politique monétaire. Les marchés émergents flanchent. La corrélation est directe, presque mécanique. Car les investisseurs se détournent des économies émergentes aussi massivement qu'ils s'y étaient intéressés. Et ces économies émergentes - Inde, Brésil et Turquie en tête - sont ensuite très promptes à dénoncer cette politique américaine égoïste, sans égards pour le reste du monde. Alors, bien sûr, la Réserve fédérale américaine est responsable des déboires des marchés émergents, de la chute des monnaies turques, indiennes, indonésienne et autres. Bien sûr.

Mais il est trop facile, pour ces marchés émergents, de se poser en simples victimes de la stratégie économique américaine. Parce que, jusqu'à preuve du contraire, ils ne sont pas des places inertes, sans pouvoir de décision ni d'intervention. D'abord, leur boulimique accumulation de réserves a contribué, elle aussi, aux déséquilibres mondiaux actuels. Mais surtout, ces pays auraient pu, auraient dû même, pendant les années de prospérité, quand les flux de capitaux leur étaient favorables, procéder à d'indispensables réformes. Celle de leur système bancaire par exemple. Car ces réformes les auraient rendus, justement, moins dépendants des décisions de la Fed américaine. Mais ils n'ont rien fait, ou si peu.  Aujourd'hui, avec le retrait des capitaux, ils s'empressent de dénoncer l'arrogance américaine. Alors on pourrait  leur répondre, comme dans la fable "eh bien dansez maintenant". Mais ce serait cruel. On se contentera donc de leur rappeler qu'à la place des Américains, ils appliqueraient la même politique, sans se soucier du reste du monde.

Katja Schaer

Grégoire Junod, les références musicales du jour

"La ballade de Johnny Jane", Serge Gainsbourg
"Hexagone", Renaud
"Les cactus", Jacques Dutronc

Présenté par Didier Duployer

Le Journal de 7h [RTS]

Réseaux sociaux en Chine (2/5): WeChat, réseau 100% chinois

Cette semaine, Sonar plonge dans l’internet et les réseaux sociaux chinois. Un écosystème régulé par des codes et des acteurs différents. Les géants du web chinois s’appellent Baidu, Youku, Weibo ou encore Renren. Le web en Chine, c’est aussi des chefs d’entreprises influents qui communiquent via un avatar "Hello Kitty" ou encore un petit lapin rose. La Suisse est encore peu présente sur ces plateformes fréquentées par plus de 600 millions d’internautes. Le correspondant de RTSinfo à Shanghaï, Raphaël Grand, nous présente chaque jour une facette de ces mystérieux réseaux sociaux chinois.

Ce mardi, le réseau social WeChat, qui, utilisé via son téléphone portable est le mariage de deux outils à succès en Occident: WhatsApp et Facebook. Plus de 90% des smartphones présents sur le territoire chinois seraient équipés de l’application WeChat. Les Chinois l’utilisent pour envoyer des textos vocaux, mais également pour payer leur taxi ou gérer leur compte bancaire. WeChat serait également un outil de surveillance de masse, le gouvernement chinois ayant accès aux bases de données de l’application, selon plusieurs sources interrogées en Chine.

Pascal Lamy et la votation du 9 février

"Ceux qui ont combattu l'initiative contre l'immigration de masse doivent se remettre en question. Ils portent une lourde responsabilité dans leur échec", c'est le constat de Pascal Lamy, ancien directeur général de l'Organisation mondiale du commerce (OMC). Fin connaisseur de la Suisse, Pascal Lamy est aujourd'hui président d'honneur du think tank "Notre Europe". De passage à Genève pour une conférence, celui qui fut aussi commissaire européen au commerce commente l'impact de cette votation et s'inquiète de la montée du populisme en Europe.

Témoignage d'un médecin ukrainien au coeur des affrontements

La révolution ukrainienne, c'est aussi une extraordinaire solidarité populaire. Dans les moments les plus intenses de la répression, des volontaires ont par exemple protégé les hôpitaux contre les incursions de la police et des miliciens pro-Ianoukovitch. Le témoignage d'Alexandre Litchensky, chirurgien thoracique à Kiev.

La Suisse a-t-elle les centrales nucléaires les plus vieilles du monde?

Ce mardi matin, "Factuel" s'intéresse à nos centrales nucléaires avec cette déclaration de Jürg Büri, qui est directeur de l'ONG Fondations suisse de l'énergie. Le responsable de l'organisation environnementale dénonçait l'âge trop élevé, selon lui, des centrales nucléaires.

"Les risques montent avec l’âge des centrales et maintenant nous avons les plus vieilles centrales du monde. Nous avons une centrale à Beznau qui a 45 ans. Il n’existe pas de centrale plus vieille."

Vrai ou faux?

Robert Cramer, conseiller aux Etats genevois

Il ne devrait pas y avoir de contre-projet à l'initiative Ecopop. La commission des institutions politiques du Conseil des Etats a recommandé lundi soir aux sénateurs de ne pas présenter de contre-projet et de rejeter le texte qui veut limiter la croissance de la population suisse due aux migrations à 0,2% par an. Le texte demande aussi que 10% des fonds de l'aide suisse au développement aillent au contrôle des naissances dans les pays pauvres. Robert Cramer (Verts, GE) est conseiller aux Etats et membre de la commission de politique extérieure.

Les places financières européennes clôturent en hausse

Lundi, les marchés étaient assez calmes et les principales places financières européennes ont clôturé en légère hausse, grâce notamment à des indicateurs sur le climat des affaires en Allemagne plutôt positifs. Les chiffres sur l'inflation, en légère progression, ont-ils joué un rôle?

Invité: William Jaccard, responsable de la politique de placement chez Penta Asset Management.

Présenté par Coralie Claude

Le Journal de 8h [RTS]