Le Journal du matin du 05.12.2013

L'émission du 5 décembre 2013

Les meilleurs moments de l'information

Tous les matins, "C'est pas trop tôt" revient sur les temps forts de l'actualité. Au sommaire, ce jeudi: Londres veut faire la distinction entre la religion "islamique" et l'extrémisme "islamiste": une classification qui lui permettrait de lutter plus efficacement contre l'influence des "prédicateurs de la haine", le nouveau président de la confédération, Didier Burkhalter, défend le rôle tenu par son épouse, en marge de sa fonction politique, et les Verts libéraux lancent une initiative parlementaire pour ouvrir la voie au mariage pour tous, homosexuels compris. Par David Racana.

Vaste opération contre la corruption Cameroun

Au Cameroun, l'opération "Epervier", qui lutte contre la corruption et autres détournements de deniers publics s’opposant au développement du pays, fait beaucoup de bruit. L'opération a conduit à l'arrestation et l'incarcération de plusieurs dignitaires du régime, proches du président Paul Biya. Par le correspondant de RTSinfo au Cameroun, François-Xavier Eya.

Journal de 06h00

Présenté par Yann Amedro.

Le Journal de 6h [RTS]

Les "40 tonnes" qui ménagent notre air

Le Prix 2013 de l'association d'entreprises Valais Excellence a été décerné cette année à une entreprise de transport, Berthod Transports à Sion. Ce qui peut surprendre, c'est que cette entreprise a été récompensée pour ses efforts et ses innovations en matière de développement durable. Le "40 tonnes" écolo, ça existe? Le reportage de Claude Défago.

L’archéologie ravive les tensions à Jérusalem

L’office des antiquités israéliennes a annoncé une découverte capitale faite à Jérusalem: un édifice datant d’avant Jésus-Christ. Par Bernard Litzler.

La préparation mentale, composante indispensable dans le sport

Aujourd'hui, la préparation mentale est devenue une composante indispensable de la performance sportive. Un coup décisif au tennis, 2 centièmes gagnés sur un record en athlétisme, le ballon placé au bon endroit au bon moment dans un match capital... Le mental est effectivement souvent déterminant. Par Eric Plancherel.

Qu'est-ce qu'une mort naturelle?

Invités: Didier Sicard, professeur émérite à la faculté de médecine de l’Université Paris Descartes et Eric Baccino, chef de Service de médecine légale au CHU de Montpellier.

La presse

Par Georges Pop et Patrick Chaboudez.

La revue de presse. [RTS]

Revenu minimum, un pas nécessaire

C'est un des fondements du capitalisme: "Si tu travailles, tu auras de quoi vivre". C'est d'ailleurs aussi un des fondements du marché du travail en Suisse, qui est très libéral et performant. Et puis c'est la promesse de notre société faite à tous: "travaille et tu auras de quoi vivre".

Il n'est donc pas acceptable qu'en Suisse, certains emplois à plein temps ne permettent pas de maintenir la tête hors de la précarité. Je ne parle pas ici des jeunes qui vivent parfois temporairement avec trois fois rien. Je parle bien de ces ménages qui ne tournent tout simplement pas, et ce n'est pas faute d'essayer. On ne peut pas en Suisse être titulaire d'un CFC, avoir 50 ans, travailler à plein temps et ne pas pouvoir joindre les deux bouts. C'est pour eux qu'il est temps de trouver une solution.

Alors on trouve des formules différenciées par régions, par branches, peu importe. Mais on fixe un seuil de décence minimal pour rémunérer les jobs.

Sortons des dogmes. Défendre un salaire minimum, ça ne remet nullement en cause une approche libérale de l'économie. Ni la prospérité. Ni l'emploi. C'est simplement un ajustement pour les employés qui aujourd'hui sont sous la barre. Permettre à tous ceux qui travaillent de gagner leur vie, c'est aussi défendre un libéralisme vertueux, encadré de manière limitée, mais pertinente. C'est, au fond, valoriser le travail, et donc la croissance.

Et puis surtout, le salaire minimum offre une réponse précise et efficace, pour maintenir un standard Suisse dans un marché du travail international et sous forte pression. Le jeu en vaut la chandelle. Le débat sur le salaire minimum mériterait donc de sortir des dogmes gauche-droite. C'est, au fond, un débat sur la qualité de vie en Suisse dont il est question, sur le partenariat qui fonde le pays. Et en cela, nous sommes tous concernés.

Joël Marchetti

David Hiler, les références musicales du jour

"Calling you Jevetta", Steele
"I will always love you", Whitney Houston
"Variations sur Marilou", Serge Gainsbourg

Journal de 07h

Présenté par Didier Duployer.

Le Journal de 7h [RTS]

Tu ne tweeteras point n'importe quoi sur des procès en cours

Le gouvernement britannique fait la chasse, sur les réseaux sociaux, aux commentaires déplacés concernant des affaires judiciaires. Le procureur général vient de déclarer que certaines publications postées sur Facebook ou Twitter posaient problème, et pouvaient mettre leurs auteurs en délicatesse avec la loi, voire même influencer des décisions de justice. Dominic Grieve va donc publier régulièrement des mises en garde aux internautes pour éviter tout dérapage: des sortes de lignes directrices à usage des internautes qui jusqu'alors n'étaient envoyées qu'aux médias. Par Magali Philip.

Le débat sur le mariage pour tous arrive en Suisse

Le mariage pour tous, débat qui a déchiré la France, s'invite en Suisse. Les Vert'libéraux déposent une initiative parlementaire qui demande que les unions reconnues par la loi soient ouvertes à tous, quel que soit le genre ou l'orientation sexuelle. Concrètement, c'est l'ouverture du "pacs" aux couples hétérosexuels et surtout du mariage civil pour les couples homosexuels. Une volonté de réforme qui a surpris tout le monde à Berne. L'interview de Barbara Lanthemann, secrétaire générale de l'Association suisse des lesbiennes.

L'économie au coeur des enjeux de la crise ukrainienne

L'Ukraine, un pays immense, est encore et toujours tiraillée entre deux blocs: l'Europe à l'ouest et la Russie à l'est. Une fois de plus, l'opposition pro-européenne se retrouve dans la rue pour tenter de faire tomber le gouvernement pro-russe du président Viktor Ianoukovich. Dans ce nouvel épisode qui émaille la démocratie ukrainienne, difficile de ne pas aborder la question centrale de l'économie pour comprendre les enjeux et le dessous des cartes. D'autant plus que le gaz n'explique pas tout. L'interview de Jacques Sapir, économiste et directeur d'études à l'Ecole des hautes études en sciences sociales à Paris.

Environ 10% de bas salaires en Suisse?

Ce jeudi matin, "Factuel" s'intéresse à une déclaration d'Ada Marra, conseillère nationale socialiste vaudoise. Dans "Forum", le débat portait sur l'initiative pour un salaire minimum, portée par la gauche et les syndicats. Elle propose de fixer un salaire minimum légal de 22 francs de l'heure.

"Avec 22 francs de l'heure que nous proposons, nous touchons le 10% des salariés."

Vrai ou faux?

Jean-Nat Karakash, conseiller d'Etat PS neuchâtelois

Le canton de Neuchâtel sera-t-il gouvernable? Après la période de calme qui a suivi l'élection du nouveau gouvernement ce printemps, l'examen du budget faisait figure de test cette semaine. Le budget 2014 a été voté mais la majorité de droite du Grand conseil a démontré au conseil d'Etat à majorité socialiste qu'elle n'était pas prête au compromis. Elle a rejeté simultanément une série d'amendements de la gauche relatifs à l'aide sociale. Faut-il craindre une nouvelle législature bloquée? Le conseiller d'Etat socialiste neuchâtelois Jean-Nat Karakash est à la tête du Département de l'économie et de l'Action sociale.

Les marchés clôturent dans le rouge

Mercredi, les principaux marchés financiers européens ont terminé la journée dans le rouge, après plusieurs indicateurs économiques mitigés. Invité: Nils Gauffriau, conseiller en investissements à la banque privée Edmond de Rothschild.

L'actualité des marchés. [RTS]

Le Journal de 8h

Présenté par Coralie Claude.

Le Journal de 8h [RTS]

L'Europe doit-elle se battre pour l'Ukraine?

Plus de dix jours après le volte-face du pouvoir qui a suspendu l'accord d’association avec l'UE, la mobilisation de l'opposition reste vive en Ukraine. Le pays est-il victime de l'impérialisme russe?

<b>Invités:</b>

Patrick Gantès, secrétaire général du Centre de Recherches Entreprises et Sociétés (CRES) à Genève, Olga Baranova, conseillère municipale socialiste en Ville de Genève, André Liebich, professeur honoraire d’histoire à l'Institut des hautes études internationales et du développement (IHEID) à Genève, spécialiste de l'Europe de l'Est.

Jean-Nat Karakash, conseiller d'Etat PS neuchâtelois

Le canton de Neuchâtel sera-t-il gouvernable? Après la période de calme qui a suivi l'élection du nouveau gouvernement ce printemps, l'examen du budget faisait figure de test cette semaine. Le budget 2014 a été voté mais la majorité de droite du Grand conseil a démontré au conseil d'Etat à majorité socialiste qu'elle n'était pas prête au compromis. Elle a rejeté simultanément une série d'amendements de la gauche relatifs à l'aide sociale. Faut-il craindre une nouvelle législature bloquée? Le conseiller d'Etat socialiste neuchâtelois Jean-Nat Karakash est à la tête du Département de l'économie et de l'Action sociale.