Le Journal du matin du 02.12.2013

L'émission du 2 décembre 2013

Les meilleurs moments de l'information

Tous les matins, "C'est pas trop tôt" revient sur les temps forts de l'actualité. Au sommaire, ce lundi: François Hollande qui pénalise les clients des prostituées en France, les dernières heures de la maternité de Riaz (FR) qui ferme ses portes ce lundi et le premier anniversaire du statut de la Palestine en tant qu'Etat observateur aux Nations Unies. Par David Racana.

Retour sur les traces du trafiquant colombien Pablo Escobar

Ce lundi est le 20e anniversaire de la mort de Pablo Escobar, le plus grand exportateur mondial de cocaïne, abattu par la police le 2 décembre 1993. Retour sur les traces du trafiquant colombien. Par le correspondant de RTSinfo à Medellín, Frédéric Faux.

Journal de 06h00

Présenté par Yann Amedro.

Le Journal de 6h [RTS]

L'Association "Lire et écrire" fête ses 25 ans

L'Association "Lire et écrire" a soufflé ses 25 bougies samedi à Lausanne. L'occasion de revenir sur ce quart de siècle d'un combat contre l'illettrisme, une réalité qui marginalise celles et ceux qui maîtrisent peu ou pas ces connaissances. A cause d'un parcours de vie tourmenté, Thierry ne savait pas lire et écrire correctement. Cela n'est plus le cas désormais, grâce à l'Association "Lire et écrire". Le reportage de Michel Eymann.

Invitée: Ada Marra, conseillère nationale (PS/VD) et présidente sortante de l'Association "Lire et écrire".

Chrétiens et musulmans, cibles des djihadistes en Syrie

Les chrétiens et les musulmans modérés de Syrie sont de plus en plus la cible de djihadistes. Ceux-ci ne reculent devant aucune atrocité pour faire régner leur loi. Par Marie-Claude Cudry.

La fabrication d'une descente olympique

La saison de ski alpin a bien commencé côté suisse, notamment chez les filles avec Lara Gut. La Tessinoise sera en février l'une des grandes prétendantes aux médailles sur les pistes olympiques de Sotchi, des pistes dessinées par Bernhard Russi, ancien champion suisse du monde et olympique de ski, et architecte de pistes. Par Bernardin Allemann.

Les hommes et les femmes ressentent-ils la même douleur lors d'une crise cardiaque?

Face au risque d'infarctus, hommes et femmes ne sont pas égaux. Mais ressentent-ils la même douleur au moment d'une crise cardiaque? De nouvelles données tordent le cou à certaines idées reçues.

La presse

Par Patrick Chaboudez et Georges Pop.

Sont aussi concernés des employés d'UBS et Credit Suisse, très présents à Londres. [Lefteris Pitarakis - AP/Keystone]

Voir plus grand pour garder les multinationales

Quoiqu'en disent les grands argentiers, la concurrence que se livrent les cantons pour attirer les entreprises étrangères est contre-productive. Car changement de paradigmes internationaux oblige, la "guéguerre" que se livrent les régions suisses à coups de sous-enchères fiscales et autres régimes d'exception est un concept dépassé.

La fiscalité des multinationales s’apprête à vivre un "big bang" sans précédent. Et pour rester compétitive en période de fortes turbulences, la Suisse aurait tout intérêt à promouvoir ses nombreux atouts à l'échelle nationale, et non plus locale. En effet, dans un contexte fiscal et réglementaire plutôt hostile, la "petite" Suisse n'aura aucune chance de défendre ses intérêts contre le G20 et l’OCDE… si elle le fait en ordre dispersé.

Le bon sens voudrait que les cantons établissent une stratégie commune, acceptable à l’étranger et munie d’un mécanisme de compensation pour les régions du pays les moins bien loties. Dans l’idéal, la Suisse se doterait d’un système de taxation des entreprises, locales comme étrangères, avec un taux unique et raisonnable. Et pour toutes les activités liées à la recherche et au développement, Berne serait bien inspirée d'imiter le modèle des patentes des Anglo-Saxons.

Comme pour feu le secret bancaire, jouer la montre serait suicidaire et briserait le dynamisme de promotion de l'économie suisse, qui garantit emplois et prospérité. Car pour garder et continuer d'attirer des multinationales, la politique court-termiste de certains cantons n'a plus d'avenir.

Fabrice Gaudiano

David Hiler, les références musicales du jour

"Le telefon", Nino Ferrer
"Dans la maison vide", Michel Polnareff
"Hey Jude", The Beatles

Journal de 07h00

Présenté par Didier Duployer.

Le Journal de 7h [RTS]

L'astroturfing ou comment truquer un sondage internet

"Manipuler les résultats d'un sondage en ligne, même ma grand-mère peut le faire!". Cette affirmation émane d'un internaute français qui affirme avoir pu voter, à lui seul, plus de 64'000 fois mercredi dernier en réponse à une question, sur le port du voile, posée sur le site de francetvinfo. La technique utilisée permet de feinter le système informatique des sites en changeant l'adresse IP de son ordinateur pour simuler plusieurs connexions. Une pratique également connue sous le nom d'astroturfing et qui permet de faire croire à un vaste mouvement de mobilisation alors que l'engagement des internautes pour un sondage ou une cause est bien moindre. Par Magali Philip.

Faut-il tester les élèves suisses sur leurs connaissances financières?

Depuis peu, certains pays de l'OCDE évaluent les connaissances de leurs élèves via les tests PISA. Les premiers résultats seront publiés d'ici deux mois. Mais la Suisse refuse pour le moment d'introduire ces nouveaux paramètres. Une décision critiquée par la Banque Nationale Suisse et Economiesuisse, pour qui un apprentissage de la finance est essentiel. L'interview de Paul Dembinski, économiste, professeur à l'Université de Fribourg et directeur de l'Observatoire de la Finance.

Campagne électorale à Zurich, la mairie très disputée

La campagne électorale s'annonce passionnante à Zurich. Les habitants de la plus grande ville de Suisse renouvellent leurs autorités municipales le 9 février prochain. La mairie est tout spécialement disputée. La candidate sortante, la socialiste Corine Mauch, se représente. Face à elle, le conseiller national libéral-radical Filippo Leutenegger, qui brigue son poste. Par Rouven Gueissaz.

Les étrangers en Suisse: 22% de la population, 27% du PIB?

Ce lundi matin, "Factuel" s'intéresse à une déclaration d'Antonio Hodgers, ex-conseiller national Vert genevois, tout récemment élu au Conseil d'Etat de Genève.

Dans "Forum", le débat portait sur l'initiative de l'UDC contre l'immigration de masse. Antonio Hodgers évoquait l'importance selon lui de la contribution de la population étrangère à l'économie de la Suisse.
"Il y a dans ce pays 22% d’étrangers, ils représentent 27% du PIB."

Vrai ou faux?

Benedikt Weibel, ancien directeur général des CFF

Le 9 février prochain, le peuple devra dire s'il accepte de débourser 6,4 milliards pour le Financement et aménagement des infrastructures ferroviaires (FAIF). C'est l'un des enjeux d'avenir majeur pour la Suisse et ses transports publics. Il s'agit en clair d'un paquet ferroviaire pour développer et financer l'avenir du rail en Suisse d'ici 2025, pour adapter surtout la mobilité à la croissance de la population. Grande gagnante en cas de "oui", la Suisse occidentale devrait récupérer une bonne moitié de l'enveloppe. Est-ce un développement nécessaire pour répondre à une mobilité grandissante ou une fuite en avant financière incontrôlée du rail?

Benedikt Weibel est ancien directeur général des CFF (de 1993 à 2006). Il a siégé pendant ces années au conseil d'administration de la SNCF, est docteur en sciences économiques, délégué à l'époque du Conseil fédéral pour l'Eurofoot 2008, aujourd'hui professeur honoraire de l'Université de Berne et membre du PS.

Légère hausse sur les marchés

Vendredi, les marchés ont clos en légère hausse, en Europe et aux Etats-Unis. Plusieurs bonnes nouvelles ont soutenu les marchés la semaine dernière. Les Etats-Unis ont terminé la semaine avec le Black Friday, annonciateur des ventes de Noël.

Invitée: Catherine Reichlin, responsable du conseil obligataire à la banque Mirabaud.

L'actualité des marchés. [RTS]

Le Journal de 8h00

Présenté par Coralie Claude.

Le Journal de 8h [RTS]

Nos parlementaires sont-ils trop âgés?

Le chef du groupe socialiste aux Chambres veut imposer la retraite à 65 ans pour les parlementaires. Le monde politique est-il atteint de jeunisme?

<b>Invités:</b>

Andreas Gross, conseiller national socialiste zurichois, Raphaël Mahaim, député vert au Grand Conseil vaudois et avocat stagiaire, et Marc Comina, conseiller en communication politique.