Le 12h30 du 07.04.2012

L'émission du 7 avril 2012

Mali: la junte militaire promet de rendre le pouvoir aux civils

Au Mali, la junte militaire promet de rendre le pouvoir aux civils. La Communauté Economique des pays d'Afrique de l'Ouest (CEDEAO) a donc décidé de lever l'embargo qui pesait sur le pays depuis lundi dernier. Par la correspondante de RTSinfo à Bamako, Auréline Fontaine.

Réfugiés syriens: les autorités turques débordées

Toujours autant de manifestations en Syrie ce vendredi, lors de la traditionnelle journée de mobilisation autour de la grande prière du vendredi, alors que la répression elle non plus ne connaît pas de trêve, malgré les affirmations de Damas. La situation presse un nombre toujours plus important de réfugiés en Turquie. Jeudi, par exemple, plus de 2741 personnes ont trouvé refuge dans les camps du croissant rouge turc. Les autorités locales ont de plus en plus de mal à gérer la crise humanitaire. Le reportage sur place du correspondant RTSinfo, Jérôme Bastion.

Genève Tourisme et Congrès se sépare de son département de la communication

L’information provient du bureau genevois de RTSinfo. Genève Tourisme et Congrès se sépare de son département de la communication. Un poste, celui de la directrice, est supprimé. Le changement est effectif. L'association privée pour la promotion du tourisme à Genève poursuit sa restructuration. Par Loïs Siggen Lopez.

Un député jurassien en stage à l’école enfantine?

Le syndicat des enseignants jurassiens propose à un député de suivre un stage rémunéré à l’école enfantine. L’objectif est qu’il se rende mieux compte du travail effectué par les enseignantes. Lors de la dernière séance du Parlement jurassien, l’élu avait interpellé le gouvernement sur la revalorisation de leur salaire qui entrera en vigueur au mois d’août. En laissant imaginer que les maîtresses enfantines pouvaient être payées pour boire le café, il n’a pas manqué de susciter quelques réactions. Par Gaël Klein.

Le 12H30 [RTS]

Spéculations financières et pouvoir au cœur de l’action dans "L'argent du Bon Dieu"

C'est un thriller, dont l'histoire est liée à d'obscurs trafics d'argent et à la mafia. L’intrigue se passe entre Genève, la Corse et le Vatican. L'écrivain Jean-Louis du Roy vient de publier "L'argent du Bon Dieu" (éd. Le Cri, Bruxelles) où spéculations financières et pouvoir sont au coeur de l'action. Et l'auteur sait de quoi il parle puisqu'avant de se consacrer entièrement à l'écriture, il a travaillé pendant des dizaines d'années dans le monde de la banque et de la finance. L’interview de Jean-Louis du Roy.

Le 12H30 [RTS]

Hockey sur glace: Zurich va tenter de prendre l’avantage face à Berne

En hockey sur glace, Zürich va tenter ce samedi soir de prendre l'avantage de la glace dans la finale du championnat de Ligue nationale A qui l'oppose à Berne. Vainqueurs 2-1 jeudi au Hallenstadion, les Zürichois sont revenus à une victoire partout dans la série. Ils savent ce qu'il faut faire pour rééditer cette performance. L’interview de l'entraîneur de Zürich, Bob Hartley.

Le 12H30 [RTS]

Retraités, la nouvelle force de travail

En Suisse, une personne sur trois travaille après l'âge de la retraite. Parmi celles-ci, une majorité le fait pour des questions financières. Mais il existe aussi des retraités qui poursuivent une activité professionnelle pour d'autres raisons. A l'heure où le débat autour de l'âge de la retraite vient d'être relancé par le patronat en Suisse, "Quinze minutes" a rencontré ces retraités qui ne veulent pas de la retraite à 65 ans. Que peuvent-ils amener à la société et par quoi sont-ils motivés?

Un reportage d'Ariane Hasler et Sandro Lisci.

"L'image de mon père qui, à 65 ans, s'est installé devant la télévision et ne l'a plus quittée jusqu'à la fin, a agit comme un épouvantail sur moi. Je me suis alors demandé si je pouvais encore faire quelque chose après la retraite, si mes compétences pouvaient toujours servir. Et je me suis engagé dans Adlatus." Régis Gross a 69 ans. Ancien haut cadre du canton de Vaud, il est désormais le président d'Adlatus-Léman. Adlatus - qui signifie "à côté" en latin - est une association qui réunit plus de 400 membres, triés sur le volet. Les "adlates" sont tous d'anciens dirigeants ou d'anciens cadres qui mettent leur compétences au service des PME, des starts-up ou de fondations sur mandat. "C'est un peu comme les "anciens" auprès desquels on venait chercher des conseils à l'époque", explique Régis Gross. "A titre personnel, j'ai encore énormément de plaisir à travailler. Adlatus m'oblige aussi à mettre mes connaissances à niveau. Poursuivre cette activité me permet d'entraîner mon cerveau, comme un muscle. Et puis à table, avec ma femme et mon fils, je ne suis pas le "papy" qui n'a plus de conversations. On peut même parler réseaux sociaux avec mon fils!" annonce-t-il dans un grand éclat de rire.

" Je travaillerai aussi longtemps que ma santé me le permet."

A 73 ans, Max Zumstein aime l'Opéra. Et le sport. Le décathlon surtout. "Je cours le 100 mètres en 14 secondes" explique-t-il avec un grand sourire. Mais Max Zumstein n'est pas non plus un retraité comme les autres. A 73 ans, il travaille non seulement avec sa femme comme commercial dans l'entreprise de son fils, mais aussi - deux jours par semaine - à l'administration fédérale. La Confédération propose en effet à certains de ses cadres de prolonger leur carrière au-delà de l'âge de la retraite. A Berne, comme dans certaines entreprises - comme la Migros- on se rend compte que les gens qui partent à la retraite emportent leurs compétences et leur expérience avec eux et qu'il est parfois difficile et coûteux de les remplacer. Max Zumstein fait partie de ces cadres que Berne a voulu retenir. Et il en est très heureux. "Ce travail me plaît et je ne me verrais pas arrêter!" explique-t-il dans un joli français teinté de suisse allemand. Pour lui aussi la flexibilité du corps et de l'esprit sont importantes et le cerveau doit rester entraîné. Un moyen de lutter contre la vieillesse? Max Zumstein soupire: "Vous savez, contre la vieillesse, on ne peut pas faire grand-chose.... à part essayer de rester en forme mentalement et physiquement."

" Quand vous recevez votre première fiche AVS, ça fait un coup "

"Quand vous entrez dans le monde du travail, c'est comme si on vous prenait les clefs de votre vie. On vous donne un statut, de l'argent et on vous offre la possibilité de mettre pas mal de choses de côté, grâce au travail. Souvent, c'est à la retraite que la facture se paie". Daniel Prône connaît bien les retraités, notamment parce qu'il anime des groupes de parole et assume des activités paroissiales. Daniel Prône connaît aussi bien les retraités parce qu'il en est un. A 68 ans, il continue son activité de psychothérapeute à un peu plus de 10%. "J'ai vraiment envie de transmettre encore quelque chose, de faire profiter la société de mes compétences, explique-t-il.  Je pense d'ailleurs que psychothérapeute fait partie des métiers qui vieillissent bien!". Puis il avoue: "en même temps, c'est vrai. J'ai peut-être un peu la trouille."  Retraite rime souvent avec prise de conscience. "Quand j'anime des groupes de préparation à la retraite, je leur dis: si notre vie c'est un mètre, il vous reste 20 centimètre à vivre. Quel sens allez -vous donner à ces vingt centimètres?" Une chose est sûre: Régis Gross, Max Zumstein et Daniel Prône ont trouvé eux, comment occuper ces vingt derniers centimètres.