Forum du 28.01.2013

L'émission du 28 janvier 2013

Comment la LAT concerne (aussi) le Plateau suisse

Dézoner les zones à bâtir qui dépassent les besoins estimés pour les quinze prochaines années: c'est le sens de la révision de la Loi sur l'aménagement du territoire (LAT), qui est combattue par un référendum lancé par l'Union suisse des Arts et Métiers (USAM) et soumise à votation le 3 mars. Le texte suscite des levées de boucliers dans les cantons alpins touristiques comme le Valais. Mais il concerne aussi de près le Plateau suisse. Vaud et Fribourg sont ainsi, avec le Valais, les cantons comportant la plus grande réserve non construite.

Présentation du grand débat de "Forum" en direct avec quatre invités.

Grand débat autour de la Loi sur l'aménagement du territoire (LAT)

La révision de la Loi sur l'aménagement du territoire (LAT), soumise à votation le 3 mars prochain, suscite un débat nourri en Suisse. Selon le sondage SSR-GfS publié vendredi dernier, le texte recevait à mi-janvier 54% d'avis favorables, mais son sort reste encore très incertain. Un tiers seulement des sondés disent savoir avec certitude ce qu'ils vont voter, une situation qui laisse beaucoup de marge de manoeuvre pour la campagne. Or, cette dernière est justement en train de gagner en puissance, avec l'apparition d'affiches notamment. Et c'est en Suisse romande que les avis négatifs sont les plus nombreux.

Pour arbitrer le match des arguments entre les partisans d'un frein au "mitage du territoire" et ceux qui brandissent la menace d'une hausse des prix du terrain, "Forum" propose ce lundi soir un grand débat en direct et en public de la Pinte communale La Vente à Payerne (VD), animé par Philippe Revaz et Vincent Bourquin.

<b>Invités:</b>

- <b>Partisans: Adèle Thorens</b>, conseillère nationale vaudoise co-présidente des Verts suisses, et <b>Jacques Bourgeois</b>, conseiller national PLR fribourgeois et directeur de l'Union suisse des paysans (USP).

- <b>Opposants: Jean-François Rime</b>, conseiller national UDC fribourgeois et président de l'Union Suisse des Arts et Métiers (USAM), et <b>Christelle Luisier</b>, députée PLR vaudoise et syndique de Payerne.

Stefan Kudelski senior, le père du Nagra est décédé

Stefan Kudelski est décédé samedi à l'âge de 84 ans. L'homme aura marqué l'histoire grâce à l'invention du Nagra, un magnétophone 100% Swissmade. L'entreprise qu'il a fondée a son siège à Cheseaux, près de Lausanne. Stefan Kudelski avait cédé la direction opérationnelle de l'entreprise à son fils en 1991. Avec l'interview d'André Kudelski, fils de Stefan Kudelski.

Le milliard pour l'EPFL: à quel prix pour les autres universités suisses?

L'EPFL décroche un milliard d'euros de subventions de la part de l'Union européenne. L'argent sera versé sur dix ans et financera un projet de recherche sur le cerveau: le "Humain Brain Project". Un autre projet a également été retenu par Bruxelles, il s'agit d'une recherche suédoise à laquelle plusieurs universités suisses sont associées. On peut donc dire que c'est toute la recherche helvétique qui est récompensée par cette décision européenne. L'analyse de Loïs Siggen Lopez, avec l'interview de Jürg Burri, vice-directeur du secrétariat d’Etat à la formation, à la recherche et à l'innovation.

Patrick Aebischer satisfait du milliard pour l'EPFL

L'Ecole polytechnique fédérale de Lausanne (EPFL) a reçu une subvention d'un milliard d'euros sur dix ans de l'Union européenne pour un projet de recherche sur le cerveau. Le directeur de l’EPFL Patrick Aebischer est très satisfait.

Patrick Aebischer. [EPFL]

Question jurassienne: le déblocage

Le Jura et le Jura bernois voteront bel et bien cette année sur la création d'un nouveau canton. Le Grand Conseil bernois vient d'accepter par 94 voix contre 51 la nouvelle loi sur le statut particulier. Par Alexandra Richard.

Journaliste au Mali: l'impossible métier

"L'armée française prend Tombouctou". C'est l'information du jour sur la situation au Mali. Les groupes armés islamistes qui menaçaient le pays reculent. Mais les sources sont de l'armée malienne et de l'armée française. Les journalistes n'arrivent qu'après pour juger de la valeur de l'information, quand les deux armées le leur permettent justement. Il n'y a pas de journalistes, sauf Maliens, sur la ligne de front. Alors, comment se fier à l'information qui vient d'une partie au conflit? Omar Ouhamane, grand reporter à la rédaction de France Culture, revient du Mali, des villes du nord dites libérées (Sévaré et Kona). Son interview.

Omar Ouahmane journaliste ä France Culture [LEMONDE.FR/KARIM EL HADJ]