Séquence de l'émission du 30 avril 2018
La navigatrice Anne Quéméré a pour ambition de passer du Pacifique à l’Atlantique avec le soleil pour seul carburant.
Photo prise dans espace presse du Centre photovoltaïque du Centre suisse d’électronique et microtechnique de Neuchâtel (CSEM) - pas de crédit indiqué.
CSEM.ch [CSEM.ch]
CSEM.ch

Du Pacifique à l’Atlantique avec le soleil pour seul carburant

Passer de l’océan Pacifique à l’océan Atlantique par l’Arctique canadien, c’est le défi fixé par la navigatrice Anne Quéméré. Et ceci sans essence et sans voile, uniquement propulsée par des panneaux solaires. Un sacré défi au pôle où le soleil n’est jamais très haut dans le ciel.

On en parle avec Anne Quéméré et Christophe Ballif, directeur du Centre photovoltaïque du Centre suisse d’électronique et microtechnique de Neuchâtel (CSEM). Un sujet de Bastien Confino.
Séquence de l'émission du 30 avril 2018
L'entrainement en hypoxie permet de simuler les conditions en altitude.
Maridav
Fotolia [Maridav - Fotolia]
Maridav - Fotolia

Entrainement en haute altitude… à Onex

Stéphane Délétroz vous propose de découvrir l’un des plus grands complexes d’Europe d’entrainement en hypoxie. Ce type de centre permet de simuler le fait d’être à 2'000, 3'000, 5'000 ou même 8'000 mètres d’altitude. Il est destiné aux sportifs, aux personnes en surpoids ou en réhabilitation.

Les détails avec Sandra Leal, médecin de montagne et du sport et responsable du Centre SportAltitude, ainsi qu'avec Grégoire Millet et Davide Malatesta, de l’Institut des sciences du sport de l’Université de Lausanne.
Séquence de l'émission du 30 avril 2018
L'appauvrissement génétique accélère la disparition d'une espèce.
tacio philip
Fotolia [tacio philip - Fotolia]
tacio philip - Fotolia

De la génétique à l'extinction

Moins une espèce compte de représentants, plus elle a tendance à disparaître rapidement. Cette évidence comptable est accentuée par l'effet de la génétique. Perte de diversité, consanguinité et isolement comptent parmi les facteurs qui jouent un rôle dans cet effet pernicieux. Il peut être contré, mais très difficilement.

Les détails de Luca Fumagalli, responsable du Laboratoire de biologie de la conservation au Département écologie et évolution de l’Université de Lausanne (Unil), au micro de Silvio Dolzan.

> Un sujet en nouvelle diffusion

L'intégrale de l'émission du 30 avril 2018