Séquence de l'émission du 29 mars 2018
Le génome humain a été décrypté en 2003.
Chepko Danil
Fotolia [Chepko Danil - Fotolia]
Chepko Danil - Fotolia

La génétique pour les nuls

Le 14 avril 2003, la Maison Blanche annonçait la fin du séquençage du génome humain, l'achèvement d'un projet amorcé en 1990. Quinze ans plus tard, le Campus Biotech abrite la 1e plateforme de séquençage de l’ADN à haut débit de Suisse.

Retour sur cette histoire et introduction sur le génome avec Didier Trono, co-directeur de Health 2030 et responsable du Laboratoire de virologie et de génétique de l’EPFL (TronoLab), Jacques Fellay, co-directeur du Centre de génomique de l'EPFL (FellayLab) et directeur de l’Unité de médecine de précision du Centre hospitalier universitaire vaudois (CHUV), et Marta Vitale, psychologue de l’Unité d’oncogénétique des Hôpitaux universitaires de Genève.
Séquence de l'émission du 29 mars 2018
Les hôpitaux utilisent le séquençage ADN pour détecter des maladies génétiques bien précises.
Syda Productions
Fotolia [Syda Productions - Fotolia]
Syda Productions - Fotolia

Génome et dépistage des maladies

Un des grands espoirs du séquençage du génome humain est de pouvoir dépister de nombreuses maladies.

Etat des lieux avec Didier Trono, co-directeur de Health 2030 et responsable du Laboratoire de virologie et de génétique de l’EPFL (TronoLab), Jacques Fellay, co-directeur du Centre de génomique de l'EPFL (FellayLab) et directeur de l’Unité de médecine de précision du Centre hospitalier universitaire vaudois (CHUV), et Marta Vitale, psychologue de l’Unité d’oncogénétique des Hôpitaux universitaires de Genève.
Séquence de l'émission du 29 mars 2018
Le CRISPR-CAS9 est un outil de biotechnologie comparé à une paire de "ciseaux génétiques".
Mopic
Fotolia [Mopic - Fotolia]
Mopic - Fotolia

Les craintes et les applications du séquençage du génome humain

Nos invités s'expriment sur la protection des données génétiques et sur les vraies et fausses promesses de cette avancée scientifique.

Avec Didier Trono, co-directeur de Health 2030 et responsable du Laboratoire de virologie et de génétique de l’EPFL (TronoLab), Jacques Fellay, co-directeur du Centre de génomique de l'EPFL (FellayLab) et directeur de l’Unité de médecine de précision du Centre hospitalier universitaire vaudois (CHUV), et Marta Vitale, psychologue de l’Unité d’oncogénétique des Hôpitaux universitaires de Genève.
Émission du 29 mars 2018
La prédisposition génétique est utilisée pour certains traitements. [norman blue - Fotolia]
norman blue - Fotolia

15 bougies pour le décodage du génome humain

Il y a quinze ans, l’entier du génome humain était décrypté, suscitant de formidables espoirs, mais aussi de nombreuses craintes. En direct du Campus Biotech à Genève, Cécile Guérin et Stéphane Délétroz vous proposent une heure spéciale sur ce thème.

Avec Didier Trono, co-directeur de Health 2030 et responsable du Laboratoire de virologie et de génétique de l’EPFL (TronoLab), Jacques Fellay, co-directeur du Centre de génomique de l'EPFL (FellayLab) et directeur de l’Unité de médecine de précision du Centre hospitalier universitaire vaudois (CHUV), et Marta Vitale, psychologue de l’Unité d’oncogénétique des Hôpitaux universitaires de Genève.