Séquence de l'émission du 22 décembre 2016
Un Physarum polycephalum photographié par le CNRS. [Audrey Dussutour/CNRS - AFP]
Audrey Dussutour/CNRS - AFP

La capacité du blob de transmettre son apprentissage

Le blob est un microbe, un organisme constitué d’une unique cellule, mais qui est très particulier car il est visible à l’œil nu. Son nom scientifique est "Physarum polycephalum". A Toulouse deux chercheurs viennent de mettre en évidence la manière originale qu’a le blob de transmettre ses connaissances à un congénère à travers une fusion cellulaire. Cette étude a été publiée dans The Proceedings of the Royal Society B. La cosignataire de cet article, Audrey Dussutour, Chercheuse CNRS au Centre de Recherches sur la Cognition Animale (Université Toulouse III), est au micro d'Adrien Zerbini.
Séquence de l'émission du 22 décembre 2016
Les tests génétiques peuvent-ils tout révéler de vous?
Fotolia [phonlamaiphoto - Fotolia]
phonlamaiphoto - Fotolia

Les tests génétiques sont-ils fiables?

Les tests génétiques peuvent-ils tout révéler de vous? C’est la question à laquelle nous allons répondre ce matin. Les tests génétiques permettraient de connaître les risques de développer certaines maladies, de découvrir les origines de ses lointains ancêtres ainsi que d’établir le taux de compatibilité génétique, qui serait à la base d’une relation amoureuse réussie et durable.

Eclairage avec Alicia Sanchez-Mazas, responsable de l'Unité d'anthropologie du Département de génétique et évolution de l’Université de Genève et Andrea Superti-Furga, responsable du service de médecine génétique du CHUV. Un sujet proposé par Stéphane Délétroz.
Séquence de l'émission du 22 décembre 2016
L’Univers compterait 2000 milliards de galaxies.
Fotolia [vchalup - Fotolia]
vchalup - Fotolia

2000 milliards de galaxies

Pierre Bartschi nous amène à la découverte des galaxies. Le télescope spatial Hubble a permis d'estimer que l'Univers compterait 2000 milliards de galaxies, soit 10 fois plus que ce que l’on estimait jusqu’à ce jour selon une étude publiée par une équipe de Nottingham dans la revue Astrophysical Journal au mois d’octobre 2016.

Daniel Schaerer professeur d’astronomie à l’Université de Genève et spécialiste des galaxies lointaines, n'est pas surpris du résultat et affirme qu'avec des télescopes plus puissants on pourra en découvrir davantage.

L'intégrale de l'émission du 22 décembre 2016