Séquence de l'émission du 20 mars 2019
Les échanges gazeux des ruisseaux de montagne avec l'atmosphère sont cent fois plus importants que ceux des rivières de plaine.
cristiandxb
Depositphotos [cristiandxb - Depositphotos]
cristiandxb - Depositphotos

Les petits ruisseaux font le grand climat

Les cours d'eau des Alpes suisses modifient le climat! En cause: les échanges gazeux, notamment de CO2, des ruisseaux de montagne avec l'atmosphère qui sont cent fois plus importants que ceux des rivières de plaine. C'est le résultat d'une étude publiée dans la revue "Nature Geoscience".

Les explications de Tom Battin, directeur du Laboratoire de recherche en biofilms et écosystèmes fluviaux de l'Ecole polytechnique fédérale de Lausanne (EPFL), interrogé par Adrien Zerbini.
Séquence de l'émission du 20 mars 2019
Coordonner les mouvements de la maman et du bébé peut favoriser les accouchements par voie basse.
AndreyBezuglov
Depositphotos [AndreyBezuglov - Depositphotos]
AndreyBezuglov - Depositphotos

La coordination mère-enfant pour favoriser les accouchements par voie basse

Coordonner les mouvements de la maman et du bébé pour favoriser les accouchements par voie basse, cʹest le défi lancé par trois chercheurs du Centre hospitalier universitaire vaudois (CHUV) et de l'Ecole polytechnique fédérale de Lausanne (EPFL). Leurs travaux sont récompensés par le Prix Scientifique 2019 de la Fondation Leenaards.

On en parle avec les lauréats: David Desseauve, obstétricien au Département femme mère-enfant du CHUV, Julien Favre, biomécanicien auprès du Swiss Biomotion Lab du CHUV, et Jean-Philippe Thiran, ingénieur en traitement des images au Laboratoire de traitement des signaux de lʹEPFL. Un dossier d'Anne Baecher.

Coordonner les mouvements de la maman et du bébé pour favoriser les accouchements par voie basse

 

Séquence de l'émission du 20 mars 2019
Rosalind Franklin, pionnière de la biologie moléculaire qui a pris le premier cliché de l’ADN.
From the personal collection of Jenifer Glynn/MRC Laboratory of Molecular Biology
CC 4.0 [From the personal collection of Jenifer Glynn/MRC Laboratory of Molecular Biology - CC 4.0]
From the personal collection of Jenifer Glynn/MRC Laboratory of Molecular Biology - CC 4.0

Lʹeffet Matilda ou quand le rôle des femmes en sciences n'est pas reconnu

Rosalind Franklin, pionnière de la biologie moléculaire qui a pris le premier cliché de lʹADN, ou Marthe Gautier, qui a eu un rôle essentiel dans la découverte du chromosome surnuméraire de la trisomie 21, n'ont pas profité des retombées de leurs recherches. Ce déni ou cette minimisation de la contribution des femmes à la recherche porte un nom: l'effet Matilda.

On en parle avec Corinne Royer, auteure de "Ce qui nous revient", paru aux éditions Actes Sud. Un sujet de Stéphane Délétroz.

L'intégrale de l'émission du 20 mars 2019