Séquence de l'émission du 16 janvier 2015
Pierre Margot [F.Imhof    - Unil]
F.Imhof - Unil

Rencontre avec Pierre Margot

Tous les vendredis, "CQFD" reçoit un homme ou une femme de science pour parler de son travail et de ses recherches.

Aujourd'hui, Antoine Droux a invité un scientifique de renommée internationale. Pierre Margot est directeur de l’Ecole des sciences criminelles de l’Université de Lausanne depuis 1986.

Pierre Margot part à la retraite à la fin du mois de février 2015. Il y a toutefois peu de chance qu'il disparaisse du monde académique sans laisser des traces, après près de trente ans à la direction de la plus vieille académie forensique du monde.

L'histoire de Pierre Margot démarre à Delémont en 1950, puis se poursuit à Bienne où un prof de gymnase l'oriente vers la criminalistique. Diplômé à Lausanne en 1974, il obtient son doctorat en 1980 à Glasgow avec une thèse sur les champignons toxiques et hallucinogènes. L’empoisonnement est également le thème de son post-doctorat mené aux Etats-Unis.

Pierre Margot entre ensuite à l'Ecole polytechnique fédérale de Lausanne, puis vole vers l’Australie où il rejoint une équipe qui travaille sur le prélèvement d’empreintes digitales sur des objets ayant séjournés dans l’eau. Une méthode qui sera utilisée dans le cadre de la célèbre affaire du Rainbow Warrior, en 1985, quand les services secrets français coulent un bateau de Greenpeace.

Pierre Margot a aussi été associé à d’autres affaires spectaculaires: le Bloody Sunday irlandais, l'affaire Grégory, le massacre de L’ordre du temple solaire. Il a reçu de nombreuses distinctions dont la prestigieuse médaille Douglas Lucas et a été intronisé au panthéon francophone de la criminalistique.

Rencontre.

Séquence de l'émission du 16 janvier 2015
L'atmosphère d'il y a 4,3 milliards d’années ressemblait fortement à celle de presque deux milliards d’années plus tard.
Carloscastilla
Fotolia [Carloscastilla - Fotolia]
Carloscastilla - Fotolia

Le passé de la Terre lu dans des cailloux

De quoi était faite l’atmosphère terrestre lorsque notre planète était encore un bébé? Une équipe franco-canadienne vient de donner une réponse assez étonnante à cette question. Une réponse trouvée dans des cailloux et qui bouscule bien des affirmations faites jusqu’ici au sujet de l’apparition de la vie sur Terre et la formation de son atmosphère.

Les explications d'Emilie Thomassot, maître de conférences à l’Université de Lorraine et qui poursuit ses recherches au Centre de recherches pétrographiques et géochimiques de Nancy. Un sujet de Silvio Dolzan.

L'intégrale de l'émission du 16 janvier 2015