Plasmodium au stade oocinète observe par microscopie à expansion.
Virginie Hamel 
UNIGE [Virginie Hamel ]
Virginie Hamel

Du nouveau sur le parasite de la malaria

Deux équipes de lʹUniversité de Genève viennent de découvrir ce qui pourrait être la clef qui permet au vecteur de la malaria, le plasmodium, de contaminer un moustique. Ces contaminations en chaîne sont rendues possibles par le fait que le plasmodium modifie régulièrement son cytosquelette pour sʹadapter à lʹendroit où il veut rentrer.

Les explications de Mathieu Brochet, professeur associé au Département de microbiologie et médecine moléculaire de la Faculté de médecine de l'Université de Genève (UNIGE), interrogé par Silvio Dolzan.