Séquence de l'émission du 4 octobre 2018
Gastruloïde âgé de 7 jours. Les noyaux cellulaires sont en bleu. Les cellules progénitrices neurales en vert. Celles du bourgeon de la queue en rose. [Mehmet Girgin - EPFL]
Mehmet Girgin - EPFL

Des pseudo-embryons de souris pour aider la recherche

Des chercheurs de l’Université de Genève (Unige), de l’Université de Cambridge et de l’Ecole Polytechnique Fédérale de Lausanne (EPFL) ont développé des pseudo-embryons artificiels de souris, capables de former les trois axes majeurs de l'organisme. Un outil inédit appelé à remplacer les embryons de mammifères dans de nombreuses expériences de laboratoire.

Leonardo Beccari, co-premier auteur de cet recherche publiée dans le magazine "Nature", chercheur au Département de génétique et évolution de la Faculté des sciences de l’Unige, parle de cette découverte au micro de Cécile Guérin.
Séquence de l'émission du 4 octobre 2018
Et si le futur du papier était le caillou? [peshkov - Fotolia]
peshkov - Fotolia

Du papier à base de pierre

Et si le futur du papier était le caillou? Pascal Parmentier, imprimeur et responsable du développement durable et de l’économie circulaire à la Chambre de commerce et d’industrie de Quimper (Bretagne) a développé, avec son collègue Sylvain Bouvier, "Armen Paper", une start-up spécialisée dans la production de "feuilles de pierre". Ce papier est constitué de carbonate de calcium, autrement dit de pierre concassée. Il serait même étanche et ne nécessite pas d'eau pour sa conception.

Ils nous expliquent ce qu'est le papier de pierre au micro de Sarah Dirren, en compagnie d'Yves Corminboeuf, designer, spécialiste d'écoconception et professeur à la Haute école d'art et de design de Genève (HEAD).
Séquence de l'émission du 4 octobre 2018
Égoïste ou altruiste: comment se projette-t-on dans l'avenir? [pict rider - Fotolia]
pict rider - Fotolia

Égoïste ou altruiste: comment se projette-t-on dans l'avenir?

Pourquoi certaines personnes se sentent-elles concernées par l'écologie, la santé mondiale, ou encore par l'économie, et d’autres non? Est-ce lié à leurs valeurs? Est-ce dû à leur capacité à se projeter dans le futur? Ce sont ces questions que se sont posées des chercheurs de l’Université de Genève (Unige).

Tobias Brosch, professeur de la section de psychologie de la Faculté de psychologie et des sciences de l'éducation de l'Unige et directeur du groupe de recherche en psychologie du développement durable, nous explique les résultats qu'ils ont obtenus au cours de cette étude. Un sujet proposé par Catherine Erard.

L'intégrale de l'émission du 4 octobre 2018