Séquence de l'émission du 2 décembre 2016
Un senior actif. [bilderstoeckchen - Fotolia]
bilderstoeckchen - Fotolia

Il n'y a pas d'âge pour les bienfaits du sport

Les mitochondries sont des parties des cellules qui brûlent les graisses ou les sucres pour les transformer en énergie. Elles sont boostées par la pratique sportive. Ceci est aussi valable pour les personnes qui commencent le sport à plus de 60 ans.

Les détails de cette étude lausannoise avec Francesca Amati, professeure associée à l'Institut des sciences du sport et au Département de physiologie de l'Université de Lausanne (Unil), au micro de Silvio Dolzan.
Séquence de l'émission du 2 décembre 2016
Irène Frachon pose avec une boîte de Mediator, en novembre 2010.
Fred Tanneau
AFP [Fred Tanneau - AFP]
Fred Tanneau - AFP

Rencontre avec Irène Frachon

Tous les vendredis, "CQFD" reçoit un homme ou une femme de science pour parler de son travail et de ses recherches.

Aujourd'hui, Stéphane Délétroz a invité Irène Frachon, pneumologue au CHU de Brest, elle a révélé le scandale du Mediator, ce médicament coupe-faim à l’origine de plus de 1’300 décès en France.

"J'interviendrai pour protéger les personnes si elles sont affaiblies, vulnérables ou menacées dans leur intégrité ou leur dignité." Ce serment d’Hippocrate version conseil français de l’ordre est pris au pied la lettre par notre invitée du jour.

Pneumologue au CHU de Brest, Irène Frachon a révélé le scandale du Mediator, un médicament des laboratoires Servier, responsable d’au moins 1’300 morts en France.

Jeune quinquagénaire et mère de quatre enfants, Irène Frachon habite et travaille à Brest. Deux ans après son doctorat en médecine, alors interne à Clamart, près de Paris, elle voit des patientes décéder après la prise d’Isoméride, un coupe-faim du laboratoire Servier, le 2e groupe pharmaceutique de France.

En 1996, elle part à Brest où son mari, ingénieur militaire, spécialiste de cartographie maritime, a été nommé. Une dizaine d’années plus tard, un soir de 2007, l’un de ses collègues cardiologues lui parle d’une patiente diabétique.

Le Mediator, présenté comme un antidiabétique, est utilisé comme coupe-faim. A cette époque, il n’y a aucune donnée sur ce médicament sur internet. Irène Frachon fait des recherches et découvre qu’il est interdit un peu partout, sauf en France. Autre surprise, le principe actif du Mediator est proche de celui de l’Isoméride.

Il a finalement été démontré qu’en se dégradant dans le corps le Mediator et l’Isoméride produisent une molécule toxique: la norfenfluramine qui peut entrainer des dysfonctionnements des valves cardiaques.

Au début de l'année 2009, Irène Frachon alerte l’Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé (Afssaps) en lui présentant une quinzaine de cas. Consacrant tout son temps à ce combat, elle obtient finalement, en novembre 2009, la suspension du Mediator, alors pris par plusieurs centaines de milliers de patients français.

Ne s'arrêtant pas en si bon chemin, elle publie l'année suivante "Mediator, 150 Mg, Combien de morts?" Le scandale du Mediator éclate et une étude va confirmer le chiffre: le Mediator est responsable d’au moins 500 morts et des milliers de valvulopathies graves. Aujourd’hui on parle même de plus de 1'300 morts.

Et la bataille n'est toujours pas terminée…

> Un sujet en nouvelle diffusion

L'intégrale de l'émission du 2 décembre 2016