Versus

L'émission du 24 mai 2017

Des Celtes en Thrace?

"Cette exposition sʹarticule autour dʹune découverte exceptionnelle, celle dʹun char celtique attelé à deux chevaux en position debout. La présence de ce char, qui trouve des parallèles en Suisse et en Europe occidentale, soulève la problématique de la migration des Celtes en Thrace au cours du IIIe siècle av. J.-C.
Elle a pour but de présenter les résultats des investigations archéologiques sur le territoire de la Réserve archéologique de Sboryanovo, au nord-est de la Bulgarie. Celles-ci sont menées par le Laboratoire dʹarchéologie préhistorique et anthropologie de lʹUniversité de Genève et lʹInstitut national dʹarchéologie avec musée de lʹAcadémie bulgare des sciences." (source: unige)
Avec Jordan Anastassov, post-doctorant au laboratoire d'archéologie de l'Université de Genève.
Agenda: du 27 avril au 16 juin 2017: "Des Celtes en Thrace", exposition à l'Université de Genève, au SEU (Salle d'exposition de l'Unige, Uni Carl Vogt, 66 boulevard Carl-Vogt - entrée libre)
Par Laurence Difélix, et la collaboration de Nicole Corpataux

Les orchestres suisses: un état des lieux. 5. L'Orchestre symphonique de Bienne-Soleure

avec la participation de son directeur musical, Kaspar Zehnder et de son manager, Marco Perez-Ramirez
Etre l'orchestre de Soleure, ville peuplée de nobles, de catholiques et germanophone, en même temps que de Bienne, cité ouvrière protestante et bilingue, c'est le défi que relève depuis peu l'Orchestre symphonique de Bienne-Soleure.
C'est peut-être ce qui lui permet des audaces et une attitude assez décomplexée, pour se produire dans des lieux peu accoutumés aux concerts d'orchestre.
Mais l'Orchestre de Bienne-Soleure, s'il joue autant dans la fosse que sur scène, se doit de se hisser au niveau des plus grandes formations, pour acquérir une reconnaissance dépassant de plus en plus les frontières du pays.

François Hauter: "Les Enfants perdus"

Le prétexte. Ou si vous préférez le thème de base, cʹest le lien parent-enfant. Un sujet bien universel qui concerne toutes les couches de la population. En lʹoccurrence: trois parents se soucient chacun de leur enfant. Stanislas lʹAlsacien. Riche, maladroit, renfermé et inquiet. Rose. Froide, richissime, cupide, habile et inquiète. Bienaimé. Haïtien sans le sou, honnête, fin et inquiet. La même inquiétude au fond… Chacun une chance à saisir? Aucune chance quʹils ne se croisent? Pas si sûr…
Le destin se révèle joliment joueur sous la plume de François Hauter. Lʹancien grand reporter et rédacteur en chef du Figaro livre ici un roman attachant, plein de sagesse et dépaysant à souhait.

Par Marlène Métrailler
Editeur: François Hauter: "Les Enfants perdus", Editions du Rocher