Les matinales d'Espace 2

L'émission du 16 octobre 2014

Contre l’hypothèse de la "Fin de la vie privée"

L'érosion progressive de la vie privée est au cœur des débats ces dernières années. Face à l’essor du Web social et des dispositifs mobiles, l’opinion publique oscille entre pessimisme et enthousiasme.

Le sociologue Antonio Casilli s’insurge contre l’hypothèse de la fin de la vie prive. Pour lui, on assiste à une reformulation de notre définition de ce qu’est la sphère personnelle. Il est au micro de Miruna Coca-Cozma.

Message d'Edward Snowden datant du 25 décembre 2013

 

 

La Chine impériale à Genève

"Chine impériale. Splendeurs de la dynastie Qing (1644-1911), une exposition à voir jusqu’au 4 janvier 2015 à la fondation Baur.

Promenade historique et artistique dans la Chine de la dynastie Qing, à travers les célèbres collections des musées Guimet, du Quai Branly, des Arts décoratifs, du Château de Fontainebleau, de l’Armée, de la Bibliothèque nationale de France, de la Bibliothèque de Genève ainsi que du Victoria and Albert Museum de Londres. Par Isabelle Carceles.

14e congrès de la société de théorie musicale GMTH

Du vendredi 17 à dimanche 19 octobre 2014 à Genève au théâtre Les salons & bâtiment du conservatoire, la Haute école de musique de Genève accueille le 14e congrès de la Gesellschaft für Musiktheorie (GMTH, Société de théorie musicale). Le thème "Altérité et ouverture, l’Autre dans la théorie musicale" est décliné par des chercheurs de toutes nationalités et de tous horizons dans un esprit d’ouverture aux scènes musicales les plus diverses.

Rencontre avec Jean-Yves Haymoz, professeur à la Haute école de musique de Genève et au Conservatoire National Supérieur de Lyon et membre du comité d’organisation du congrès.

Peter Brook au Théâtre Forum Meyrin

Peter Brook est le maître d’un théâtre profondément humain. Dans "The Valley of Astonishment", le metteur en scène anglais se penche sur le cas de personnes touchées par la synesthésie, cette particularité psychique qui les rend très réactifs à des stimulations (couleur, goût, images ou mémoire).

Un travail sensible, salué par la critique parisienne, à voir au Théâtre Forum Meyrin jusqu’à vendredi 17 octobre 2014. La critique de Marie-Pierre Genecand.

Albert Cohen, écrire contre l’antisémitisme (4/5)

Natif de Corfou en 1895, scolarisé à Marseille où il devint l’ami de Pagnol puis installé à Genève dès 1914, l’écrivain naturalisé suisse s’est éteint dans sa ville d’adoption le 17 octobre 1981.

De "Solal" au "Livre de ma mère" en soulignant son chef-d’œuvre "Belle du Seigneur", l’œuvre d’Albert Cohen, une des plus importantes du 20e siècle, s’est élaborée comme une réponse lyrique à l’antisémitisme dont il fut victime à l’âge de dix ans.

Un patriote suisse

De Marseille, Albert Cohen a gagné Genève pour des raisons sentimentales en 1914. Il y a épousé une fille de pasteur genevois, bonne famille qui a facilité sa naturalisation en 1919. Sa carrière à la S.D.N. et son attachement à la Suisse ont fait le reste au point de le rendre patriote, surtout quand il était à l’étranger.

Les personnages romanesques face à la réalité par Albert Cohen avec Benjamin Romieux ("Radio-Sottens", 9 juillet 1954). Mon patriotisme helvétique par Albert Cohen en conversation avec Franck Jotterand (TSR, 25 décembre 1973)

Par Didier Rossat et Christian Ciocca.