Les matinales d'Espace 2

L'émission du 21 février 2014

Gisèle Sallin et Véronique Mermoud... la tête à l'envers

Portrait croisé de deux femmes de théâtre incontournables en Suisse romande: Gisèle Sallin, metteur en scène et directrice du théâtre des Osses et Véronique Mermoud, comédienne et collaboratrice artistique du théâtre. Toutes deux ont créé le théâtre des Osses en 1979, théâtre devenu Centre Dramatique Fribourgeois en 2002.

Un portrait de Laurence Froidevaux à découvrir dans "La tête à l'envers", samedi 22 février 2014 à 12h00.

À deux voix, elles racontent leurs parcours, démarré il y a une quarantaine d’années en roulotte, avec du théâtre itinérant. Puis leur arrivée dans un canton de Fribourg quelque peu méfiant. Et l’amour de leur public, qui les soutient depuis le début. "Rideau" est la dernière création et mise en scène de Gisèle Sallin pour le théâtre des Osses; Véronique Mermoud et de nombreux acteurs et actrice fidèles des Osses font également partie de la distribution.

"Rideau" au Théâtre des Osses, à Givisiez, du 9 février au 23 mars 2014, puis en tournée dans divers théâtres romands.

Réouverture du Musée des beaux-arts du Locle

Le Musée des beaux-arts du Locle fête sa réouverture les 22 et 23 février 2014. Deux journées portes ouvertes durant lesquelles le public est invité à découvrir un Musée entièrement transformé et rénové.

Rencontre avec Nathalie Herschdorfer, nouvelle conservatrice du musée.

Une installation du plasticien bernois Christian Gräser accueille les visiteurs avec une sculpture aérienne et organique tandis que l’aquafortiste Érik Desmazières investit le nouvel espace d’exposition temporaire avec ses estampes et dessins de villes et d’intérieurs. Enfin, la collection de peintures acquises par le Musée au fil de ses 150 ans d’existence sera mise à l’honneur dans le nouvel écrin réservé aux expositions permanentes.

Rien ne presse

La revue de presse culturelle internationale d'Isabelle Carcélès.

Notre belle bêtise en scène à l’Usine de Genève

"Sommes-nous en train de devenir de plus en plus stupides ?": selon un article du biologiste américain Gerald R.Crabtree l’espèce humaine, faute de pression évolutive, s’achemine vers une dégradation des ses gènes et de son intelligence. A partir de cette hypothèse contestée, Christophe Jacquet invente un spectacle en forme de "capsule temporelle" envoyée dans le futur: une galerie désopilante de notre intelligence faiblissante intitulée "Transmission".

Pierre Lepori a suivi l’expérience théâtrale et "scientifique" pour nous, au Théâtre de l’Usine de Genève.

Balthus en février (5/5)

Né un 29 février (1908) et mort un 18 février (2001), le comte Balthasar Klossowski de Rola, alias Balthus, d’origine prussienne a pourtant préféré les teintes chaudes de l’été pour s’exprimer.

Artiste adulé de son vivant, il acheta en 1977 le Grand Chalet de Rossinière bâti en 1754 et s’y installa avec son épouse, gardienne aristocratique des lieux aujourd’hui dédiés à la mémoire du peintre.

Une peinture effrayante

Disciple de Piero della Francesca autant sinon plus que du bienheureux Bonnard, Balthus a infusé dans plusieurs de ses toiles d’inquiétants climats, bien que ces œuvres de maturité, si longue chez lui, paraissent plus apaisées. Marqué par la pensée d’Antonin Artaud pour ce qui est de l’érotisme, le peintre installé à Rossinière passera à la postérité également pour son sens de l’ambiguïté.

"Dans la rue de Balthus", roman de Jacques Biolley au micro de Pierre Philippe Cadert ("A première vue", 17 avril 2008).

Par Jérôme Nussbaum et Christian Ciocca