Les matinales d'Espace 2

L'émission du 19 décembre 2012

"Tout ça!" de Charles-Henri Favrod

Journaliste de guerre, photographe, humaniste, créateur du Musée de l’Elysée en 1985 à Lausanne, Charles-Henri Favrod a depuis déposé sa collection d’images à Florence. Il vient de publier chez Bernard Campiche un beau livre qui réunit une sélection des photos qui lui appartiennent.

Florence Grivel l’a rencontré chez lui à Saint-Prex (VD).

"Hänsel et Gretel" à Genève

Il était une fois… la crise. Abandonnés en pleine forêt, Hänsel et Gretel se retrouvent pris au piège dans la maison sucrée de Madame Marguerite qui n’a d’autre dessein que de transformer les enfants en festin.

Denis Lavalou ne s’est pas contenté de réécrire le conte des frères Grimm pour le théâtre, il y a ajouté une grosse cuillère de modernité, un zeste de malice, et une pincée d’impertinence. Rencontre avec Cédric Dorier, metteur en scène. A voir au Théâtre du Loup à Genève du 19 au 22 décembre 2012.

Les mystérieuses cités d'or, 30 ans après

Esteban, Tao et Zia sont de retours pour une saison 2, près de 30 ans après la diffusion de la première saison.

Comment un retour pareil peut-il avoir lieu et où et quand voir les nouveaux épisodes? Décryptage de Mathieu Chevrier.

"Populaire" de Régis Roinsard

Au cinéma à l’affiche mercredi 19 décembre 2012: une grande comédie française, romantique et complètement rétro: "Populaire". Un film qui raconte le destin d’une jeune villageoise, dans les années 50, qui rêve d’indépendance et de grand destin. Chaperonné par un jeune entrepreneur, elle va tenter de devenir championne du monde de dactylographie! Un film avec Romain Duris et Deborah François.

Rafael Wolf a rencontré le réalisateur de Populaire, Régis Roinsard.

Bon hiver, longs hivers

Sous toutes les latitudes, de la Grèce à la Scandinavie en passant par le Québec ou par chez nous, la morte saison suscite des impressions mêlées. Et, c’est bien connu, les hivers d’autrefois avaient nettement plus d’allure et surtout davantage de neige, même si les mémoires se trompent.

Propice au recueillement et à l’intériorité, l’hiver invite à des beaux moments poétiques et à un langage souvent ouaté ou versifié.