- Sur les trottoirs de Suisse romande - Clients de prostituées

L'émission du 7 juin 2012

Sur les trottoirs de Suisse romande

Sur les trottoirs romands, c’est la crise. A Lausanne et à Genève, les prostituées de rue vivent une réalité de plus en plus sordide. Depuis quelques mois, l’arrivée de nouvelles filles de l’Est a bousculé ce marché si particulier de la nuit. Le surnombre, les conditions précaires dans lesquelles se font les passes, une violence accrue et la baisse des prix - des passes à moins de 50 francs – font craindre la présence de réseaux autour de certaines de ces filles.

- Sur les trottoirs de Suisse romande [Captation - RTS]

C’est sur nos trottoirs que cela se passe, en Suisse romande. Depuis quelques mois, la prostitution de rue à Lausanne et à Genève est en crise. Les conditions de travail des filles se sont nettement dégradées, notamment avec l’arrivée de nouvelles prostituées de l’Est. Temps Présent a pu le constater, en suivant une équipe de la Brigade des mœurs en intervention à Lausanne, mais aussi par une enquête de plusieurs semaines dans ce milieu très verrouillé.

Chaque soir, même avec une météo extrême, de plus en plus de filles exercent leurs prestations dans une grande précarité. Parfois à même le capot des voitures et pour des prix cassés. Des manèges plutôt suspects autour de certaines filles pointent vers la présence de réseaux, et laissent penser que ces prostituées exercent leur travail sous la contrainte. Pour la plupart, elles ne parlent pas, mais à Genève, nous avons recueilli le témoignage d’une prostituée qui dit franchement ses peurs, et aussi, sa volonté de lutter contre cette nouvelle précarité.

Rediffusion le vendredi 8 juin 2012 à 0h45 et le lundi 11 juin 2012 à 14h45 sur RTSdeux.

  • Générique

    Un reportage de Cédric Louis et Françoise Weilhammer
    Image : Christian Jaquenod Son : Charles Wicki Montage : Catherine Merglen

Clients de prostituées

Le monde de la prostitution bouge dans toute l’Europe. Libéralisé en Suisse, il devient encore plus sordide. En Hollande et en France, il est réprimé plus durement. Et désormais, c’est le client qui est visé, condamnable pénalement dans certains pays, comme la Suède. En Belgique, des clients de prostituées acceptent exceptionnellement d’expliquer, à visage découvert, leur pratique du sexe tarifé.

Sur les trottoirs de Suisse romande

Allez demander à un client de prostituées d’expliquer pourquoi il recourt au sexe tarifé, ce que cela lui apporte, et comment il gère la misère humaine qu’induit la prostitution. Aucun ne vous répondra face caméra, à moins que lui soit assuré l’anonymat total. Que mes voisins, ma famille le sachent, c’est la honte suprême, la déchéance sociale, la condamnation définitive. Et pourtant : le marché de la prostitution, c’est quotidiennement des milliers de passes chaque jour en Suisse, et des milliards de chiffre d’affaires annuel.

C’est ce qui rend ce reportage tourné en Belgique particulièrement exceptionnel. Ici, alors que la campagne pour condamner pénalement les clients de prostituées bat son plein, des amateurs de sexe tarifé ont accepté de parler librement de leur choix, sans tabou, avec crudité parfois. On peut être révolté par leurs propos, leur indifférence par rapport à la situation des filles, on ne peut que reconnaître que leurs propos ajoutent une meilleure compréhension du phénomène de la prostitution. Et si certaines filles évoquent la misère de leur travail, d’autres défendent leurs clients, évoquent même le climat de tendresse et de confiance qu’elles ont développé avec certains d’entre eux.

Rediffusion le vendredi 8 juin 2012 à 0h45 et le lundi 11 juin 2012 à 14h45 sur RTSdeux.

  • Générique

    Un reportage de Christophe Reyners