Les enfants des sectes

Des enfants sont parfois entraînés malgré eux dans l'engrenage de certaines sectes, des enfants qui deviennent alors les victimes innocentes des convictions de leurs parents. Ce reportage trace les portraits de quatre sectes : Shri-Mataji, les Témoins de Jéhovah, les Enfants de Dieu, la Citadelle, de quatre manières de concevoir l'éducation - si l'on peut dire - des enfants. Des enfants qui sont, selon les cas, utilisés, séquestrés, battus, violés. Ceux qui témoignent sont des victimes ou des parents, anciens adeptes qui racontent comment et pourquoi ils ont pu obéir sans discuter aux pires ordres des gourous. Aujourd'hui, les enfants devenus grands traînent toujours les blessures et les parents leur culpabilité.

Depuis le double drame de l'O.T.S., les médias ont sensibilisé l'opinion publique sur le danger des sectes dans notre société. Ce reportage de la Télévision romande s'attache principalement au destin des enfants qui sont entraînés malgré eux dans de terribles engrenages. Cette enquête menée en Suisse, en France et en Italie, réunit des témoignages d'autant plus inquiétants qu'ils démontrent que nul n'est à l'abri de dérives dont les conséquences sur les jeunes mineurs peuvent être dramatiques.



Si un adulte peut assumer, voire justifier, son appartenance à une secte et les dérapages qui s'en suivent, qu'en est-il en effet de leurs enfants, victimes innocentes et silencieuses, lorsqu'ils sont utilisés, maltraités, battus, violés par des gourous, avec l'accord tacite et même explicite de leurs parents?



L'aliénation des parents à l'égard de leurs enfants apparaît comme l'une des constantes. La secte usurpe leur fonction éducative et tente de rompre les liens affectifs entre parents et enfants, imposant même la séparation. A la blessure morale, consentie par les parents, s'ajoutent parfois des maltraitances physiques, sévices corporels en public, abus sexuels. Les anciens adeptes soulignent l'engrenage pervers dont ils ont été victimes. Lavage de cerveau, menace, culpabilité sont des termes qui reviennent sans cesse. Une fois libérées de l'emprise de ces sectes, ces familles ont encore un long chemin à parcourir. Les parents n'échappent pas à la culpabilité d'avoir entraîné dans cet enfer des enfants qui n'avaient pas le choix, d'avoir ainsi conditionné leur existence, leur épanouissement. Les enfants, quant à eux, devront se construire avec ces blessures.