Le garde-chasse nouveau est arrivé… - Un choeur au Bhoutan

L'émission du 14 septembre 2012

A quelques heures de l’ouverture de la chasse en Valais, nous suivrons les traces d'un jeune garde-chasse dans le Val Ferret qui ne manque pas d’autorité quand il s’agit du respect des règles sur son territoire. On l’appelle le pays du "Bonheur National Brut". Petit royaume presque inaccessible au coeur de l’Himalaya, le Bhoutan fascine et brille dans l’imaginaire occidental. Un choeur genevois s'est s'est rendu sur place Enfin, retour aux sources en mettant le cap sur la prairie du Grütli.

Le garde-chasse nouveau est arrivé …
 

Jérémie Darbellay. [RTS]Nommé à l’âge de 25 ans, Jérémie Darbellay est le plus jeune garde-chasse du canton du Valais, voire de Suisse. Et pourtant son expérience fait déjà autorité.  Il connaît chaque montagne, chaque racine, chaque pierre de son domaine - le Val Ferret -  mais aussi tous les chasseurs qu’il doit contrôler. Portrait d’un passionné de nature qui nous emmène dans le sillage des chasseurs mais surtout de la faune (cerfs, chamois, bouquetins) qu’il protège…

Un reportage de Roland Tillmanns

Un choeur au Bhoutan
 

Le choeur Arte Musica de Genève. [RTS]Avril 2012, quatre-vingt musiciens et choristes du choeur Arte Musica de Genève se rendent au pays du "Bonheur National Brut" pour y donner une série de concerts classiques. Une première pour des Bhoutanais pas vraiment habitués à la musique occidentale. Comment faire apprécier des airs de Fauré, Poulenc ou Bizet à un public aux références culturelles si différentes des nôtres ? Une équipe de PAJU était du voyage et témoigne de cette rencontre musicale choc.

Un reportage de Pascal Magnin

Le garde-chasse nouveau est arrivé…

Nommé à l’âge de 25 ans, Jérémie Darbellay est le plus jeune garde-chasse du canton du Valais, voire de Suisse. Et pourtant son expérience fait déjà autorité.  Il connaît chaque montagne, chaque racine, chaque pierre de son domaine - le Val Ferret -  mais aussi tous les chasseurs qu’il doit contrôler. Portrait d’un passionné de nature qui nous emmène dans le sillage des chasseurs mais surtout de la faune (cerfs, chamois, bouquetins) qu’il protège…

Chaque année, ils sont des milliers à trépigner avant leur rendez-vous incontournable: l’ouverture de la chasse. Avec une fierté toute particulière pour les amateurs de  la "chasse haute", la plus noble, la plus sportive et la plus exigeante: les chiens sont  interdits, l’homme est seul, à la poursuite du cerf dans les bosquets d’altitude et du chamois jusqu’aux confins des glaciers. Sans oublier le garde-chasse à qui il doit rendre des comptes.

Jérémie Darbellay. [RTS]Jérémie Darbellay est un ancien chasseur devenu garde-chasse professionnel il y a 7 ans,  à l’âge de 25 ans.  ll doit contrôler les chasseurs et verbaliser si nécessaire. Pas simple quand on est le plus jeune garde-chasse du Valais. Son arme pour asseoir son autorité c’est  sa connaissance du terrain, son sens de l'observation et surtout sa passion pour la faune qu’il doit protéger et en même temps réguler en fixant un cadre que les chasseurs doivent ensuite respecter.

Jérémie surveille près de 200 km2 de territoire. [RTS]Il connaît chaque montagne, chaque arbre, chaque sentier, chaque caillou, chamois, cerf, bouquetin, marmotte…et chaque chasseur de son domaine de surveillance: 200 km2 dans et au-dessus du Val Ferret, du sommet du Catogne aux pieds du Grand-St-Bernard, à 2 pas de la frontière italienne. Paju l’a suivi pendant la première semaine de chasse 2011 de nuit comme de jour…sur les traces des cerfs, bouquetins et chamois et à la rencontre de leurs prédateurs principaux: les chasseurs.

Un reportage de Roland Tillmanns

Un choeur au Bhoutan

Avril 2012, quatre-vingt musiciens et choristes du choeur Arte Musica de Genève se rendent au pays du "Bonheur National Brut" pour y donner une série de concerts classiques. Une première pour des Bhoutanais pas vraiment habitués à la musique occidentale. Comment faire apprécier des airs de Fauré, Poulenc ou Bizet à un public aux références culturelles si différentes des nôtres? Une équipe de Paju était du voyage et témoigne de cette rencontre musicale choc.

Dirigé par Jean-Marc Aechimann, Arte Musica c’est produit
devant un public varié et souvent très jeune. C’était généralement une première
pour des Bhoutanais pas vraiment habitué à la musique occidentale.

Le choeur Arte Musica de Genève. [RTS]Une gageure
pour le choeur de Thônex! Comment faire apprécier des airs de Fauré,
Poulenc ou Bizet à un public aux références culturelles si différentes des
nôtres? C’est à travers le regard de Jean-Marc Aechimann que ce reportage
témoigne de cette rencontre musicale unique. Celle de deux cultures millénaires
que presque tout oppose. Une rencontre interculturelle qui aura peut-être
suscité des vocations musicales et pourquoi pas des expressions artistiques
nouvelles?

Un reportage de Pascal Magnin

Balade aux origines de la Confédération

Nous sommes à nouveau en Suisse centrale cette semaine pour une balade en deux temps, tout d’abord à bord d’un des bateaux à vapeur qui font la fierté du lac des Quatre Cantons, puis autour de la prairie du Grütli, un lieu qui fait partie des mythes fondateurs de notre pays.

Balade aux origines de la Confédération

Chaque année, ils sont des milliers à trépigner avant leur rendez-vous incontournable: l’ouverture de la chasse. Avec une fierté toute particulière pour les amateurs de  la "chasse haute", la plus noble, la plus sportive et la plus exigeante: les chiens sont  interdits, l’homme est seul, à la poursuite du cerf dans les bosquets d’altitude et du chamois jusqu’aux confins des glaciers. Sans oublier le garde-chasse à qui il doit rendre des comptes.

Jérémie Darbellay. [RTS]Jérémie Darbellay est un ancien chasseur devenu garde-chasse professionnel il y a 7 ans,  à l’âge de 25 ans.  ll doit contrôler les chasseurs et verbaliser si nécessaire. Pas simple quand on est le plus jeune garde-chasse du Valais. Son arme pour asseoir son autorité c’est  sa connaissance du terrain, son sens de l'observation et surtout sa passion pour la faune qu’il doit protéger et en même temps réguler en fixant un cadre que les chasseurs doivent ensuite respecter.

Jérémie surveille près de 200 km2 de territoire. [RTS]Il connaît chaque montagne, chaque arbre, chaque sentier, chaque caillou, chamois, cerf, bouquetin, marmotte…et chaque chasseur de son domaine de surveillance: 200 km2 dans et au-dessus du Val Ferret, du sommet du Catogne aux pieds du Grand-St-Bernard, à 2 pas de la frontière italienne. Paju l’a suivi pendant la première semaine de chasse 2011 de nuit comme de jour…sur les traces des cerfs, bouquetins et chamois et à la rencontre de leurs prédateurs principaux: les chasseurs.

Un reportage de Roland Tillmanns

Le garde-chasse nouveau est arrivé…

Nommé à l’âge de 25 ans, Jérémie Darbellay est le plus jeune garde-chasse du canton du Valais, voire de Suisse. Et pourtant son expérience fait déjà autorité.  Il connaît chaque montagne, chaque racine, chaque pierre de son domaine - le Val Ferret -  mais aussi tous les chasseurs qu’il doit contrôler. Portrait d’un passionné de nature qui nous emmène dans le sillage des chasseurs mais surtout de la faune (cerfs, chamois, bouquetins) qu’il protège…

Chaque année, ils sont des milliers à trépigner avant leur rendez-vous incontournable: l’ouverture de la chasse. Avec une fierté toute particulière pour les amateurs de  la "chasse haute", la plus noble, la plus sportive et la plus exigeante: les chiens sont  interdits, l’homme est seul, à la poursuite du cerf dans les bosquets d’altitude et du chamois jusqu’aux confins des glaciers. Sans oublier le garde-chasse à qui il doit rendre des comptes.

Jérémie Darbellay. [RTS]Jérémie Darbellay est un ancien chasseur devenu garde-chasse professionnel il y a 7 ans,  à l’âge de 25 ans.  ll doit contrôler les chasseurs et verbaliser si nécessaire. Pas simple quand on est le plus jeune garde-chasse du Valais. Son arme pour asseoir son autorité c’est  sa connaissance du terrain, son sens de l'observation et surtout sa passion pour la faune qu’il doit protéger et en même temps réguler en fixant un cadre que les chasseurs doivent ensuite respecter.

Jérémie surveille près de 200 km2 de territoire. [RTS]Il connaît chaque montagne, chaque arbre, chaque sentier, chaque caillou, chamois, cerf, bouquetin, marmotte…et chaque chasseur de son domaine de surveillance: 200 km2 dans et au-dessus du Val Ferret, du sommet du Catogne aux pieds du Grand-St-Bernard, à 2 pas de la frontière italienne. Paju l’a suivi pendant la première semaine de chasse 2011 de nuit comme de jour…sur les traces des cerfs, bouquetins et chamois et à la rencontre de leurs prédateurs principaux: les chasseurs.

Un reportage de Roland Tillmanns

Un choeur au Bhoutan

Avril 2012, quatre-vingt musiciens et choristes du choeur Arte Musica de Genève se rendent au pays du "Bonheur National Brut" pour y donner une série de concerts classiques. Une première pour des Bhoutanais pas vraiment habitués à la musique occidentale. Comment faire apprécier des airs de Fauré, Poulenc ou Bizet à un public aux références culturelles si différentes des nôtres? Une équipe de Paju était du voyage et témoigne de cette rencontre musicale choc.

Dirigé par Jean-Marc Aechimann, Arte Musica c’est produit
devant un public varié et souvent très jeune. C’était généralement une première
pour des Bhoutanais pas vraiment habitué à la musique occidentale.

Le choeur Arte Musica de Genève. [RTS]Une gageure
pour le choeur de Thônex! Comment faire apprécier des airs de Fauré,
Poulenc ou Bizet à un public aux références culturelles si différentes des
nôtres? C’est à travers le regard de Jean-Marc Aechimann que ce reportage
témoigne de cette rencontre musicale unique. Celle de deux cultures millénaires
que presque tout oppose. Une rencontre interculturelle qui aura peut-être
suscité des vocations musicales et pourquoi pas des expressions artistiques
nouvelles?

Un reportage de Pascal Magnin

Balade aux origines de la Confédération

Nous sommes à nouveau en Suisse centrale cette semaine pour une balade en deux temps, tout d’abord à bord d’un des bateaux à vapeur qui font la fierté du lac des Quatre Cantons, puis autour de la prairie du Grütli, un lieu qui fait partie des mythes fondateurs de notre pays.

Balade aux origines de la Confédération

Dirigé par Jean-Marc Aechimann, Arte Musica c’est produit
devant un public varié et souvent très jeune. C’était généralement une première
pour des Bhoutanais pas vraiment habitué à la musique occidentale.

Le choeur Arte Musica de Genève. [RTS]Une gageure
pour le choeur de Thônex! Comment faire apprécier des airs de Fauré,
Poulenc ou Bizet à un public aux références culturelles si différentes des
nôtres? C’est à travers le regard de Jean-Marc Aechimann que ce reportage
témoigne de cette rencontre musicale unique. Celle de deux cultures millénaires
que presque tout oppose. Une rencontre interculturelle qui aura peut-être
suscité des vocations musicales et pourquoi pas des expressions artistiques
nouvelles?

Un reportage de Pascal Magnin

Le garde-chasse nouveau est arrivé…

Nommé à l’âge de 25 ans, Jérémie Darbellay est le plus jeune garde-chasse du canton du Valais, voire de Suisse. Et pourtant son expérience fait déjà autorité.  Il connaît chaque montagne, chaque racine, chaque pierre de son domaine - le Val Ferret -  mais aussi tous les chasseurs qu’il doit contrôler. Portrait d’un passionné de nature qui nous emmène dans le sillage des chasseurs mais surtout de la faune (cerfs, chamois, bouquetins) qu’il protège…

Chaque année, ils sont des milliers à trépigner avant leur rendez-vous incontournable: l’ouverture de la chasse. Avec une fierté toute particulière pour les amateurs de  la "chasse haute", la plus noble, la plus sportive et la plus exigeante: les chiens sont  interdits, l’homme est seul, à la poursuite du cerf dans les bosquets d’altitude et du chamois jusqu’aux confins des glaciers. Sans oublier le garde-chasse à qui il doit rendre des comptes.

Jérémie Darbellay. [RTS]Jérémie Darbellay est un ancien chasseur devenu garde-chasse professionnel il y a 7 ans,  à l’âge de 25 ans.  ll doit contrôler les chasseurs et verbaliser si nécessaire. Pas simple quand on est le plus jeune garde-chasse du Valais. Son arme pour asseoir son autorité c’est  sa connaissance du terrain, son sens de l'observation et surtout sa passion pour la faune qu’il doit protéger et en même temps réguler en fixant un cadre que les chasseurs doivent ensuite respecter.

Jérémie surveille près de 200 km2 de territoire. [RTS]Il connaît chaque montagne, chaque arbre, chaque sentier, chaque caillou, chamois, cerf, bouquetin, marmotte…et chaque chasseur de son domaine de surveillance: 200 km2 dans et au-dessus du Val Ferret, du sommet du Catogne aux pieds du Grand-St-Bernard, à 2 pas de la frontière italienne. Paju l’a suivi pendant la première semaine de chasse 2011 de nuit comme de jour…sur les traces des cerfs, bouquetins et chamois et à la rencontre de leurs prédateurs principaux: les chasseurs.

Un reportage de Roland Tillmanns

Un choeur au Bhoutan

Avril 2012, quatre-vingt musiciens et choristes du choeur Arte Musica de Genève se rendent au pays du "Bonheur National Brut" pour y donner une série de concerts classiques. Une première pour des Bhoutanais pas vraiment habitués à la musique occidentale. Comment faire apprécier des airs de Fauré, Poulenc ou Bizet à un public aux références culturelles si différentes des nôtres? Une équipe de Paju était du voyage et témoigne de cette rencontre musicale choc.

Dirigé par Jean-Marc Aechimann, Arte Musica c’est produit
devant un public varié et souvent très jeune. C’était généralement une première
pour des Bhoutanais pas vraiment habitué à la musique occidentale.

Le choeur Arte Musica de Genève. [RTS]Une gageure
pour le choeur de Thônex! Comment faire apprécier des airs de Fauré,
Poulenc ou Bizet à un public aux références culturelles si différentes des
nôtres? C’est à travers le regard de Jean-Marc Aechimann que ce reportage
témoigne de cette rencontre musicale unique. Celle de deux cultures millénaires
que presque tout oppose. Une rencontre interculturelle qui aura peut-être
suscité des vocations musicales et pourquoi pas des expressions artistiques
nouvelles?

Un reportage de Pascal Magnin

Balade aux origines de la Confédération

Nous sommes à nouveau en Suisse centrale cette semaine pour une balade en deux temps, tout d’abord à bord d’un des bateaux à vapeur qui font la fierté du lac des Quatre Cantons, puis autour de la prairie du Grütli, un lieu qui fait partie des mythes fondateurs de notre pays.

Balade aux origines de la Confédération
Passe-moi les jumelles

Le garde-chasse nouveau est arrivé…

Nommé à l’âge de 25 ans, Jérémie Darbellay est le plus jeune garde-chasse du canton du Valais, voire de Suisse. Et pourtant son expérience fait déjà autorité.  Il connaît chaque montagne, chaque racine, chaque pierre de son domaine - le Val Ferret -  mais aussi tous les chasseurs qu’il doit contrôler. Portrait d’un passionné de nature qui nous emmène dans le sillage des chasseurs mais surtout de la faune (cerfs, chamois, bouquetins) qu’il protège…

Chaque année, ils sont des milliers à trépigner avant leur rendez-vous incontournable: l’ouverture de la chasse. Avec une fierté toute particulière pour les amateurs de  la "chasse haute", la plus noble, la plus sportive et la plus exigeante: les chiens sont  interdits, l’homme est seul, à la poursuite du cerf dans les bosquets d’altitude et du chamois jusqu’aux confins des glaciers. Sans oublier le garde-chasse à qui il doit rendre des comptes.

Jérémie Darbellay. [RTS]Jérémie Darbellay est un ancien chasseur devenu garde-chasse professionnel il y a 7 ans,  à l’âge de 25 ans.  ll doit contrôler les chasseurs et verbaliser si nécessaire. Pas simple quand on est le plus jeune garde-chasse du Valais. Son arme pour asseoir son autorité c’est  sa connaissance du terrain, son sens de l'observation et surtout sa passion pour la faune qu’il doit protéger et en même temps réguler en fixant un cadre que les chasseurs doivent ensuite respecter.

Jérémie surveille près de 200 km2 de territoire. [RTS]Il connaît chaque montagne, chaque arbre, chaque sentier, chaque caillou, chamois, cerf, bouquetin, marmotte…et chaque chasseur de son domaine de surveillance: 200 km2 dans et au-dessus du Val Ferret, du sommet du Catogne aux pieds du Grand-St-Bernard, à 2 pas de la frontière italienne. Paju l’a suivi pendant la première semaine de chasse 2011 de nuit comme de jour…sur les traces des cerfs, bouquetins et chamois et à la rencontre de leurs prédateurs principaux: les chasseurs.

Un reportage de Roland Tillmanns

Un choeur au Bhoutan

Avril 2012, quatre-vingt musiciens et choristes du choeur Arte Musica de Genève se rendent au pays du "Bonheur National Brut" pour y donner une série de concerts classiques. Une première pour des Bhoutanais pas vraiment habitués à la musique occidentale. Comment faire apprécier des airs de Fauré, Poulenc ou Bizet à un public aux références culturelles si différentes des nôtres? Une équipe de Paju était du voyage et témoigne de cette rencontre musicale choc.

Dirigé par Jean-Marc Aechimann, Arte Musica c’est produit
devant un public varié et souvent très jeune. C’était généralement une première
pour des Bhoutanais pas vraiment habitué à la musique occidentale.

Le choeur Arte Musica de Genève. [RTS]Une gageure
pour le choeur de Thônex! Comment faire apprécier des airs de Fauré,
Poulenc ou Bizet à un public aux références culturelles si différentes des
nôtres? C’est à travers le regard de Jean-Marc Aechimann que ce reportage
témoigne de cette rencontre musicale unique. Celle de deux cultures millénaires
que presque tout oppose. Une rencontre interculturelle qui aura peut-être
suscité des vocations musicales et pourquoi pas des expressions artistiques
nouvelles?

Un reportage de Pascal Magnin

Balade aux origines de la Confédération

Nous sommes à nouveau en Suisse centrale cette semaine pour une balade en deux temps, tout d’abord à bord d’un des bateaux à vapeur qui font la fierté du lac des Quatre Cantons, puis autour de la prairie du Grütli, un lieu qui fait partie des mythes fondateurs de notre pays.

Balade aux origines de la Confédération