Bornet

Monsieur, Quelques constats plutôt que des questions sur votre intervention sur les Chrétiens du Moyen Orient : 1) Vous êtes suisse parce que vous êtes né et grandi en Suisse. Vous avez prétendu dans l’émission que Jésus était juif et vous avez fait illusion à cela hors contexte à mon avis ! Jésus il est palestinien et n’a jamais été juif par religion Les juifs, les chrétiens et les musulmans de la Palestine, de la Syrie, de l’Iraq ou de la Jordanie se sont des palestiniens, des syriens, des irakiens ou jordaniens. Car la terre qui donne une nomination pour un peuple et pas la religion. Un grand mensonge à lequel le monde politique avait intérêt de la transformer en réalité c’est que le pays des juifs du monde entier est la Palestine !!! Donc un suisse qui est d’une confession juive, la Palestine est son pays? et comment ce bout de terre qui est la Palestine va contenir les juifs du monde entier ? Dieu est-il un promoteur immobilier ? Les gens là-bas disent : Là-bas on dit : « La religion est pour Dieu et la terre pour tous ». 2) Les chrétiens du Moyen orient ne sont pas des arabes avant les arabes musulmans comme vous l’avez prétendu. Ce sont à la base des Assyriens, babylonien, Accadiens…ils appartenaient à ces peuples qui ont habité La Mésopotamie et qu’on l’appelle aussi La Grand Syrie et celle-ci est une réalité géographique et historique. C’est l’accord de Sykes-Picot en 1948 qui l’a découpé en la Syrie (actuelle), Liban, Jordanie, Palestine… Même que les habitants de la Grande Syrie parlent l’arabe tout de même ils ne sont pas arabes. La langue, comme la religion, ne donne pas lieu à une nationalité. (Vous-même vous parlez le français mais vous êtes suisse). En plus, la langue arabe même celle du Coran, elle est dérivée des autres langues locales qui ont existé à travers l’histoire en Grand Syrie comme l’Accadien, l’Assyrien et l’Araméen qui était la langue de Jésus et qui est toujours vivante jusqu’à nos jours dans la région de Maaloula en Syrie. 2) Vous commencez votre intervention par dire que les gens du Moyen Orient sont tolérants puis vous dites qu’il n’y a pas une traduction de ce mot en arabe ! Donc la traduction de ce mot est plutôt concret là-bas. Les gens disent : « La religion est pour Dieu et la terre pour tous ». En plus, passé 50 ans là-bas vous n’avez jamais entendu le mot ( tassamouh), ou plutôt vous étiez parmi les israéliens- là je comprends que vous n’avez jamais entendu ce mot ! « Jésuite, enseignant, archéologue, et séjour régulier en Moyen Orient » , en vous présentant ainsi, j’ai cru assister à une vision philosophe, objective et surtout vraie et neutre sur le Moyen Orient . Dommage que les études théoriques et la lecture direct dans la terre, ne vous ont pas appris Monsieur, une évidence sociologue que c’est la terre qui donne une appartenance concernant la nationalité et ne pas la religion mais la géopolitique a aveuglé les yeux et plutôt l’esprit des gens les plus intellectuels. Attention encore une nuance : nous pouvons être intellectuels, au même temps, sans culture. Excusez-moi, Monsieur, vous abordez, dans une émission en public, un sujet si important sans une approche tolérante, c’est assez grave. J’aimerais vous dire qu’aux envahisseurs du 20 ème siècle de La Grande Syrie, à eux revient le tort qu’on a causé aux chrétiens là-bas surtout l’empire Ottoman et son existence d’un siècle. Mais actuellement qui massacre les Chrétiens de l’Iraq ? Se sont des gens qui sont pays par les américains et son allié Israël pour foutre la zizanie d’un côté et à long terme pour l’incitation à créer des petits états basés sur la religion. Merci de faire un bon accueil à mon mail et meilleures salutions.

 


Réponse:


Cher Monsieur,


La TSR m’a fait suivre votre mail du 19 mai, auquel je fais
bon accueil puisque les questions que vous soulevez me tiennent à cœur.


Je reprends donc plus en détails que l’émission ne le
permettait certaines affirmations qui semblent vous avoir interpellé.


1/ Jésus est vraiment juif : juif parce que né dans un
pays dont la majorité des habitants à cette époque étaient juifs et encore juif
parce qu’il pratiquait la religion de ses parents, qui étaient juifs et que
tout son enseignement le confirme. Si vous voulez dir4e qu’il était
palestinien, sachez que « palestinien » est une dénomination que les
Romains ont imposée à la population de cette partie occidentale de leur « provincia
syriaca », choisissant tout exprès cette appellation pour se moquer des
juifs : « palestina » étant un dérivé de
« philistin », l’ennemi biblique de David le géant Goliath, les
Romains voulant rappeler aux occupés que cette foois c’est le géant (l’empire
romain) qui écrasait le petit (les juifs). Jamais auparavant ce mot
« Palestine » n’avait désigné cette terre, même si la Bible on
appelle en effet une partie de ce territoire « le pays des
Philistins ». Vous avez raison de dire que c’est la terre qui donne une
nomination pour un peuple, c’est le cas aujourd’hui presque partout. Mais
puisque vous aimez les comparaisons historiques, alors le pays que j’habite
devrait s’appeler l’Helvétie et non la Suisse, à distinguer de celui des
Alémanes, des  Burgondes et de celui des
Allobroges, si j’en reste à l’époque qui nous intéresse, celle de Jésus. Mais justement
dans le cas qui nous occupe, en Palestine, il y a eu assimilation d’une
dénomination territoriale (=la Judée, dont les habitants sont les Judéens, ainsi
nommés en grec et en latin de l’époque, et plus tard appelés en français juifs)
et d’une appellation religieuse. Pour le cas de Jésus, si l’on veut donc être
exact, il faut dire qu’il est un galiléen (d’origine territoriale) et juif (de
par sa religion). De plus s’il priait en hébreu (langue de la religion juive),
il parlait araméen, langue d’origine galiléo-syrienne (Aram est un des noms
anciens pour désigner Damas) imposée à la population de Galilée par
l’envahisseur (as-)syrien au 7 siècle av.JC.


Vous avez parfaitement raison de penser qu’il y a « aujourd’hui »
confusion, surtout sur le plan politique, entre cette terre que depuis 17
siècles on désigne sous le sobriquet que lui ont infligé les  Romains « Palestine » et la
revendication récente de cette même terre par les Juifs du monde entier soit-disant
comme un droit basé sur la tradition biblique, alors que tout découle du petit
opuscule de Théodore Herzl (1897), puis de la déclaration Balfour (1917), puis
du vote des Nations Unies de 1947. Comme vous, je souhaite profondément qu’il
existe bientôt une Palestine politique, et donc un Etat de Palestine. Comme
vous, je m’élève contre cette revendication unilatérale d’un Etat juif qui ne
laisse que peu de place aux habitants non juifs de cette Terre. Mais là est une
autre question, politique celle-là, qui n’était pas au centre de l’émission de
Geopolitis.


2/ Oui, les chrétiens du Moyen Orient sont des arabes, en
cela qu’ils parlent l’arabe comme langue vernaculaire depuis la fin du 4
siècle au moins. J’avoue qu’il faudrait immédiatement être plus précis, car le
mot « arabe » recouvre aussi une réalité politique diversement admise
durant ces 15 derniers siècles par les différentes populations du Moyen-Orient.
Prenons par exemple les Libanais, dont certains pour éviter toute confusion ne
se réclament pas d’une origine arabe, alors même qu’ils parlent l’arabe. En
cela vous avez raison d’exiger plus de précision. Mais ce que j’ai dis dans
l’émission, c’est que les chrétiens de Proche Orient parlaient et priaient en
arabe, bien avant l’arrivée de l’Islam au 7 siècle, et qu’ils furent
même les premiers intellectuels à commenter le Coran et ainsi à favoriser sa
propagation dans le monde. Et si vous voulez remonter plus haut dans les
origines raciales des chrétiens du Moyen Orient, n’oubliez pas de mentionner, à
côté des Assyriens, Babyloniens, Accadiens… tous envahisseurs de cette partie
du globe, les « coptes » dont le nom a forgé le mot Egypte actuel,
qui ne sont pas arabes, ni arabophones dans leur liturgie, mais qui parlaient
déjà l’arabe lorsque l’Islam est entré en Egypte, et qui eux sont des
autochtones descendant direct de leurs ancêtres pharaoniques.


Attention donc à vos références : si vous me permettez
d’être précis, je vous rappelle que les accords Sykes-Picot sont des accords
secrets signés le 16 mai 1916,
entre la France,
la Grande-Bretagne et la Russie tsariste,
prévoyant le partage du Moyen-Orient, c'est-à-dire l'espace compris entre la mer Noire,
la mer Méditerranée, la mer Rouge,
l'océan Indien
et la mer Caspienne
entre ces puissances, à la fin de la 1 Guerre mondiale.


Attention encore, pour rendre votre propos plus incisif, à
ne pas trop insister sur la nation « arabe » qui n’existe pas au sens
moderne du terme nation. Je vous rejoins tout à fait quand vous mentionnez le
fait que la langue comme la religion ne donne pas lieu à une nationalité. Mais
dans un propos d’ensemble, comme c’est le cas dans une émission telle que celle
de Géopolitis, vous devez reconnaître que l’on parle souvent bien improprement
de tous ceux qui parlent l’arabe comme étant des Arabes. Or ce que je voulais
dans l’émission c’est simplement de rendre attentif les auditeurs qu’il y a au
Moyen Orient un certain nombre d’arabes qui ne sont pas musulmans.  Ce que vous avez bien entendu, et …c’est
l’essentiel.


Il y aurait encore beaucoup d’autres points à relever dans
votre message, mais qui n’entrent pas dans le cadre restreint d’une émission
qui portait sur l’exode des chrétiens du Moyen Orient. Je ne relèverai donc pas
les petites piques personnelles que vous lancez en fin de message. Je suis
heureux que cette émission ait permis cet échange. C’est du reste le but des
émissions de Géopolitis.


 


Avec mes salutations empreintes de tassamouh et mes amitiés,


 


Jean-Bernard Livio