Léonard Bender

Le gratte-ciel est une hérésie du point du développement durable (trop cher, trop d'énergie grise, climatisation obligatoire, etc). pourquoi donc en vante-t-on les vertus environnementales notamment dans les universités? est-ce par ignorance ou veut-on justifier des fantasmes formels sur le dos du développement durable.

Réponse:

Probablement qu'aujourd'hui le gratte-ciel est une hérésie, et pas seulement du point de vue du développement durable. Quant aux vertus que ce type possède, il y en a évidemment beaucoup,

vu le succès dont il est protagoniste depuis un siècle. Ce succès est entre autre déterminé par le fait que le gratte-ciel est, par définition, un objet sans racines.

Quel autre type architectural incarne mieux l'image de la globalisation? Sans oublier que le gratte-ciel réunit les ambitions des architectes au profit des constructeurs.

L'intérêt que le gratte-ciel semble provoquer auprès du grand public de nos jours est déterminé, à mon avis, par sa simplicité, par son absence de complexité.

Je me réfère, bien sûr, à une complexité qui n'a rien à voir avec son contenu technique. Je pense plutôt au fait qu'un gratte-ciel ne demande pas des efforts particuliers pour être compris:

il est facilement résumable à une icône et, en tant que tel, il est destiné à devenir un objet de consommation.

Selon le "triangle" du développement durable, au delà des aspect techniques il conviendrait de souligner qu'aujourd'hui, encore plus que dans le passé, ce type semble destiné à une couche précise et pas très étendue de la population.