29 juin 2014, 566 migrants sont secourus par la marine italienne en mer méditerranée. [AP Italian Navy - Keystone]

Mer Méditerranée: un tombeau pour migrants?

L'émission du 21 février 2015

Au cours de l'année 2014, près de 3500 hommes, femmes et enfants sont morts en tentant de rallier les côtes européennes. La mer Méditerranée est devenue un immense tombeau pour les migrants qui sont prêts à risquer leur vie pour la promesse d'un avenir meilleur. La plupart viennent de Syrie et d'Érythrée d'où ils fuient la violence, les conflits et les persécutions.

A l'échelle mondiale, le Haut Commissariat aux Réfugiés (HCR) estime le nombre de boat people en 2014 à 350'000. Un niveau record atteint pour les deux tiers en Méditerranée. Ces mortelles traversées sont également devenues un business pour des passeurs sans scrupules qui abandonnent les clandestins en haute mer.

Comment éviter autant de drames aux portes de l'Europe? La réponse internationale est-elle adaptée? Geopolitis décrypte ces mouvements migratoires dont les circonstances enfreignent les droits humains les plus fondamentaux.

L'invitée : Isabelle Gattiker, directrice générale du Festival du film et forum international sur les droits humains (FIFDH), Genève.

Liens utiles

Haut Commissariat pour les Réfugiés (HCR)

L’agence des Nations Unies pour les réfugiés a pour mandat de diriger et de coordonner l'action internationale visant à protéger les réfugiés et à résoudre les problèmes de réfugiés dans le monde entier. La question méditerranéenne est au coeur de ses préoccupations actuelles. En coordination avec l’Organisation internationale des migrations, elle a publié une revue surle sauvetage en mer (PDF) qui édicte les principes et mesures qui s’appliquent aux migrants et aux réfugiés. Sur le site du HCR, retrouvez également des témoignages de réfugiés et de travailleurs humanitaires en explorant le siteDanger on the Deep Blue Sea (en anglais).

Organisation internationale pour les Migrations (OIM)

Principale organisation internationale dans le domaine des migrations, l’OIM œuvre entre autre "au respect de la dignité humaine et au bien-être des migrants." Dans son travail de rassemblement et de transmission de l’information, l’OIM a réalisé le projet "Missing Migrants" qui recense les migrants qui ont perdu la vie au cours de leur périple. (En anglais)

Amnesty International

Les Organisations de défense des droits humains sont également très préoccupées par la situation des migrants en Méditerranée. C’est le cas d’Amnesty International qui condamne régulièrement la situation des migrants qui traversent la Méditerranée. En septembre 2014, l'ONG a publié un rapport intitulé: Des vies à la dérive, réfugiés et migrants en péril en Méditerranée. (PDF version courte)

Frontex

L’Agence européenne pour la gestion de la coopération opérationnelle aux frontières extérieures (Frontex) coordonne l’action des États membre de l’Union européenne pour la sécurité des frontières. Frontex est en charge de l’opération "Triton" qui a été mise en place en soutien des efforts de l’Italie pour venir en aide aux bateaux de migrants en perdition. Mais Frontex est aussi l’objet de critiques. Une campagne, intitulée Frontexit, dénonce certaines dérives auxquelles donneraient lieu les opérations de Frontex en termes de droits humains.

Watch the med

Les initiatives pour dénoncer le sort des migrants qui tentent de rallier l’Europe fleurissent sur le web. C’est le cas notamment de Watch The Med qui propose de cartographier les violations des droits des migrants aux portes de l’Europe.

Infographie

Vu sur le web

 

Mortelles embarcations pour la Grèce

C’est le titre d’un reportage de Vice News publié début février 2015. Il fait partie d’une série de reportages intitulée L’Europe ou la mort. Dans cet épisode, la journaliste explore la route maritime à l’Est de la Méditerranée. Des bateaux voyagent presque chaque jour depuis les côtes turques et tentent d’atteindre les îles grecques. Voici la première partie. (en anglais sous-titré français) (18 min 26 sec)

 

Voir la deuxième partie sur Youtube.

 

 

Malte: des réfugiés meurent aux portes de l’Europe

Le Haut commissariat pour les réfugiés (HCR) tente de sensibiliser sur le sort des migrants en Méditerranée. C’est ici par la voix de leur messagère spéciale Angelina Jolie que l’on découvre le destin tragique de ces migrants et de ceux qui ont survécu à un naufrage. (en anglais) (4 min 51 sec)

 

Réfugiés et migrants : la vérité sur les naufrages en Méditerranée

Vidéo publiée par Amnesty International en septembre 2014 également dans le but de sensibiliser. Nous sommes deux mois avant l’arrêt de l’opération de la marine italienne "Mare Nostrum". Depuis, l’opération "Triton" confiée à l’agence européenne Frontex est venue soutenir l’Italie. Amnesty International évoque ici l’urgence d’agir pour que l’Union européenne ait les moyens de sauver les vies en danger en Méditerranée. (8 min 21 sec)

 

Frontex - le cycle opérationnel

Vidéo publiée sur la chaîne officielle de Frontex, on y découvre les défis que doit relever cette agence européenne chargée de de la coopération opérationnelle aux frontières extérieures. (en anglais sous-titré français) (5 min 29 sec)

Isabelle Gattiker, directrice générale du Festival du film et forum international sur les droits humains (FIFDH), Genève

Née en 1978, Isabelle Gattiker est licenciée en histoire. En 2003, elle cofonde le Festival du film et forum international sur les droits humains (FIFDH), aux côtés de son président actuel Léo Kaneman, et est la coordinatrice générale des trois premières éditions du Festival.

De 2005 à 2007, elle est l'assistante du cinéaste Amos Gitai, puis devient productrice de cinéma. Elle se spécialise dans la production de films d’auteur audacieux qui connaîtront tous une carrière internationale, notamment Témoin Indésirable de Juan José Lozano, Du bruit dans la tête de Vincent Pluss, La Cité du Pétrole de Marc Wolfensberger et Impunity, de Juan José Lozano et Hollman Morris.

Elle enseigne également à l’ECAL (Lausanne) et à la HEAD (Genève). En octobre 2013, elle revient au FIFDH en tant que directrice adjointe, avant d'être nommée directrice générale en janvier 2015. Elle est également membre de la Commission cinéma du Canton de Berne et présidente honoraire du Human Rights Film Network.

Le site du Festival du film et forum international sur les droits humains à Genève.

Vu du passé

Dès la chute de Saïgon au printemps 1975, des milliers de Vietnamiens prennent le chemin de l’exil sur des embarcations de fortune. Leurs conditions de navigation, en mer de Chine, alerteront l’opinion publique internationale qui se mobilisera pour ces réfugiés. L’Europe et les Etats-Unis accueillent les "boat people". Les médias et des intellectuels tels Jean-Paul Sartre et Raymond Aron prennent fait et cause pour eux, favorisant la prise de conscience international sur cette fuite par la mer, conséquence parmi d’autre de la guerre du Vietnam.

Les réfugiés du Haï Hong

Les réfugiés du Haï Hong. [INA] L’émission Question de temps, diffusée en novembre 1978, est consacrée aux réfugiés vietnamiens en Malaisie et donne la parole à ces boat people. Malgré les risques des conditions de navigation, ils ont fait le choix de l’exode.

Des tentatives désespérées de fuir. Paroles aux boat people. (INA 5 min 45 sec)

Retour du Geolo  à Nantes

Retour du goelo. [INA] Le 10 janvier 1983, le bateau "le goelo", affrété par Médecins du Monde, ayant sauvé une centaine de boat people en Mer de Chine revient à Nantes. Bernard Kouchner, médecin qui s’est fait connaître pour son engagement en faveur des boat people, intervient dans ce reportage.

Un bateau de Médecins du Monde revient en France avec des réfugiés vietnamiens. (INA 3 min 55 sec) 

Bernard Kouchner

Bernard Kouchner à propos du statut des Boat people. [INA] En janvier 1987, pour l’émission Les Dossiers de l’écran, Bernard Kouchner de Médecins du Monde parle du problème du statut des réfugiés vietnamiens en mer au travers de l'expérience du bateau "Ile de Lumière".

Le médecin est devenu le porte-parole de boat people. (INA 3 min) 

L’asile en trompe l’oeil

Arrivée en Suisse de réfugiés hongrois. [RTS] En 1986, Temps présent met en perspective, notamment à l'aide d'archives du Ciné Journal Suisse, la question de l'asile dans notre pays, depuis l'arrivée des réfugiés hongrois, en 1956, des exilés chiliens au début des années 70 et des boat people, puis des requérants zaïrois dans les années 80.

Retour sur 30 ans de politique d’asile en Suisse (RTS 40 min)