Des soldats soudanais sur un tank de l'armée populaire de libération du Soudan le 23 avril 2012. [Reuters]

Marché des armes: en plein "boom"?

L'émission du 9 septembre 2012

400 milliards de dollars, c’est ce que pèse ce marché florissant et en expansion des transferts d’armes. Une industrie de l’armement qui est dominée par les Etats-Unis et la Russie, respectivement 30% et 24% des exportations d’armes dans le monde, et boostée par une demande croissante en Asie. Entre 2007 et 2011, les cinq plus grands importateurs d’armes étaient tous des Etats asiatiques.

Mais l’Asie produit aussi des armes à l’image de la Chine qui est passée du statut de premier importateur, jusqu'en 2007, à celui de grand exportateur (6e rang mondial en 2011). Le marché de l’armement souffre d’un manque cruel de d’encadrement à l’image de l’échec des négociations onusiennes engagées en juillet 2012 sur un traité sur les ventes d’armes.

Devant un tel constat, peut-on parvenir malgré tout à réglementer ce marché qui échappe à tout contrôle ? Geopolitis décrypte les mécanismes de cette gigantesque industrie et les implications géopolitiques qui en découlent.

L'invité: Colin Archer, Secrétaire général du Bureau international de la paix.

Les liens

> Campagnes pour le désarmement

"Contrôlez les armes"
Site de alliance mondiale de la société civile qui milite pour un traité sur le commerce des armes.

"Haut les mains" - Amnesty international (section suisse)
Accédez à la campagne d’Amnesty pour l’établissement d’un traité international contre le commerce des armes.

Campagne contre le commerce des armes - Mouvement pour la paix
Le mouvement est né en 1948. Il milite pour le désarmement nucléaire, contre le marché de l’armement et pour la réduction des budgets militaires. Parmi les campagnes menées par le mouvement, découvrez ici celle consacrée au commerce des armes.


Bureau international de la Paix (en anglais)
Institution fondée en 1891-92, l’IPB a reçu le Prix Nobel de la Paix en 1910. En 2005, il a lancé le programme "Désarmement pour le développement", un projet conçu pour alerter un large public sur l’augmentation des dépenses militaires globales considérées comme un frein important au développement durable.

Journée mondiale d'action sur les dépenses militaires
Cette journée d’action a été organisée pour la première fois en 2010, à l’initiative du Bureau international de la Paix et de l’Institute for Policy Studies. La journée coincide avec la publication derniers chiffres des dépenses militaires dans le monde par le Stockholm International Peace Research Institute (sipri), institut de référence dans le domaine.

> Instituts de recherche dans le domaine de la sécurité et la défense

Stockholm International Peace Research Institute (sipri)
Le sipri est un institut de référence en matière d’armement et de défense. Il publie des données et rapports qui font foi dans le domaine et qui sont pour la plupart disponibles en ligne.

The International Institute for Strategic Studies (IISS) (en anglais)
L’IISS est un institut britannique qui fait autorité dans les domaines de la sécurité, des risques politiques et des conflits armés. Parmi ses principales publications, "The Military balance"  évalue les capacités militaires de 170 pays.


Groupe de Recherche et d’Information sur la Paix et la Sécurité (GRIP)
Créé à Bruxelles en 1979, le GRIP étudie notamment le rôle de l’Union européenne en matière de défense et de sécurité. Le GRIP a publié récemment un rapport qui fait la synthèse des principales statistiques relatives aux dépenses militaires mondiales.

> L’engagement de l’ONU

Bureau de l’ONU sur les questions de désarmement 

Registre global du commerce des armes (en anglais) 

Site de la Conférence de l’ONU le traité du commerce des armes de juillet 2012 (en anglais) 

> La sélection d'Infosud / Tribune des droits humains


La Russie envisage d’autoriser le port d’arme 

Les armes russes et chinoises alimentent le conflit au Darfour 

Infographie

Infographie sur le marché de l'armement. [RTS] Depuis 2000, le marché de l'armement a augmenté de plus de 60%. Un marché boosté par une demande grandissante en Asie et alimenté par les Etats-Unis et la Russie, principaux pays exportateurs d'armes. Voir l'infographie

Colin Archer, Secrétaire général du Bureau international de la Paix.

Né au Royaume-Uni en 1952, Colin Archer a fait des études universitaires à Manchester. Il a été directeur d'un centre de solidarité Nord-Sud et s'est également impliqué dans divers projets et campagnes en faveur de la paix, du désarmement et de la justice sociale. Il est, depuis 1990, Secrétaire général du Bureau international de la Paix à Genève et Vice-président de l'association Suisse-Birmanie. Il est l'auteur de Warfare, or Welfaire ? Disarmament for Development in the 21st Century, et Whose Priorities? A guide for campaigners on military and social spending. Colin Archer est également coordinateur de la journée mondiale d’action sur les dépenses militaires.

Ce forum est fermé. Pour toutes question concernant l'émission, adressez-vous à la rédaction de Geopolitis via le formulaire de contact. Merci de votre compréhension.

Vu du passé

Interrogé en 1968 par la Télévision Suisse Romande, un marchand d’armes anglais avoue, sans cynisme, qu'il se considère comme un simple commerçant dans un marché concurrentiel, dominé par le commerce des États. Il est vrai que la vente d'armes est aussi un moyen de politique étrangère, particulièrement en cette période de Guerre froide. Au-delà de la dimension morale, c’est un domaine économique aussi bien que politique. A condition que l'opinion publique ne s'y intéresse pas trop, comme lors de la vente d'armes suisses au Biafra, à la fin des années 1970.

Un marché dominé par les Etats

Extrait Le Point du 21 novembre 1968. [RTS] Ce marchand d'armes anglais, interviewé en 1968 pour
l'émission Le point, renvoie au contexte de la multiplication des conflits liés
à la décolonisation ou aux conséquences larvées de la Guerre froide. Son discours
fait surtout référence à deux thématiques importantes et toujours actuelles:
d'une part, les État constituent les plus gros pourvoyeurs d'armes sur le
marché mondial et utilisent la vente de contrats comme autant de moyens de
pression ou de déstabilisations politiques et, deuxièmement, l'industrie de
l'armement fait partie intégrante de l'économie d'un pays et enrichit tous les
maillons de la production ayant un rapport avec ce secteur industriel.

Un marchand d'armes évoque en toute franchise son travail. (RTS 7 min 46 sec) 

Des
armes suisses au Biafra

Extrait Tell Quel du 1er novembre 1991. [RTS] Scandale en Suisse au début des années 70, comme le
rappelle cet extrait d'archives utilisées par Tell Quel dans son reportage sur la famille
Burhle diffusé le 1er novembre 1991. Des canons anti-aériens fabriqués à
Oerlikon ont été vendus et ont servi au Biafra. La Suisse se retrouve salie par
cette affaire, tandis que le CICR essaie tant bien que mal d'apporter une aide
aux victimes. La Suisse n'a pas été le seul pays à avoir été impliqué
moralement, loin s'en faut. Selon l'écrivain et cofondateur de Médecins sans
frontières, Rony Brauman, la France mettait en place à l'automne 68 un
dispositif clandestin d'assistance militaire tandis qu'elle mobilisait sa
Croix-Rouge.

Buhrle, le fabriquant suisse d’armes, a vendu des canons durant la guerre au Biafra. (RTS 1 min 24 sec) 

Des
Mirages pour l’Irak

Extrait du Journal de 20h d'Antenne 2 du 25 septembre 1985. [RTS] En 1985,
la France passe un accord avec l'Irak pour la vente de 24 avions de combat
Mirages F1. Cette vente s'inscrit dans le prolongement du soutien français à
l'Irak durant sa guerre contre l'Iran. L'armée irakienne avait en effet disposé
de missiles Exocet air-mer qui, selon des estimations, auraient coulé plus de
cent pétroliers depuis le début du conflit.

La vente d’armes de la France à l’Irak est un soutien politique autant que militaire. (INA 1 min 44 sec) 

Les
risques du marché

Extrait du Journal de 20h d'Antenne 2 le 20 janvier 1991. [RTS] Paradoxe de la vente d'armes entre
États. Durant la première guerre du Golfe, en 1991, la France se trouve du côté
de la coalition emmenée par les Etats-Unis contre l'Irak. Or, l'armée iranienne
dispose d'armes performantes d'origine française, notamment des Mirages F1, des
missiles Exocet, Crotale et AS30. Un
reportage du journal télévisé met en exergue le revirement de la politique
étrangère de Paris qui, longtemps, a joué la carte de l'Irak dans la région du
Golfe.

Durant la première guerre du Golfe, la France se retrouve face à ses propres armes vendues à l’Irak (INA 2 min 11 sec)