Sésame contaminé : les failles du système. [RTS]

Sésame contaminé: les failles du système

L'émission du 30 mars 2021

Fin 2020, les consommateurs découvraient que des milliers de tonnes de sésame importé d’Inde vers l’Europe étaient polluées à l’oxyde d’éthylène, un pesticide cancérogène et toxique interdit dans l’alimentation en Suisse depuis 2011. Comment ce scandale sanitaire a-t-il pu se produire? Les systèmes suisse et européen de contrôle ont-ils failli ? L'enquête d'A Bon Entendeur.

Sésame contaminé à l’oxyde d’éthylène: les origines du scandale

En automne 2020, un scandale a traversé toute l’Europe : des centaines de produits sont retirés des magasins. En cause, un pesticide interdit détecté dans les graines de sésame : l’oxyde d’éthylène, un gaz qui a des propriétés antiseptiques. Ce produit a la capacité de préserver la qualité des graines lors du transport en luttant contre les moisissures et les bactéries. Mais comment ce pesticide cancérogène s’est-il retrouvé dans nos assiettes ? ABE a remonté le fil de cette contamination pour comprendre pourquoi le système de surveillance a failli. Première étape en Belgique où l’alerte a été lancée en septembre 2020.
Le sésame contaminé est arrivé par bateau en provenance d’Inde, principal fournisseur pour le continent européen. Sur place, les professionnels de la branche affirment cependant qu’ils n’ont jamais eu recours à ce pesticide. Reportage de nos correspondants en Inde.
En Belgique, l’Agence fédérale pour la sécurité de la chaîne alimentaire (AFSCA) inspecte un faible pourcentage des milliers de containers qui débarquent quotidiennement en Europe. Lors de ces contrôles, de nombreuses molécules restent de plus en dehors de tout radar. Dans la pratique, la majorité des contrôles doivent être effectués par les entreprises elles-mêmes. La suite de l’enquête a mené notre équipe en France, dans la région Auvergne-Rhône-Alpes.
Au-delà des flottements de la surveillance au niveau européen, le délai de réaction de la Suisse interpelle. Les premiers produits contaminés ont été retirés du marché helvétique à la fin du mois d’octobre, plus d’un mois après le début des rappels dans les pays voisins. Mais comment sont organisés les contrôles des produits en Suisse ? Explications de la Confédération et du chimiste cantonal genevois.
La Suisse a mis du temps à réagir pour retirer les produits contaminés. Faudrait-il revoir le système de contrôle ? Et est-ce que le système des retraits de produits est efficace ? Linda Bourget en parle avec Sophie Michaud Gigon, secrétaire générale de la Fédération romande des consommateurs (FRC).
À la suite des très nombreux rappels de produits au sésame ces derniers mois, ABE a fait analyser 24 produits en provenance d'Inde, ainsi que des produits au sésame. Résultat : tous les produits sont conformes.
En Suisse aussi, la conservation des récoltes est un enjeu fondamental. Pour préserver les céréales, elles sont avant tout séchées, refroidies et brassées. Mais parfois il est tout de même nécessaire de gazer les silos. Les spécialistes n’utilisent pas d’oxyde d’éthylène mais un autre biocide : la phosphine, qui intervient lorsque toutes les autres méthodes ont échoué. Reportage dans le plus grand centre collecteur de céréales du pays, à Echallens.
Dans notre pays, seules deux entreprises, situées en Suisse alémanique, commercialisent et utilisent cette phosphine, appelée aussi phostoxin. Mais dans quelles circonstances doit-on utiliser le gazage comme méthode de traitement des céréales ? Et comment les entreprises peuvent-elles garantir qu’on ne retrouve pas ce produit très toxique dans les céréales après un traitement ? Linda Bourget s’entretient avec le directeur de l’une d’entre elles.

Sésame contaminé à l’oxyde d’éthylène: les origines du scandale [RTS]

Contamination à l’oxyde d’éthylène: analyse de 24 produits en provenance d’Inde ou au sésame

Suite aux très nombreux rappels de produits au sésame contenant de l'oxyde d’éthylène, ABE a fait analyser 24 produits en provenance d'Inde, ainsi que des produits au sésame. Résultat: tous les produits sont conformes.

A noter:

Pour ce test, ABE a réalisé les analyses en 2 temps :

1. Janvier: analyse de produits indiens. Comme entre octobre et décembre les alertes concernaient principalement le sésame en provenance d’Inde, nous nous sommes intéressés à d'autres produits en provenance de ce pays, en dehors du sésame. Parce que nous pensions que beaucoup de produits au sésame avaient déjà été contrôlés.
Résultat: tous conformes.

2. Février: dans un 2e temps, il est apparu que du sésame d’autres provenances géographiques posait problème. Nous avons refait un 2e test, en testant cette fois-ci uniquement des produits soit contenant du sésame, soit du sésame en vrac.
Résultat: tous conformes.

En résumé : voici la liste de produits indiens et de produits contenant du sésame dans lesquels nous avons cherché de l’oxyde d’éthylène. Tous ces produits ne contiennent aucune trace d’oxyde d’éthylène. Pourtant, il y a encore eu des annonces de retrait de produits contenant du sésame. La dernière datant du 15 mars 2021 pour la Suisse.

Voici les résultats du test:

Contamination à l'oxyde d'éthylène: analyse de 24 produits indiens et au sésame. [RTS]
Contamination à l'oxyde d'éthylène: analyse de 24 produits indiens et au sésame. [RTS] 

Zapping conso

Cette semaine :
• Lignes Intercity : pour mettre son vélo dans le train, il est désormais obligatoire de faire une réservation payante en plus du titre de transport pour le vélo.
• La vaisselle en bambou va prochainement être interdite à la vente en Suisse.
• Un nouvel étiquetage à la Migros, pour noter le bien-être animal et les émissions de CO2.