A bon entendeur [RTS]

Le fric, ce n’est plus chic ?

L'émission du 12 novembre 2019

Le cash est-il en voie de disparition ? Les paiements par téléphone portable se répandent de plus en plus en Suisse, Twint en tête. Gratuits, plus rapides, ces paiements sont-ils sûrs ? Et que deviennent nos données ? Avec qui sont-elles partagées ? Si la monnaie dématérialisée n’est pas encore majoritaire en Suisse, en Chine, en revanche, l’utilisation de ce type de paiements est extrêmement répandue. La reconnaissance faciale et les empreintes digitales pour effectuer une transaction sont largement utilisés dans les commerces. A Hong-Kong, où ont lieu des grandes manifestations citoyennes, les contestataires reviennent à l’utilisation du cash pour ne pas se faire ficher par un Etat chinois qui ressemble de plus en plus à Big Brother.

Les paiements sans contact toujours plus présents dans notre quotidien

Malgré la réticence de certains commerçants, la tendance du paiement dit « cashless » est bien présente ! Nous payons de plus en plus avec nos téléphones, paiements mobiles ou sans contact. Depuis un peu plus de 2 ans, une application de paiement mobile suisse nommée Twint est arrivée sur le marché. Celle-ci permet de faire ses paiements dans chaque établissement doté du système mais simplifie également l’échange d’argent entre deux particuliers. Bien que l’application ait connu un démarrage plutôt lent, aujourd’hui elle a été adoptée par 74 banques. Elle semble également séduire les consommateurs, puisqu’elle a été téléchargée près de deux millions de fois dans notre pays. Mais Twint ne communique pas sur le nombre d’utilisateurs effectif de l’application.
Des géants comme Apple, Samsung ou Google sont, eux aussi, arrivés sur le marché suisse avec leur propre application de paiement. Les trois applications fonctionnent grâce à une carte de crédit enregistrée au préalable sur celles-ci par les utilisateurs. Pour Eric Filiol, directeur de recherche en sécurité de l’information, il faut rester attentif à qui se cache derrière ses nouveaux systèmes de paiement. Bien que ceux-ci nous simplifient la vie, le spécialiste rappelle que ce se sont avant tout des entreprises commerciales qui cherchent à faire du profit en offrant ces services.
Que deviennent nos données ? Stéphane Fontanet s’est longuement penché sur les conditions générales de ces applications. Il est possible de bloquer la transmission de nos informations personnelles, en réglant certains paramètres.
En Suisse, malgré l’avènement des applications de paiement, 70% des transactions se font toujours en cash. En Chine, la reconnaissance faciale pour payer ne semble poser aucun problème. Les experts prédisent même que l’argent liquide pourrait totalement disparaître du pays d’ici 2030. En revanche, à Hong-Kong, les manifestants se méfient des paiements électroniques, de peur d’être tracés !

En plus...

En bonus - suite de l’interview au musée de la monnaie de Paris avec Eric Filiol

Eric Filiol, directeur de recherche en technologie de l’information, aborde les dangers des systèmes de paiement tout numériques, en donnant notamment l’exemple de l’Estonie première e-démocratie qui a subi une cyberattaque en 2007. L’expert parle aussi des inégalités sociales que peuvent engendrer l’accès à ces technologies, ainsi que les failles des systèmes de paiements sans contact. Enfin, il appelle les citoyens à se renseigner sur les entreprises qui se cachent derrière ces systèmes de paiements mobiles.

Se marier et changer de nom. Une compagnie aérienne fait payer le prix fort !

L’histoire d’un jeune couple, désireux d’aller se marier dans la patrie de Madame, a été singulièrement troublée par la nécessité de changer le nom de Monsieur sur un billet d’avion. Mais toutes les compagnies aériennes ne taxent pas un max. !

C'est l'automne, compostez !

On ne parle pas de billet de train dans cette séquence au grand air, mais de feuilles mortes, de compost sur balcon et de vers de terre.