2015. A bon entendeur: Moules et microplastique [RTS/Laurent BLEUZE]

Ce plastique qui donne la chair de moule!

L'émission du 24 novembre 2015

Chaque année, 288 millions de tonnes de divers plastiques sont produits dans le monde. On estime que 10% se retrouvent finalement dans les mers et les océans. Entraînés par les courants marins, ces déchets forment de gigantesques soupes de plastiques. Un plastique qui se retrouve dans des mollusques que nous mangeons. Représentent-ils un danger pour le consommateur?

Notre rubrique: Recherche logement désespérément. Payer une commission à un intermédiaire?

Pas facile de trouver un appartement à Genève, ce n'est pas nouveau. Pour autant, il n'y a aucune raison de verser une commission à un intermédiaire que vous n'avez pas sollicité. Un jeune couple en recherche de logement l'a compris avec clairvoyance. Afin que son expérience soit utile à d'autre, il  a raconté son histoire à ABE .

Le plastique est partout

Emballages et petits objets du quotidien, emportés par les rivières et les fleuves, terminent leur route dans les océans où ils se décomposent en micro-plastiques invisibles à l’œil nu. On en trouve partout, jusque sur les plages de zones inhabitées. Au final, ces déchets se retrouvent dans les mollusques que nous consommons, comme les moules. Un phénomène inquiétant, d’autant que ces micro-plastiques absorbent d’autres micropolluants comme le PCP, le HAP et autres métaux lourds. Quels risques pour les consommateurs ?

Le plastique est partout [RTS]

Les micro-plastiques et les micropolluants qu’ils absorbent représentent-ils un problème de santé publique? André Cicolella, président du Réseau Santé environnement

Les micro-plastiques et les micropolluants qu’ils absorbent représentent-ils un problème de santé publique? André Cicolella, président du Réseau Santé environnement [RTS]

Les micro-plastiques contenus dans les moules : le test

Pour ce test, nous avons fait analyser 13 échantillons de moules, disponibles dans les principales enseignes de suisse romande, par le Laboratoire central environnemental de l’EPFL. Ce dernier a recherché des micro-plastiques dans les mollusques.

Nous avons confié nos moules, à Florian Faure, collaborateur scientifique du Laboratoire central environnemental de l’EPFL. Cet ingénieur en environnement est un habitué de la recherche des micro-plastiques. En 2013, il a publié les résultats d’une vaste analyse sur la pollution des eaux du Léman. Une pollution insidieuse aux micro-plastiques comparable à celle de la mer méditerranée.

Dans chacun de nos paquets de moules, 50 grammes de chair ont été prélevés. Cela correspond, suivant la taille des coquillages, à un maximum de 20 moules par échantillon. Ils ont été mélangés avec un liquide enzymatique qui a digéré la chair des mollusques et donc détruit les protéines et les graisses.

La méthode d’analyse est la même que celle utilisée par d’autres groupes derecherche en Europe. Après 48 heures de digestion, on obtient un jus de moule. Cette masse est filtrée. Sur le filtre, les particules sont triées au microscope afin de retirer les morceaux de coquilles et les corps étrangers qui ne sont pas des micro-plastiques. Les matières plus petites sont analysées par spectrographie infrarouge afin d’en déterminer la nature. Les résultats de l’analyse.

En moyenne, nos 13 échantillons contiennent 37 microparticules de plastique pour 100 grammes de chair de moule.  C’est quasi le même résultat que celui obtenu par le Professeur Janssen en 2014.

Pas un seul de nos 13 échantillons n’échappe à la pollution plastique et peu importe leur provenance géographique. Voici dans le détail la teneur en micro-plastique  de nos moules.

Qualimer [RTS]Moules d’or Qualimer des Pays-Bas, chez Aligro
Micro-plastiques : 54/100 g de chair

Pescatori Bella Cozza [RTS]Moules Consorzio PESATORI Bella Cozza d’Italie, chez Aligro
Micro-plastiques : 39/100 g de chair

Hélios Marine [RTS]Moules Hélios marine d’Espagne, chez Aligro
Micro-plastiques : 18/100 g de chair

Bouchot Naturaplan [RTS]Moules de  bouchot bio naturaplan de France, Chez Coop
Micro-plastiques : 43/100 g de chair

Moules de Zélande [RTS]Moules de Zélande des Pays-Bas, chez Coop
Micro-plastiques : 67/100 g de chair

Moules Fraîches MSC [RTS]Moules fraîches MSC de l’Atlantique Nord-Est, chez Coop
Micro-plastiques : 28/100 g de chair

Moules de Bouchot [RTS]Moules françaises de Bouchot de France,  chez Globus
Micro-plastiques : 51/100 g de chair

Moules d'Espagne [RTS]Moulesd’Espagne, chez Manor
Micro-plastiques : 24/100 g de chair

Moules de Bouchot [RTS]Moules de Bouchot de France, chez Manor
Micro-plastiques : 35/100 g de chair

"La Cancalaise" [RTS]Les Moules "La Cancalaise" de la Baie du Mont Saint Michel, chez Manor
Micro-plastiques : 15/100 g de chair

Moules de Bouchot [RTS]Moules de bouchots du Mont Saint Michel, chez Migros
Micro-plastiques : 27/100 g de chair

"Les natures" [RTS]Moules "les natures" d’Espagne, chez Migros
Micro-plastiques : 28/100 g de chair

Moules communes [RTS]Moules communes de l’Atlantique Nord-Est, chez Migros
Micro-plastiques : 57/100 g de chair

Des micropolluants dont l’origine reste difficile à établir selon Florian Faure: "On a trouvé de façon certaine du propylène, du polypropylène, du polyéthylène et du nylon et d'autres particules qui étaient constituées de mélange de polymères.  Ils peuvent avoir des origines très différentes, des fibres peuvent venir par exemple de vêtements, les microbilles que l'on peut trouver dans les produits cosmétiques. Mais on ne peut pas le dire de façon certaine".

Les micro-plastiques, une pollution insidieuse

Aucun plan d’eau ne semble épargné par les micro-plastiques. On en retrouve ainsi dans les moules de toute l’Europe. Ce phénomène ne dépend pas du mode de culture ou de pêche. Et les bains de dégorgement subits par les mollusques ne parviennent pas à nettoyer les coquillages qui se retrouvent dans nos assiettes.

Les micro-plastiques, une pollution insidieuse [RTS]

Notre rubrique: Recherche logement désespérément. Payer une commission à un intermédiaire?

Pas facile de trouver un appartement à Genève, ce n'est pas nouveau. Pour autant, il n'y a aucune raison de verser une commission à un intermédiaire que vous n'avez pas sollicité. Un jeune couple en recherche de logement l'a compris avec clairvoyance. Afin que son expérience soit utile à d'autre, il a raconté son histoire à ABE.