CFF : mon (dés)amour ! [Laurent Bleuze - RTS]

CFF: mon (dés)amour !

L'émission du 14 janvier 2020

L’agacement gagne sur les quais de gare: retards répétés, matériel roulant en mauvais état, pannes multiples, les usagers des CFF sont fâchés et le font savoir. Faut-il y voir des récriminations d’enfants trop gâtés, incapables d’apprécier le meilleur système de transports publics au monde? Ou, au contraire, un agacement justifié face à une crise de croissance mal gérée?

CFF : la grogne des usagers dans les trains suisses

En Suisse, 700'000 personnes prennent le train chaque jour pour se rendre au travail. Les CFF ont entrepris un chantier colossal pour entretenir et développer le réseau ferroviaire et tenter d’absorber l’importante croissance actuelle des usagers du rail. Des travaux qui sont une cause majeure des retards observés dans un réseau déjà surchargé. Problème supplémentaire : les trains neufs, qui ont été commandés et qui promettent plus de capacité, se font attendre. Les trains additionnels qui ont été mis en circulation ne suffisent pas à désengorger les rames. Cette augmentation de la flotte rend d’autre part difficile l’entretien optimal du matériel roulant.
Résultat : des trains bondés, de moins en moins fiables, et des usagers qui se plaignent du manque de confort, de la saleté et du mauvais état des wagons. Lorsqu’ils sont confrontés à des retard ou à des perturbations, les voyageurs déplorent aussi un accès à des informations lacunaires ou contradictoires.
Les CFF eux-mêmes admettent aujourd’hui une baisse de la qualité des prestations. Il est pratiquement impossible à l’heure actuelle de se faire indemniser en cas de retard important ou de suppression de train. Une nouvelle ordonnance sur l’indemnisation des voyageurs devrait entrer en vigueur au deuxième semestre 2020.
Dans le contexte actuel d’urgence climatique, on incite la population à prendre les transports publics. Mais le train reste plus cher que prendre sa voiture. Pour voyager à meilleur compte, il est possible de voyager en dehors des heures de pointe ou les jours de moindre affluence avec des billets et des cartes journalière dégriffés. Une manière de remplir les trains vides, mais qui ne résout pas les problèmes de surcharge aux heures de pointe.

Malik Melihi a invité Olivier Français, membre de la Commission des transports du Conseil des Etats, pour discuter de la situation actuelle du réseau en Suisse romande ainsi que les investissements nécessaires pour son développement futur.
Mais-ce que le prix des transports publics, notamment l’abonnement général qui va encore augmenter l’année prochaine, est trop élevé ?  Malik Melihi en discute avec Helmut Eichhorn, directeur de l’Alliance Swisspass.

En plus...

En bonus – Qui fixe les prix des billets ?

Entretien avec Matthias Finger, professeur EPFL, spécialiste en managment des industries de réseau.


En bonus – Concurrence ou privatisation des CFF : une solution ?

Suite de l’entretien avec Matthias Finger.


En bonus – Les Romands, parents pauvres des CFF ?

Suite de l’entretien avec Matthias Finger.


En bonus – La mobilité suisse en question

Suite de l’entretien avec Matthias Finger.

Un jeune écolier privé de cantine !

Situation ubuesque pour un jeune écolier fribourgeois : souffrant de troubles alimentaires, il ne peut manger que ce que sa maman lui prépare. Mais le restaurant scolaire de son établissement pose tellement de conditions pour qu’il puisse réchauffer son repas à l’école qu’il lui est impossible de manger avec ses camarades à la cantine…

Un bon-cadeau impossible à utiliser

Elle croyait faire plaisir à son mari en lui offrant un bon-cadeau pour une séance de simulateur de vol en avion… Sauf que quatre ans plus tard, malgré de multiples tentatives pour trouver une date, le simulateur n’est jamais disponible, et le bon s’avère carrément impossible à utiliser ! Que faire dans cette situation ? La question a été transmise à des d’étudiant-e-s en 3ème année de droit à la Faculté de Droit de l’Université de Lausanne qui collabore avec ABE.