Addictions aux jeux d'argent Accoucher sans violences

L'émission du 26 septembre 2018

Addictions aux jeux d'argent en ligne

Les addictions aux jeux d’argent et de hasard en ligne ont explosé ces 5 dernières années. Boris est addict au jeu et il a accumulé plus de 250 milles francs de dette à cause de son addiction aux machines à sous en ligne. La prévention tente d’informer et de prévenir les problèmes de jeux, mais elle peine à se faire entendre et à obtenir des ressources.

Addictions aux jeux d'argent [RTS]

Loto, poker, PMU, paris sportifs… Boris (prénom d’emprunt) a joué à quasiment tous les jeux d’argent disponibles sur le marché. Mais depuis l'arrivée du smartphone, c’est le casino en ligne auquel il joue le plus. Il a accumulé plus de 250 milles francs de dettes à cause de son addiction aux machines à sous en ligne ! "Il y a des milliers de jeux, donc on change de machine et on continue, on clique et on clique. Ça déclenche quelque chose, on a envie, il faut qu’on retourne…", relève ce dernier.

Cette addiction comportementale encore mal connue agit dans le cerveau comme les drogues. Que se passe-t-il dans le cerveau d’un joueur ? Comment traiter ce mal ? Et que fait-on en Suisse pour prévenir cette addiction qui relève d’un véritable problème de santé publique ? Experts et témoins croisent leurs voix sur cette thématique.


Un reportage de Quentin Bohlen et Bernard Novet

Accoucher sans violences

Mettre son enfant au monde à l’hôpital est présenté comme la solution la plus sûre, et pourtant une femme sur trois se dit traumatisée au lendemain de son accouchement. Aujourd’hui, les femmes osent prendre la parole et revendiquent la maîtrise de ce moment inoubliable.

Accoucher sans violences [RTS]

Elles s’appellent Aline, Gloria et Céline et ont toutes en commun, pour des raisons diverses, un accouchement difficile qui continue de les hanter. Alors que dans les maternités, les plaintes et les demandes de médiation se multiplient, Martin Winckler, médecin, écrivain et éthicien, dénonce un certain mépris médical particulièrement fort à l’égard des femmes…


Dans l’urgence des soins, les professionnels sous-estiment parfois l’impact de leurs mots et de leurs gestes. Mais quels sont les autres facteurs qui peuvent générer un traumatisme ? Comment les milieux hospitaliers traitent-ils ce problème ? Réponses au gré des explications de spécialistes des HUG et du CHUV. Réduire au minimum le nombre d’interlocuteurs dans le parcours hospitalier d’une femme enceinte est une piste explorée dans la maternité genevoise.


Un reportage de Lison Méric et Catherine Gerber