36.9° correspond à la température moyenne du corps quand il se trouve au calme et – en bonne santé – elle définit la santé comme une recherche permanente d'équilibre. Tout comme ce magazine santé de la RTS.

L'émission du 1 mai 2019

Repenser Alzheimer & Co

Faut-il continuer à prescrire et rembourser les traitements pro-cognitifs, les seuls médicaments dont on dispose dans la maladie d’Alzheimer? La France a décidé de cesser de rembourser les médicaments contre la maladie d’Alzheimer. Les études médicales sont toujours plus nombreuses à montrer que ces molécules ont un effet très décevant ou aucun effet du tout. Faut-il faire pareil en Suisse ?

Vignette 36.9° du 1 mai 2019 "Repenser Alzheimer and Co" [RTS]

La maladie d’Alzheimer et les autres démences liées à l’âge représentent l’une des plus grandes problématiques en matière de santé publique en raison du vieillissement de la population. En Suisse, plus de 140'000 personnes seraient touchées. Alors qu’en Suisse plusieurs institutions militent pour un maintien du remboursement des médicaments contre Alzheimer, la France a décidé de ne plus le faire, les bénéfices pour les patients ayant été jugés trop faibles. Le gériatre français Olivier Saint-Jean s’en explique dans ce reportage très éclairant. Au centre Leenaards de la mémoire au CHUV à Lausanne, on tient à pouvoir prescrire le traitement qu’elles qu’en soient les limites. Le Dr Olivier Rouaud en évoque les raisons. Aux explications d’experts font écho les témoignages de personnes dont les proches sont frappés par ce mal. A travers différents exemples, nous verrons que les relations sociales jouent un rôle majeur pour améliorer leur qualité de vie.

Un reportage de Lison Méric

Quelques lectures sur le sujet:

Olivier Saint-Jean, Eric Favereau, "Alzheimer le grand leurre", éditions Michalon, Paris, 2018 

Yves Agid, Pierre Magistretti, "L’homme glial", Odile Jacob, Paris, 2018 

Bonus de l'émission

Comment accompagner les personnes âgées atteintes de troubles cognitifs

Les repas préparés et distribués par un EMS permettent de réaliser une veille sociale sur les personnes les plus fragiles et isolées.

Le jardin d'Hedwig, un accueil de jour qui met en valeur l'humain.

Montessori en EMS

La pédagogie Montessori, une méthode conçue à l’origine pour les enfants, adaptée aujourd’hui aux personnes âgées souffrant de problèmes cognitifs, offre un regard neuf sur la démence.

Vignette de 36.9° du 1 mai 2019 "Montessori en EMS" [RTS]

Depuis cinq ans, l’établissement neuchâtelois Petit-Chézard, un établissement psycho-gériatrique, vit une petite révolution dans le monde des EMS. Les soignants appliquent la méthode Montessori destinée aux personnes âgées souffrant de troubles cognitifs. La grande majorité des vingt habitants de la maison présente des signes de démence qui peuvent être de modérés à avancés. Mais plutôt que de les réduire à leurs seules fragilités ou incapacités, la démarche Montessori consiste à se concentrer sur tout ce que la personne est encore capable de faire. Dans le but de conserver son autonomie le plus longtemps possible, l’équipe sollicite le résident. Sa participation à la vie quotidienne se fait en fonction de son parcours de vie, de ses envies et de ses capacités. Un reportage aussi intéressant qu’émouvant.
 

Un reportage de Fabienne Clément