Retour à l'accueil

Sans blessures apparentes, enquête chez les damnés de la guerre

Histoire vivante du 3 avril à 20:35 sur RTS Deux

Damnés
Cette vidéo n’est plus disponible en ligne pour des questions de droits.

Des héros terrorisés par des cauchemars. La guerre rend fou. Depuis peu, on ose parler de la névrose traumatique durant les conflits, un mal qui hante les militaires et les civils, dont les reporters et les humanitaires.

Documentaire de Jean-Paul Mari
Cofinancé par la TSR
Grand Prix et Prix du public au FIGRA 2010

Les intervenants du film ont tous vu la mort
de très près. Leurs témoignages et ceux des médecins et psychiatres qui
les suivent rendent réellement compte du traumatisme subi. Les récits de
chacun sont ancrés à jamais dans leur mémoire et dans l'Histoire
contemporaine. Chacun d'eux a vu le pire et depuis ne parvient plus à
vivre sa vie normalement. Comment se débarrasser de ces images ? Peut-on
oublier une telle horreur?

Michaël Delhaye était parachutiste au Rwanda
pendant le génocide. Sur un trottoir de Kigali, il croise le regard d’un
homme décapité. Quelques années plus tard, de retour à Paris, il est
terrassé par une crise de panique. Sensation de devenir fou, insomnies,
angoisses, cauchemars obsessionnels, tentatives de suicide… Pendant
quatre ans, sa vie est un enfer.

Au Canada, le général Roméo Dallaire est un
héros national. L’ancien chef des troupes de l’ONU au Rwanda a assisté,
impuissant, à l’horreur des massacres. Un matin d’hiver glacial, on l’a
retrouvé ivre, à demi-nu, sur un banc près du fleuve où il voulait se
noyer. Sa quatrième tentative de suicide.

Carole Dromer est médecin, ancienne
"voltigeuse" à Médecins du Monde, habituée des guerres et des
catastrophes. Un jour, en Afghanistan, le canon du fusil d’un taliban,
posé sur son front, entre les deux yeux, a brisé sa vie.

Enquête sur ce mal terrible,
mystérieux et fascinant, aussi fréquent que tabou. "Un mal dont on peut
guérir", explique le psychiatre François Lebigot, "à condition d’en
parler…".