Retour à l'accueil

Le clown Grock : des larmes au rire, un documentaire de Felice Zenoni


Le clown Grock : des larmes au rire, un documentaire de Felice Zenoni

Il a laissé un souvenir impérissable. Le plus grand clown du XXème siècle, disparu en 1959, était suisse. Son génie poétique et comique a fait crouler de rire adultes et enfants. Auteur d’un film sur les années suisses de Chaplin, Felice Zenoni a rassemblé, cette fois, des archives qui restituent les moments les plus marquants de cette carrière. Il a interrogé tous les témoins imaginables. Au final, un hommage émouvant qui ne passe sous silence ni le caractère austère de Grock, dans la vie de tous les jours, ni son amour du public enthousiaste de l’Allemagne hitlérienne, ni, non plus, l’estime qu’il éprouvait pour ses chefs

Adrien Wettach est né dans le Jura bernois, le 10 janvier
1880.




Sa tante, un jour, l'a emmené au cirque. Et l'enfant a tellement
ri qu'il a voulu devenir clown. Plus tard, le génial énergumène a
fichtrement été à la hauteur de son rêve. Il est bel et bien devenu
clown. Et quel clown !




Son histoire est ici déployée. Joliment dépliée. Elle part des
chapitres de l'enfance, modeste, aux premières tentatives pour
apprivoiser le rire.




En 1903 : Grock est caissier au Cirque National Suisse. Le
directeur le remarque. Lui propose un duo … Vous vous appellerez «
Brick et Brock » tous les deux. Sur quoi, notre humoriste,
perplexe, a rétorqué… « Pas Brock, non, moi je veux m'appeler
GROCK. Nous serons Brick et Grock ! ». « Vendu ! », a conclu le
directeur.




Désormais Grock écume les cirques. Et passe bientôt des pistes et
des chapiteaux aux scènes de music-halls. Il sillonne les plus
grandes villes d'Europe. Séduit des millions d'âmes. Est l'artiste
le mieux payé de son temps…




Séquence indispensable. Précieuse. Quand Grock nous parle du
clown, mode d'emploi.




Abécédaire inattendu des qualités d'un être qui veut devenir clown
professionnel… il doit, notamment, connaître les langues. Grock en
parlait… huit !




De Londres à New York, de Paris à Berlin ou Bâle, nous suivons l'h
omme et ses délicieux délires, ses amitiés, souvent longues et
denses, ses affinités politiques, son talent pour écrire de la
musique (« Ca lui coulait des doigts ! », dira l'un de ses
proches), ses prestations de comédien (trois films de fiction à son
actif, dont l'un des premiers films parlants), son énorme valise,
son tout petit violon…




Apparaissent pour témoigner de l'ampleur du talent de Grock :
Maurice Chevalier, Michel Simon, Freddy Buache, Caterina Valente,
découverte, puis lancée par lui… son neveu, sa petite-fille,
aussi.




Portrait d'un homme immense.