La Suisse dans la Première guerre (1/5)

Entretien avec Alain Clavien
Rencontre avec Alain Clavien, professeur d'Histoire contemporaine à l'Université de Fribourg.
Nous décryptons cette affaire d'espionnage militaire connue sous le nom d'affaire des colonels qui va quelque peu détériorer les relations entre Suisse romande et Suisse alémanique.


La Suisse dans la Première guerre (2/5)

Entretien avec Alain-Jacques Tornare
Historien des relations franco-suisses nous raconte combien la germanophilie des deux colonels fut mal perçue en Suisse Romande et que Fribourg fut le front linguistique durant cette guerre 14-18.


La Suisse dans la Première guerre (3/5)

Entretien avec Jean-François Fayet
Aujourd'hui un volet quelque peu méconnu de cette page d'histoire: les révolutionnaires russes et polonais installés en Suisse pendant la première guerre mondiale.
Rencontre avec Jean-François Fayet, historien et enseignent au département d'histoire de l'Université de Genève.


La Suisse dans la Première guerre (4/5)

Entretien avec Sébastien Farré
Un épisode sur la question de la commémoration des morts et des monuments. Il existe des dizaines de monuments aux morts en Suisse en lien avec la Première guerre mondiale et pourtant le pays est officiellement neutre et territoire de paix.
Entretien avec Sébastien Farré, historien et adjoint-scientifique à la Maison de l'Histoire à l'Université de Genève.


La Suisse dans la Première guerre (5/5)

Entretien avec Olivier Meuwly
Aujourd'hui rencontre avec Olivier Meuwly, historien spécialiste de l'histoire des idées et des partis politiques en Suisse et écrivain. Avec lui, il sera question des relations entre les partis politiques en Suisse pendant le conflit, et des relations entre le régime militaire et le pouvoir civil.
A découvrir ce dimanche 30 août 2015 sur RTS deux: "Un traître à la patrie" un documentaire de Hansjürg Zumstein.
Le film explore les tensions qui sont apparues entre la Suisse romande et la Suisse alémanique, lors de la Première Guerre mondiale, via l' "affaire des colonels".
Dès le début du conflit, deux hauts officiers de l'état-major suisse ont collaboré secrètement avec l'armée allemande en lui transmettant des dépêches diplomatiques russes, décryptées par le service des renseignements, à Berne.
Cette trahison fut découverte par l'homme chargé de décoder ces dépêches: André Langie, un Lausannois, spécialiste de la littérature, considéré comme un génie dans l'art du décryptage.
Réalisant qu'il ne travaillait plus pour la Suisse mais pour l'Allemagne, Langie dénonça les deux officiers. Cependant, le général germanophile Ulrich Wille tenta de dissimuler l'affaire. Le Conseiller national socialiste Robert Grimm finit par révéler publiquement la trahison.
Cette violation de la neutralité entraîna de violentes protestations et manifestations à tel point que le Général Wille planifia, secrètement, une intervention de l'armée. Finalement, le Conseil Fédéral sanctionna les deux officiers et critiqua ouvertement le Général.
La réaction claire du gouvernement permit, pour la première fois, deux ans après le début de la guerre, un rapprochement entre la Romandie et la Suisse alémanique.