Le cinéma iranien (1/5)

Naissance des genres

Cette semaine, Histoire Vivante se consacre à lʹhistoire du cinéma iranien en compagnie de différents intervenants.
Aujourdʹhui, entretiens croisés avec Agnès Devictor, historienne du cinéma, Maître de conférences à l'Université Paris 1 Panthéon Sorbonne, chercheure associée à l'UMR Monde iranien et indien et spécialiste du cinéma iranien.

Jean-Michel Frodon, journaliste, critique de cinéma, enseignant à Sciences Po Paris et à St Andrews (Ecosse). Il a notamment écrit pour Le Monde et dirigé les "Cahiers du Cinéma", il publie à présent sur Slate.fr.

Javad Zeiny, écrivain, cinéaste, enseignant et titulaire d'un doctorat en cinéma (Concordia University-Montréal et Université Paris7). Il a dix ans quand la révolution se déclenche en Iran; à quinze ans, il tourne son premier film et devient ensuite critique de cinéma pour plusieurs journaux iraniens. Neuf ans plus tard, il quitte lʹIran pour la Suisse, le Canada, les États-Unis et vit actuellement à Paris.

Asal Bagheri, docteure en Sémiologie et linguistique et spécialiste du cinéma iranien. Elle a assuré jusquʹà aujourdʹhui plusieurs enseignements dans le domaine de la Linguistique, Sémiologie et Communication dans différentes universités. Son livre "Sentiment, amour et sexualité. Les dilemmes du cinéma iranien de la République Islamique" est en voie de publication chez LʹHarmattan dans la collection "Iran en Transition".
Dimanche 29 mars à 20h55 sur RTS Deux, vous pourrez découvrir "Embargo sur lʹIran", un documentaire de Magali Serre (France, 2020).

Photo: couverture d'un magazine de cinéma iranien des années 1970. (© Fabienkhan / Wikipédia)


Le cinéma iranien (2/5)

Cherchez la femme

Deuxième épisodes de cette série durant lequel nous nous entretenons avec Jean-Michel Frodon, journaliste, critique de cinéma, enseignant à Sciences Po Paris et à St Andrews (Ecosse). Il a notamment écrit pour Le Monde et dirigé les "Cahiers du Cinéma", il publie à présent sur Slate.fr.

Javad Zeiny, écrivain, cinéaste, enseignant et titulaire d'un doctorat en cinéma (Concordia University-Montréal et Université Paris7). Javad Zeiny a dix ans quand la révolution se déclenche en Iran; à quinze ans, il tourne son premier film et devient ensuite critique de cinéma pour plusieurs journaux iraniens. Neuf ans plus tard, il quitte lʹIran pour la Suisse, le Canada, les États-Unis et vit actuellement à Paris.

Agnès Devictor, historienne du cinéma, Maître de conférences à l'Université Paris 1 Panthéon Sorbonne, chercheure associée à l'UMR Monde iranien et indien et spécialiste du cinéma iranien.

Photo: Mohammad Ali Ja'fari et Foruzan dans "Sahel-e Entezar", de Esmail Koushan (1963).


Le cinéma iranien (3/5)

Durant cet épisode, nous serons en compagnie d'Agnès Devictor, historienne du cinéma, Maître de conférences à l'Université Paris 1 Panthéon Sorbonne, chercheure associée à l'UMR Monde iranien et indien et spécialiste du cinéma iranien.
Ainsi que de Jean-Michel Frodon, journaliste, critique de cinéma, enseignant à Sciences Po Paris et à St Andrews (Ecosse). Il a notamment écrit pour Le Monde et dirigé les "Cahiers du Cinéma", il publie à présent sur Slate.fr.
 
Photo: affiche du film "Shirin o Farhad", réalisé par Abdol Hossein Sepanta en 1935.


Le cinéma iranien (4/5)

Film de genre images de guerre

Aujourdʹhui, nous nous entretenons avec Agnès Devictor, historienne du cinéma, Maître de conférences à l'Université Paris 1 Panthéon Sorbonne, chercheure associée à l'UMR Monde iranien et indien et spécialiste du cinéma iranien.
Ainsi que Jean-Michel Frodon, journaliste, critique de cinéma, enseignant à Sciences Po Paris et à St Andrews (Ecosse). Il a notamment écrit pour Le Monde et dirigé les "Cahiers du Cinéma", il publie à présent sur Slate.fr.
Et Javad Zeiny, écrivain, cinéaste, enseignant et titulaire d'un doctorat en cinéma (Concordia University-Montréal et Université Paris7). Javad Zeiny a dix ans quand la révolution se déclenche en Iran; à quinze ans, il tourne son premier film et devient ensuite critique de cinéma pour plusieurs journaux iraniens. Neuf ans plus tard, il quitte lʹIran pour la Suisse, le Canada, les États-Unis et vit actuellement à Paris.

Photo: Zakaria Hashemi dans "Jonub-e Shahr-Raqābat dar Shahr", de Farrokh Ghaffari, 1958.