L'Arabie saoudite (1/5)

Des fondations aux destructions

Histoire Vivante vous propose une semaine sur lʹhistoire et la formation de lʹArabie Saoudite et de sa monarchie.
Les rives arabes du golfe Persique sont partagées en principautés, royaumes, émirats et sultanats: le Koweït, l'Arabie saoudite, Bahreïn, le Qatar, les sept Etats de la côte des pirates ainsi que le sultanat de Muscat et Oman. Il s'agit de la partie orientale de la péninsule arabique; une presqu'île en trapèze bordée au nord par l'Irak et la Jordanie, à l'ouest par la mer Rouge, au sud par l'océan Indien et à l'est par le golfe Persique. Ce territoire est le berceau de la civilisation arabe.

Illustration: carte des péninsule et golfe persiques.


L'Arabie saoudite (2/5)

Des fondations aux destructions

En 1916, les Français et les Anglais concluent les accords secrets Sykes-Picot, du nom de leurs signataires, en vue de se partager les futures dépouilles de l'Empire turc, allié des puissances centrales, notamment la Syrie, la Palestine et l'Irak.
Dans le même temps, les Britanniques n'ont pas de scrupule à promettre au chérif Hussein, qui gouverne La Mecque, tous les territoires arabes sous occupation turque, y compris la Palestine et la Syrie. Ibn Saoud quant à lui, sait qu'il a une carte à jouer: battre l'allié des Anglais. Il réalise son rêve en s'emparant du Hedjaz (ouest de la péninsule) et de sa capitale, la Mecque. Il est désormais maître du lieu saint de l'islam. En 1932, il donne au pays le nom de sa famille; l'Arabie saoudite est officiellement née.

Photo: Franklin D. Roosevelt, président des Etats-Unis, en discussion avec le roi Ibn Saoud à bord du croiseur USS Quincy, le 14 février 1945 (© U.S. Navy photo)


L'Arabie saoudite (3/5)

Des fondations aux destructions

En février 1957, le roi Saoud est le premier monarque saoudien à être invité en visite officielle aux Etats-Unis et ce voyage ne passe pas inaperçu auprès de la communauté internationale. Pourtant, Saoud ne deviendra jamais le grand leader arabe dont Eisenhower avait rêvé.
Les loyers versés par les Etats-Unis pour la base de Dahran ne suffisent pas à sortir le royaume de sa crise financière. Une crise dont le seul responsable est le roi, qui devient alors l'objet de mille critiques. Un homme va prendre la relève du pays: Fayçal ben Abdelaziz Al Saoud, fils d'Ibn Saoud. Avec lui, l'Arabie saoudite entre dans l'ère de la modernité.

Photo: Fayçal ben Abdelaziz Al Saoud en janvier 1943 (© wikipedia)


L'Arabie saoudite (4/5)

Des fondations aux destructions

Rencontre avec Antoine Vitkine autour de son documentaire "MBS, le prince d'Arabie". Dans son film, le réalisateur décrit les enjeux géopolitiques de ce pays possédant les plus grandes réserves pétrolières du monde. Il trace également le portrait de Mohammed Ben Salmane (dit MBS) qui, à trente-deux ans, a pris la tête du pays.

Photo:  Antoine Vitkine (© wikipedia)


L'Arabie saoudite (5/5)

Des fondations aux destructions

Suite et fin de notre entretien avec Antoine Vitkine, réalisateur du documentaire "MBS, le prince d'Arabie". Dans ce film Antoine Vitkine fait le portrait du fils du roi dʹArabie saoudite, Mohammed Ben Salmane, dit MBS, qui prend, à trente-deux ans, la tête dʹun pays possédant les plus grandes réserves pétrolières du monde.

"MBS, le prince d'Arabie", à voir dimanche 26 janvier à 21h00 sur RTS Deux. Résumé:
Mohammed Ben Salmane est devenu à trente-deux ans le successeur désigné de son père à la tête de lʹArabie saoudite, éden pétrolifère dʹexception. Les grandes puissances doivent composer avec cet interlocuteur-clé de la région. Réformateur ou autoritaire, qui est vraiment MBS ?

Photo (tirée du film): Mohammed Ben Salmane, dit MBS, en discussion avec Jared Kushner, haut-conseiller de Donald Trump chargé de définir la politique moyen-orientale des États-Unis