La Corée, du déchirement au face-à-face (1/5)

Le conflit (1950-1953)

Histoire Vivante vous propose une semaine sur la guerre de Corée qui opposa la République de Corée (Corée du Sud) à la République populaire démocratique de Corée (Corée du Nord) et de laquelle découla la partition des deux Corées en 1945.
En juin 2010, on a commémoré le début de la guerre de Corée, un conflit qui dura 3 ans (1950-1953) et que l'on crut un temps susceptible de provoquer une Troisième Guerre mondiale. Plus d'un million de morts et l'évocation par le général américain Mac Arthur d'un bombardement atomique du pays. Une stratégie militaire finalement abandonnée. En lieu et place, les Etats-Unis choisirent les bombardements incendiaires massifs.
Dimanche 17 février à 21h05 sur RTS Deux, vous pourrez découvrir "Pyongyang s'amuse", un documentaire de Pierre-Olivier François et Patrick Maurus (France / 2019).

Photo: le général Douglas MacArthur (au centre), observe le bombardement d'Incheon, ville portuaire sud-coréenne située à 50 km à l'ouest de la capitale Séoul, le 15 septembre 1950. (© US National Archives and Records Administration)


La Corée, du déchirement au face-à-face (2/5)

La décolonisation

Concernant la Corée, voilà ce qui est finalement entériné: "La Colonie Japonaise devra devenir indépendante au bout d'un certain temps". Cette période trouvera son terme quelques mois après les accords de Yalta avec la destruction de deux villes méconnues jusque-là: Hiroshima et Nagasaki.
Pendant que le Japon fait le compte de ses irradiés, la Corée s'apprête à connaître le virage de la décolonisation. D'un maître, elle en récupère deux: l'Union soviétique occupe le nord, les États-Unis contrôlent le sud.

Photo: retrait des troupes japonaises stationnées en Corée, 1945.


La Corée, du déchirement au face-à-face (3/5)

Depuis cette guerre, le 38ème parallèle est infranchissable, un rideau de fer couvrant la terre et se prolongeant sur la mer. Soixante ans après la partition, la Corée vit encore séparée par un rideau impénétrable. La paix est signée en 1953, une paix non reconnue. Les autorités organisent des rencontres entre les familles qui ont été séparées. Elles scénarisent pour l'extérieur ces improbables rencontres.

Photo: la Sud-Coréenne Lee Keum-seom (92 ans) embrasse son fils nord-coréen Ri Sang Chol (71 ans) durant une réunion de familles séparées organisée au "Diamond Mountain Resort", en Corée du Nord, le 20 août 2018. (© LEE JI-EUN / AP Yonhap / Keystone)


La Corée, du déchirement au face-à-face (4/5)

Les JO de Séoul

En 1988, Séoul devient capitale Olympique. Quel pays découvre-t-on à l'occasion d'un tel événement? Une Corée en forte expansion qui s'industrialise et se modernise. Mais les familles séparées restent l'une des épines douloureuses séparant les deux Corées.
Au-delà de la question des familles séparées, on s'interroge sur le désir de la société sud-coréenne de renouer réellement avec le Nord, dans la perspective d'une identité coréenne pleinement retrouvée. Quel choc culturel peut-on imaginer entre deux pays dont l'évolution a tellement divergé?

Photo: des combattants de taekwondo, sport national de la Corée du Sud, s'exercent en vue de la cérémonie d'ouverture des JO de Séoul, le 14 septembre 1988. (© Dieter Endlicher / AP Photo / Keystone)


La Corée, du déchirement au face-à-face (5/5)

Tranches de vies nord-coréennes

Jean Leclerc sʹentretient avec Pierre-Olivier François, coréalisateur avec Patrick Maurus du film documentaire "Pyongyang s'amuse" que vous pourrez découvrir 17 février à 21h05 sur RTS Deux.

Résumé:
On sait déjà pas mal de choses du régime politique autoritaire qui guide la vie des Nord-Coréens. Mais que sait-on d'eux? Le réalisateur s’est intéressé à leur quotidien - notamment à leurs loisirs - plutôt qu'au régime politique autoritaire qui guide leurs pas. En anthropologue amateur, il observe cette société au plus près et en décode les images par le commentaire.

Photo tirée du film "Pyongyang s'amuse".