Benjamin Luzuy prépare la torrée sous l'oeil de la caméra. [Antoine Fargues - RTS]

Torée urbaine à Neuchâtel

L'émission du 15 août 2014

Notre jeune chef est cette semaine parachuté au-dessus de Neuchâtel, et comme il atterrit en lisière de forêt, sa mission, revisiter une tradition vieille de plusieurs millénaires : la torée, un saucisson de Neuchâtel cuit dans les cendres, mais attention comme le veut le principe de l’émission, Benjamin concocte une torée urbaine dans une version plus contemporaine.

Les invités:

Jean Studer

Ancien conseillé d’Etat socialiste en charge de la justice de la sécurité et des finances, Jean Studer est resté 7 ans au gouvernement Neuchâtelois. Il est aujourd’hui président du conseil de banque de la Banque National Suisse, et président du NIFFF, le festival du film fantastique de Neuchâtel. Avocat de formation il reste aujourd’hui consultant, mais il le dit lui-même, il a décidé de changer de rythme pour savourer les plaisirs de la vie et notamment la cuisine qu’il pratique régulièrement.

Fabienne Margot

Fabienne Margot reprend la boucherie familiale alors que son père était sur le point de la vendre. Le cœur gros c’est décidé, elle qui a fait l’école hôtelière sera bouchère. Elle ne travaille pas au labo mais s’occupe de la vente et de la gestion. Seule femme dans la filière à Neuchâtel, Fabienne doit souvent jouer des coudes dans un milieu d’hommes. Il y a 10 ans, il y avait une douzaine de boucheries traditionnelles à Neuchâtel, aujourd’hui ils sont les seuls

Michel Vuillemin

Michel Vuillemin est le président de Gastro Neuchâtel et président de l’association Le Festin neuchâtelois. C’est lui qui est à l’origine de la première édition en 2013 du festin, 12 plats servis dans plusieurs établissements du canton pour défendre et promouvoir les produits du terroir. Dans le cadre de ce festin Michel Vuillemin a notamment organisé une torée urbaine géante juste à côté de l’université de Neuchâtel. Le Festin neuchâtelois 2014 aura lieu le 14 septembre.

Jan Boni

Jan Boni est ingénieur forestier à la ville de Neuchâtel. Avec les bûcherons, ce sont eux qui sont à l’origine de la torée. Lorsqu’il nettoyait les forêts à l’automne ils brûlaient les branches et un jour, l’un d’eux, dit la légende, eut l’idée de faire cuire leur casse-croûte emmené sur place.