Vertigo

L'émission du 17 octobre 2013

Pia Petersen scrute les rapports homme-femme

Danoise d'origine, l'écrivaine Pia Petersen vit entre Marseille et Paris. Elle vient de publier "Instinct primaire" chez Nil Editions. Un court texte dans lequel la narratrice écrit à l’homme qu’elle aime mais qu’elle a quitté au pied de l’autel un an auparavant. L'auteure y défend son point de vue féministe, n'hésitant pas à relever les hypocrisies sociales.

Elle s'en explique au micro de Christine Gonzalez.

Pia Petersen est native du Danemark et écrit en français. Après un long séjour en Grèce, dès l'âge de 16 ans, elle s'installe à Paris. Elle s'inscrit à la Sorbonne, en philosophie, pour apprendre le français. C'est dans la littérature et les textes philosophiques qu'elle apprendra à maîtriser cette langue dans laquelle, depuis son plus jeune âge, elle a décidé de s'exprimer et d'écrire.

Elle décroche une maîtrise de philosophie après avoir exercé nombre de petits boulots pour survivre et financer ses études. Elle ouvre ensuite une librairie-café - "Le Roi Lire" - à Marseille, avant de se consacrer exclusivement à son écriture.

Résumé du livre "Instinct primaire":

À force d'entendre les héritières du féminisme décréter qu'une femme n'est jamais "complète" si elle ne devient pas épouse et mère, un homme peut-il admettre un discours différent de la part de celle avec qui il souhaite partager sa vie? N'a-t-il pas, d'ailleurs, été forgé, éduqué, dressé par sa propre mère à ne jamais concevoir aucune autre représentation de la femme?

Avec l'originalité qui la caractérise, Pia Petersen pénètre dans la grande tragédie de l'incompréhension entre hommes et femmes pour observer le sentiment amoureux et son asservissement aux mœurs d'une époque. Depuis les paradoxes d'un temps ou "le mariage et les enfants pour tous" se cogne à la valse des divorces et au surpeuplement, jusqu'aux vices cachés des esthétiques littéraires féminines, elle mène une savoureuse exploration de nos instincts primaires.

L'hommage d'Anthony Hopkins à "Breaking Bad"

L'acteur anglais Anthony Hopkins s'est fendu d'un mail à Bryan Cranston, l'acteur principal de la série "Breaking Bad". Plus qu'un mail de félicitations, il s'agit d'un véritable hommage: à l'acteur, et à la série tv.

Le commentaire de Mathieu Chevrier.

 

Arts visuels: Avanti, Antille !

Il y a dix ans, elle représentait la Suisse à la Biennale de Venise. Depuis, Emmanuelle Antille continue sa carrière d’artiste, de cinéaste aussi. Nous l’avions reçue en 2012 pour la sortie de son long métrage "Avanti", et cet automne 2013 nous la retrouvons en vidéaste à la Ferme Asile de Sion. Elle y montre une monumentale installation, 20 vidéos, qui s’inspirent des collections que sa grand-mère Emilie possédait. Il y est question de filiation, d’héritage, de rituel et surtout de mémoire(s).

Un entretien de Florence Grivel. "L’urgence des fleurs", à voir à la Ferme Asile de Sion jusqu’au 11 novembre 2013.

 

Jello Biafra, punk über alles

L’ancien leader du groupe punk Dead Kennedys est un des invités du LUFF, le Lausanne Underground Film & Music Festival, qui se déroule jusqu’au 20 octobre 2013 au Casino de Montbenon. L’artiste se produira demain 18 octobre 2013 et il propose une série de films rares dans le cadre de la programmation cinéma.

Jello Biafra répond aux questions de Michel Masserey.

 

La guerre des images au XVIe siècle

La guerre des images ne date pas d'aujourd'hui ! Des caricatures qui provoquent le scandale, des vidéos qui ridiculisent des gens de pouvoir, le coup de crayon qui tourne en dérision la religion; notre époque n’est sans doute pas plus provocatrice qu’une autre. Une exposition intitulée "Enfer ou Paradis: aux sources de la caricature (16ème au 18ème siècle)" et présentée au Musée international de la Réforme à Genève montre la virulence avec laquelle catholiques et protestants s’affrontaient par images interposées.

Avec Frédéric Elsig, professeur à la Faculté des lettres de l'Université de Genève, commissaire de l’exposition, au micro de Thierry Fischer et Christine Gonzalez.