Séquence de l'émission du 31 janvier 2011
Le taux de rupture des implants mammaires fabriqués par la société P.I.P est 2 fois plus important que chez les autres fabricants. [Benko Zsolt  - Fotolia]
Benko Zsolt - Fotolia

Le scandale des prothèses mammaires PIP

Au moins 280 femmes en Suisse sont victimes de la fraude à grande échelle de la société française Poly Implant Prothèses, fabricante de prothèses mammaires en silicone.

Johanna Commenge lève le voile sur les pratiques de cette société qui, pour faire d'avantage de profit, a rempli ses implants d'un gel 5 fois moins cher que celui conforme à la réglementation européenne.

PIP a fait pour la première fois les gros titres de la presse française au printemps 2010 car les autorités de santé de l'hexagone découvrent que le silicone utilisé par l'entreprise n'était pas conforme à celui qu'elle déclarait. Il s'agit d'un gel de silicone destiné à l'industrie et non pas à un usage médical.  En Suisse, l'affaire n'a fait quasiment aucun bruit…

Fin mars 2010, l’Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé retire du marché et rappel toutes les prothèses mammaires en gel de silicone de la marque Poly Implant Prothèse. Entre 35 000 à 40 000 femmes sont concernées en France. En Suisse, on dénombre actuellement 280 femmes dont dans la grande majorité a été opérée en suisse romande dans 2 centres. Un chiffre établi sur la base de la déclaration volontaire de 8 médecins qui se sont annoncés aux autorités après avoir été informé par leur association professionnelle. Mais, tous les médecins susceptibles d'avoir mis des prothèses PIP en Suisse ne sont pas membres de la Société suisse de chirurgie plastique reconstructive et esthétique…

L'indemnisation des femmes lésées ne sera pas simple, d'autant que la société PIP est en faillite et que son assurance ne payera rien puisqu'il s'agit d'une fraude. Les femmes porteuses de ces implants peuvent contacter l'association de défense des porteuses de prothèses PIP en France.

En Suisse, la prise en charge financière des femmes qui doivent enlever leurs implants n'est actuellement que partielle étant donné que l'assurance de base rembourse uniquement les opérations sur des femmes qui présentent - en raison de la rupture de leur prothèse - une capsulite fibreuse importante. L'explantation est couverte par l'assurance de base mais les nouveaux implants et/ou la reconstruction ne sont pas pris en charge.

Séquence de l'émission du 31 janvier 2011
Logo On en parle [RTS]
RTS

Vol de mot de passe

Frédérique Volery s'intéresse à une denrée de plus en plus convoitée: les mots de passe sur Internet.

Pour toutes sortes de raisons - politiques, idéologiques, mais la plupart du temps avec un objectif pécuniaire - des mots de passe sont volés sur le Web.

Il ne se passe pas une semaine sans que l’on entende parler
dans l’actualité de "cyberattaque". On se souvient notamment, en
janvier 2011, du piratage du compte Facebook de Nicolas Sarkozy annonçant qu’il
ne briguerait pas un second mandat présidentiel. Une attaque plutôt gentille,
dans ce cas-là, puisqu’il ne s’agit que de propos. Reste que les données
personnelles des internautes, dont leurs mots de passe, deviennent très
convoitées.


Mauro Vignati, analyste à la Centrale d’analyse pour la sûreté de
l’information MELANI, fait le point sur la question du vol des mots de passe et
donne des trucs pour se protéger du piratage de ses données personnelles.

Séquence de l'émission du 31 janvier 2011
Logo On en parle [RTS]
RTS

Formation en soins palliatifs pour bénévoles

Zoom sur une formation en soins palliatifs, proposée dans le canton de Vaud, destinée aux personnes qui ont déjà œuvré dans ce domaine ou qui en ont l'intention.

On pense parfois ces soins sont dispensés seulement au moment du passage vers la mort alors que dans la réalité ils sont tournés vers la vie, pour que le malade vive le plus confortablement possible.

Christine Burqui, responsable de cette formation, décrit ce que sont les
soins palliatifs et vous dit tout sur cette formation pour bénévoles.

Séquence de l'émission du 31 janvier 2011
Logo On en parle [RTS]
RTS

Testament et organisations caritatives

Depuis le printemps 2010, des institutions d'utilité publiques suisses encouragent leurs donateurs réguliers ou potentiels à les inscrire dans leur testament, en particulier s'ils n'ont pas de descendants.

Cette association, baptisée "My Happy End", a été lancée par dix organisations caritatives. Au début 2011, elles sont seize à y avoir adhéré. "My Happy End" c'est aussi une campagne publicitaire, sous forme d'un spot télévisé. La dernière vague de diffusion remonte à novembre et décembre 2010.

On parle de cette opération et du testament en général avec Patrick de Preux, président de l'Association des notaires vaudois.

Séquence de l'émission du 31 janvier 2011
Logo On en parle [RTS]
RTS

Brève

Une campagne nationale pour aider les enfants à  protéger leurs informations personnelles sur Internet a été lancée le 28 janvier 2011, à Berne.

Lancée dans le cadre de la 5e journée européenne de la protection  des données, la campagne "NetLa, Mes
données m'appartiennent!" est 
placée sous le patronage du préposé fédéral à la protection des données.
L'approche consiste à encourager les jeunes utilisateurs à réfléchir à leur
comportement et à  partager leurs
expériences sur la toile.

L'intégrale de l'émission du 31 janvier 2011