Hautes fréquences

L'émission du 15 mars 2015

Se raconter pour exister

L’approche narrative fait son apparition en Suisse. Ce modèle d’accompagnement a pour objectif de soigner par les récits, pour donner du sens, renforcer l’identité et lutter contre les difficultés de vie. Née en Australie, cette nouvelle thérapie est pratiquée en Europe, en Amérique du Nord, en Afrique ou en Palestine.

Qu’est-ce que l’approche narrative? Comment les récits forgent-ils l’expérience? "Hautes fréquences" se penche sur cette pratique individuelle et communautaire et son application dans divers contextes.

La pratique narrative est une approche qui permet de mettre du sens sur les événements de la vie. L’idée est de déconstruire les récits et les scénarios qui causent du tort à une personne ou à un groupe, pour permettre de développer d’autres histoires, en faisant appel à l’imagination ou à la créativité.

Pour mettre du sens sur le monde, l’humain raconte des histoires depuis la nuit des temps et connecte les diverses séquences de vie entre elles, pour en faire des récits et prendre une distance avec les événements. Une approche qui touche aux sens de la vie, aux convictions et aux valeurs profondes de chacun. Certaines histoires construisent positivement un individu, alors que d’autres paralysent.

L’approche narrative est née à Adélaïde, en Australie dans les années 80, dans le prolongement de l’approche systémique, avec les idées de Michael White, travailleur social à Adelaïde.

Ses analyses pratiques et  sa curiosité  intellectuelle l’ont poussé, avec d’autres, à prendre certaines distances avec les pratiques traditionnelles, pour inventer une autre manière d’aider les gens. Il a établi un partenariat intellectuel intense avec David Epston, anthropologue et thérapeute systémique de Nouvelle Zélande.

Influencés par diverses approches philosophiques, ils ont imaginé des pratiques qui s’adaptent à la situation spécifique de l’Australie ou de la Nouvelle Zélande.

Thérapie, coaching, animation de groupe ou simple accompagnement individuel, l’approche narrative est pratiquée de différentes manières et en divers pays du monde. Sabine Petermann s’est rendue en Australie, pour découvrir comment  est née cette approche. Elle s’entretient avec:

David Denborough, travailleur social et co-directeur du Dulwich Center d’Adélaïde, Australie.

Rodolphe Soulignac, psychologue aux HUG et indépendant, spécialisé en thérapie de famille à Genève.

Poh Lin Lee, travailleuse sociale en Australie et à l’étranger, spécialisée dans le domaine des violences familiales, des traumatismes et de l’aide aux requérants d’asiles.

 

Bibliographie

Pierre Blanc-Sahnoun et Béatrice Dameron, "Comprendre et pratiquer l’approche narrative", Ed. Inter Edition-Dunod, 2009

David Denborought, "L’Approche narrative collective", Ed. Hermann / l’Entrepot, 2011

Alice Morgan, "Qu’est-ce que l’approche narrative?", Ed. Hermann / l’Entrepot, 2010

Dina Scherrer, "Echec scolaire. Une autre histoire possible" Ed. l’Harmattan, 2011

Rodolphe Soulignac, "Redevenir auteur de sa vie de couple, les planches narratives", Ed. Chroniques sociales (à paraître en mars 2015)

Barbara Wingard et Jane Lester, "Telling our stories  inways that make us stronger", Ed. Dulwich Center Publications, 2001

Michael White:

"Les moyens narratifs au service de la thérapie", Ed. Satas, 2003

"Cartes de pratiques narratives", Ed. Satas, 2009

 

Transfert de postes entre les Eglises vaudoises

D’ici 2020, l’Eglise catholique vaudoise prévoit créer entre 40 et 50 postes. La principale raison de ce développement est liée au rééquilibrage par l’État vaudois de son financement aux Eglises réformés et catholiques.

"Hautes fréquences" reçoit Michel Racloz pour éclairer les enjeux de ces changements.

Traditionnellement terre protestante, le canton de Vaud subventionnait majoritairement l’Église évangélique réformée vaudoise (l’EERV). L’entrée en vigueur de la nouvelle constitution vaudoise en 2003 et de ses lois sur les Eglises en 2007, prévoit un financement équivalent des deux Eglises à l’horizon 2020. 

Quelles sont les activités ecclésiales financées par l’Etat? Quel sont les défis en terme de recrutement de personnel pour l’Église catholique vaudoise?

Michel Racloz, délégué du vicaire épiscopal pour les aumôneries, actif dans la gestion du personnel, répond aux questions de Catherine Erard.

Le bon sens selon Confucius (6/7)

Confucius est lʹun des hommes dont la pensée a eu le plus de retentissement dans lʹhistoire de lʹhumanité. Le philosophe a vécu il y a 25 siècles en Chine, dans une période de grands bouleversements technologiques qui nʹest pas totalement étrangère à la nôtre.

Les paroles et les actes de Confucius tiennent dans un petit recueil intitulé "Les entretiens" qui fut mis par écrit 75 ans après sa mort. Cet ensemble toujours très concret de citations, de récits brefs et dʹentretiens avec ses disciples ouvre à un univers de pensée qui a largement contribué à forger lʹidentité chinoise.

Le sinologue français Cyrille J.-D. Javary, à travers des passages tirés des entretiens de Confucius, nous fait partager sa passion. Il actualise pour nous ces citations au micro de Catherine Erard.

Aujourd’hui : Rectifier les noms

Lorsqu’un de ses disciples demanda à Confucius la première mesure qu’il prendrait s’il était gouverneur, celui-ci répondit qu’il rectifierait les noms. Nommer avec justesse est pour lui un acte de morale sociale.

 

Bibliographie

  • Confucius, vieux sage ou maître actuel ? Coffret 3 CD présenté et expliqué par Cyrille J-D Javary. Editions Fremeaux
  • Cyrille J.-D. Javary, " Paroles de Confucius ", Albin Michel, 2005
  • "Les entretiens de Confucius", Gallimard, 2005