Les matinales d'Espace 2

L'émission du 5 avril 2016

Jérôme Bosch, 500 ans (2/5)

Sa gloire dure depuis 5 siècles! On fête en 2016 les 500 ans de la mort de Jérôme Bosch, Jhéronimus van Hacken, de son vrai nom.

En 5 épisodes, cette semaine, Isabelle Carceles nous propose une plongée sonore dans un univers visuel inépuisable: il sera question de Diable et de musique, du "désir des oreilles", du Concert dans l’œuf, de la Musique des fesses, et d’apocalypse…

Avec les interventions de Marc Texier, directeur du festival Archipel à Genève, et de Jean-Luc Bourgeois, historien de la musique.

On suppose qu’il est né autour de 1450, et on sait qu’il est mort en 1516, on sait qu’il a vécu toute sa vie dans la petite ville de Bois le Duc, dans la province néerlandaise du Brabant septentrional…

Pour essayer de percer un tout petit pan de cette énigme fabuleuse que sont les peintures de Jérôme Bosch, on pourrait par exemple emprunter leur face musicale…

Parce qu’elles grouillent, ces peintures: de personnages, d’images fortes, de détails incongrus et grotesques, de couleurs et aussi de sons…

À lire:

Nigel Wilkins, "La musique du Diable" (Éd Mardaga)

Stephan Fischer, "Bosch, l’œuvre complet", (Éd Taschen)

Nathalie Herschdorfer - Musée des Beaux-Arts du Locle

Avec ses quatre nouvelles expositions, le Musée des Beaux-Arts du Locle s’intéresse aux premiers dessins du roi du pop art Andy Warhol, aux différents modes d’expression d’Augustin Rebetez et aux travaux de la section Design graphique de l’une des meilleures écoles d’art de suisse, l’ECAL. Les expositions sont accompagnées d’une programmation culturelle à découvrir du 21 février au 29 mai 2016.

Rencontre avec Nathalie Herschdorfer, directrice du musée.

Porn'art

Cette somme présente des images tirées de plus de 2000 films pour adultes où dans l'arrière-fond de la scène - ob-scène - on remarque la présence d'une œuvre d'art, souvent contemporaine. Les éditions Hélice/Hélas ont accepté de porter ce projet très particulier d'Ilan Manouach.

Stéphane Bovon, éditeur, éclaire notre lanterne sur ce sujet pour le moins sibyllin. Par Florence Grivel.

A lire:

  • "Harvested", Ilan Manouach, éd. Hélice/Hélas.

Les drôles de personnages des billets suisses (2/5)

Trop plates pour retenir l’attention quand on les palpe, les personnalités choisies par la BNS cachent souvent des traits ou des idées moins convenues qu’il n’y paraît.

De l’eugénisme d’Auguste Forel à l’urbanisme autoritaire du Corbusier en passant par le dadaïsme de Sophie Taeuber-Arp, les billets de banque ont de quoi nous surprendre.

Solidarité surannée avec Saint Martin

En 1956, le graphiste Pierre Gauchat allégorisait la solidarité sociale sous les traits bien réels de l’évêque de Tours, au IVe siècle, Saint Martin. En un geste chevaleresque et parfaitement chrétien, n’offre-t-il pas au mendiant à l’agonie la moitié de son manteau, sur le billet de cent francs de la cinquième série, alors que de nos jours, les pauvres, les indigents et autres SDF sont rejetés par manque de performance?

Par Samuel Morier-Genoud et Christian Ciocca

 

[Nouvelle diffusion de l'émission du 26 janvier 2016]