Les matinales d'Espace 2

L'émission du 12 janvier 2015

Bâtir en Suisse romande. Visite guidée avec Charles Pictet

L'exposition itinérante de la Distinction romande d'architecture 2014 fait halte au Pavillon Sicli à Genève, du 16 janvier au 15 février 2015. Sur les vingt projets présentés, sélectionnés parmi 289 candidatures, cinq réalisations - dont trois primées - sont signées par le talentueux architecte genevois Charles Pictet.

Mireille Descombes a visité en sa compagnie son immeuble de logements pour étudiants de la place des Volontaires à Genève.

 

Le spectateur spectaculaire à l’Arsenic

Pierre Lepori tourne son regard vers le public: en suivant la proposition de Martin Schick et Viviane Pavillon, à l’Arsenic de Lausanne, il regarde activement ce qui se passe sur les gradins de la salle, lorsqu’un spectacle demande au spectateur d’être protagoniste de la soirée.

"Le spectateur spectaculaire" tente ainsi une réflexion sur l’émancipation du regard, en intégrant le critique dans son dispositif. Une expérience qu’il a trouvée plus ou moins convaincante.

 

Kino Kabaret Genève 2e édition

Trois jours et trois nuits pour tourner, monter et finaliser un film et le remettre au responsable technique 2h avant la projection publique, c’est le pari fou du Kino Kabaret. Chaque film est ensuite présenté par son réalisateur dans la programmation du festival Black Movie.

Carlo de Rosa est réalisateur et a participé à la première édition du Kino Kabaret de Genève en 2014. Il est cette année membre de la direction artistique de KinoGeneva et vient nous parler de cet événement exceptionnel.

 

Le théâtre sauvage

Au temps des Grecs a été inventé le théâtre avec une scène, des comédiens et des spectateurs. Et avant, il y avait quoi? Le metteur en scène Guillaume Beguin imagine un théâtre du temps de la barbarie et de la préhistoire et s’interroge sur la notion de sauvagerie.

Après la guerre du feu, voici celle du jeu. Détonnant, beau et troublant pour notre chroniqueur Thierry Sartoretti. Un spectacle à voir au Théâtre de Vidy à Lausanne jusqu'au 1er février 2015, puis du 4 au 7 février au Théâtre populaire romand à La Chaux-de-Fonds.

 

Jean-Marc Lovay, artisan d'imaginaire (1/5)

Depuis son entrée remarquée dans la littérature romande en 1970, l'auteur sédunois, qui fête son 67e anniversaire cette semaine, le 14 janvier 2015, n’en continue pas moins d'étonner voire de déconcerter son monde.

Retour sur un parcours créatif où l’imaginaire, nourri de voyages et de refus, tient la note dominante dans un éventail poétique à nul autre pareil.

Jérôme Meizoz l’a éclairé dans "Le Toboggan des images", dans plusieurs articles sur son compatriote valaisan et le place en filigrane dans son roman "Haut Val des Loups", à paraître chez Zoé fin janvier 2015. 

Aller de l’autre côté des montagnes

Sans les avoir revendiqués en tant que tels, la rupture avec la norme scolaire et le départ pour l’Orient apparente Lovay à la révolte de Rimbaud. C’est d’ailleurs vers ses seize ans que le Valaisan s’est mis à écrire dans le projet d’élaborer sinon une œuvre du moins un univers très singulier. Et à 22 ans, en 1970, le Prix Georges-Nicole couronnait à égalité avec Anne-Lise Grobéty son "Epître aux Martiens".

Par Max Both et Christian Ciocca

La réponse du concours

Marcel Duhamel