Les matinales d'Espace 2

L'émission du 20 juin 2013

Les terrasses de Kadder Attia

Presque ville, presque île, presque Méditerranée, territoire à la fois distant et proche, scène symbolique qui, d’un même trait, endigue d’un côté et de l’autre ouvre sur le grand large espace que l’on voit et d’où l’on est vu, dedans et dehors entremêlés… Telle est la digue du large, dont la partie sud est ouverte à la promenade les week-ends. Une oeuvre saisissante proposée par Kader Attia.

Florence Grivel est en compagnie de Jean Iborra, chef de projet, MP2013.

La Croisée des Cultures, 19e stage de danses et musiques du monde

Pour débuter l’été, les passionnés des musiques et danses du monde retrouvent un bel éventail d’artistes et pédagogues emblématiques de leur culture. Pendant une semaine, enfants comme adultes, débutants ou pratiquants chevronnés goûtent aux plaisirs de jouer, danser et chanter ensemble ! A découvrir du 30 juin au 7 juillet, inscriptions et renseignements auprès des ateliers d’ethnomusicologie de Genève.
Entretien avec Astrid Stierlin.

Dedans/Dehors : Koltès à la prison de Marseille

La Friche de la Belle de Mai, l’un des hauts-lieux de la culture alternative à Marseille, où 500 artistes et créateurs travaillent, présente chaque jours des expositions, des animations, des concerts et des spectacles.

Jusqu’au 30 juin 2013 on peut y découvrir "Dans la solitude des champs de coton" de Bernard-Marie Koltès, dans une performance sur quatre écrans réalisée par Caroline Caccavale et Joseph Césarini. Avec 27 comédiennes et comédiens amateurs, parmi lesquels des résidents de la prison des Baumettes.

Pierre Lepori en parle avec le réalisateur Joseph Césarini.

Rue des grands hommes (4/5)

A Genève et Lausanne, nous pouvons croiser en pleine ville les noms de personnages de l’histoire contemporaine dont nous avons pour l’essentiel oublié l’action et l’œuvre.
Promenades sur la rue Alexandre-Vinet, le boulevard James-Fazy, l’avenue Benjamin-Constant et les quais Gustave-Ador et Général-Guisan.

Gustave Ador, seul libéral au Conseil Fédéral

Béni des fées au berceau, Gustave Ador naquit à Cologny en 1845 et commença fort tôt sa carrière politique en marge de sa profession d’avocat. Libéral tolérant face aux catholiques minoritaires, il poursuivit une politique d’intégration à tous les échelons, de sa commune au Conseil fédéral en passant par le canton de Genève. Élu en 1917 au collège suprême, il défendit la neutralité suisse au sein de la Société des Nations dont il parvint à convaincre le peuple suisse de la nécessité d’une adhésion.

Gustave Ador, l’homme et son action politique avec Daniel Barbey, son petit-fils, les historiens Roger Durand et Jean-Claude Favez par Denis-François Rauss et Sarah Dirren (« Le Son des choses », Espace 2, 12 décembre 1995). Ernest Gloor évoque les membres du Comité du CICR par Marcel Suès (« Chronique des institutions internationales », Radio-Genève, 19 janvier 1948)

Par Christian Ciocca et Matthieu Ramsauer